Partagez | 
 

 « On s'est connus, on s'est reconnus... » ft Meredith

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

♣ Messages : 293
♣ Date d'inscription : 09/11/2011
♣ Crédits : bedshaped
♣ Activité : Future cadre dans une entreprise à quelques pas de New Salem.
♣ Bonus : 2251 Rebirth Road - CrowHaven - New Salem

Book of Shadows
♣ relations:
♣ Complément:


MessageSujet: « On s'est connus, on s'est reconnus... » ft Meredith   Mer 16 Nov 2011 - 15:37

« J'en aurai pas pour longtemps, promis ! » cria-t-elle alors qu'elle fermait la porte d'entrée en bois de chêne. Elle se précipita vers la porte du jardin, le temps n'étant pas propice à la fête : il allait pleuvoir, elle le sentait. Elle ne le sentait pas à cause de son instinct "magique", non, mais plutôt à cause des deux grosses gouttes qui venaient de s'écraser sur elle. Elle prit alors refuge dans sa voiture, garée devant le manoir Foster. Elle reprit son souffle avant de démarrer. La pluie s'abattit alors violemment sur New Salem : elle l'avait échappé belle.

Elle avait été mandatée par sa mère pour trouver une épice plutôt rare en grande surface : Maëve savait qu'elle allait devoir dénicher la petite boutique farfelu de la ville qui vendrait des aliments et accompagnements plus farfelus encore... Autant dire que ce n'était pas gagné. Une rapide recherche internet lui avait fourni trois adresses de boutiques pouvant potentiellement vendre ce qu'elle cherchait. Seulement, ces trois adresses étaient éparpillées en ville et la carte de New Salem qu'elle avait trouvé dans un tiroir du manoir n'était pas tellement d'actualité : merci tante Cara.
Elle trouva tout de même la première boutique facilement : une artère principale de la ville, une pancarte haute en couleur et une place pour s'y garer pile devant. avait-elle de la chance aujourd'hui ? Peut-être, en tout cas, elle n'allait pas tenter le diable en la forçant. Le bip de la fermeture centralisée de sa voiture accompagna son mouvement de marche vers le magasin. Il était tenu par un jeune garçon, sûrement un lycéen qui se payait ses petites sortis, visiblement fasciné par le magasine de voitures de course qu'il avait sous les yeux. Elle ouvrit la porte mais la cloche ne sembla pas attirer l'attention de l'adolescent le moins du monde... Elle se posta devant le comptoir, tout sourire, et se racla bruyamment la gorge. Il leva un regard zombifié vers elle : « Je peux vous aider ? » Maëve eut du mal à contenir un soupir exaspéré : elle détestait les jeunes blasés d'une vie qu'il ne connaissait même pas. « Oui. BONJOUR d'abord. Je cherche une épice spéciale, du poivre de Sichuan séché avec de la badiane. » Elle savait que c'était rare d'en trouver parce que ça avait un goût spécial, mais chez les Foster, l'action d'une épice primait toujours sur son goût... Surtout si les effets étaient bénéfiques. « Ouais non on fait pas dans ça, désolé. » Et il retourna à son journal... Elle le dévisagea et ne put s'empêcher de répliquer : « Vous savez ça comme ça, sans vérifier ? » ...
Elle s'installa au volant de sa voiture, furieuse. Elle sentait toute sa magie frétiller en elle pour sortir et s'exprimer à sa place... Quel connard ce gosse ! Il lui avait répondu avec une arrogance telle qu'elle avait encore envie de lui colle sa main dans la figure. Il n'avait rien vérifier du tout et en plus lui avait clairement fait comprendre qu'elle n'était à ses yeux qu'une pétasse qui l'emmerdait pendant sa lecture culturelle. Elle reviendrait, elle se le promit...

Elle tourna en rond pendant vingt bonnes minutes alors que la seconde boutique était censée se trouver près de la première. Elle jura un nombre incalculable de fois et se retint mainte fois d'utiliser sa magie pour se filer un coup de pouce : sa tante Cara lui avait toujours appris à garder le contrôle et à n'utiliser sa magie que lorsque c'était nécessaire ou pour s'entrainer... Maëve l'avait toujours écoutée parce qu'elle avait été une grande dame, une grande sorcière et qu'elle l'avait toujours adorée.
Elle finit par abandonner la recherche véhiculée : elle allait utiliser la bonne vieille méthode. Elle se gara et alla à la rencontre des passants. Ses deux premières tentatives furent un échec. La troisième par contre... Une jeune femme blonde semblait absorbée par quelque chose que Maëve ne saisissait pas mais elle ne s'en inquiéta pas : elle se posat devant elle, la forçant à s'arrêter. « Bonjour, excusez-moi, mais je cherche... euh enfin... Meredith ? »

Non, elle ne cherchait pas Meredith, elle venait de tomber sur Meredith, une fille qu'elle avait connue furtivement à Rennes. Elles avaient sympathisé par hasard dans un bar et avaient passé tout le séjour de la jolie blonde ensemble, Maëve servant de guide grâce à sa petite expérience à la française. Elles ne s'étaient pas vues depuis des années, ne s'étaient pas parlé depuis pas mal de temps aussi en fait. Meredith et Maëve n'avaient entretenu depuis que des relations via internet du fait de la distance les séparant mais depuis pas mal de temps, elle avait disparu de la circulation... C'était étrange de la retrouver ici, à New Salem...


Dernière édition par Maëve C. Foster le Mar 29 Nov 2011 - 8:46, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rambalh.blogspot.com/

♣ Messages : 135
♣ Date d'inscription : 03/11/2011
♣ Crédits : XXX
♣ Activité : Professeur d'Anglais
♣ Bonus : En Salle d'Anglais

Book of Shadows
♣ relations:
♣ Complément:


MessageSujet: Re: « On s'est connus, on s'est reconnus... » ft Meredith   Dim 20 Nov 2011 - 13:42

    Néo ? L'intéressé releva la tête vers elle. Posé sur le canapé sur salon, il avait l'air d'avoir eu une rude matinée. Il venait de rentrer, et avait prévu le coup. Ce n'était pas grand chose, mais la vie avec lui était agréable, et elle tenait à l'en remercier, et à faire en sorte que ça se passe au mieux. Elle lui sourit: Il faut que j'aille chercher des livres. Pour ma classe. Elle espérait vraiment qu'il ne prenne pas mal le fait qu'elle choisisse ses mots pour lui parler, simplifiant ses phrases à l'extrême, quelque part comme elle l'aurait fait pour un enfant. Mais c'était plus simple pour lui ainsi. Je t'ai préparé à manger. C'est dans le four, il faut juste que tu le chauffes. Bon appétit ! Remerciements, renseignements pris sur l'heure à laquelle il rentrait ce soir (travailler le samedi … le travail de professeur avait vraiment des côtés intéressants) et finalement elle était sortie. Elle avait commandé une série d'ouvrages, certains pédagogiques, d'autres de simples romans pour sa classe, se débattant toujours avec ce qu'elle voulait ou pas leur faire étudier. Toujours cette crainte de ne pas être à la hauteur, même si cela s'apaisait cours après cours. Ils étaient intéressés, enfin, pas tous, mais on ne pouvait pas plaire à tout le monde, mais dans l'ensemble cela se passait plutôt bien. Adresse de la librairie en main, elle s'était donc aventurée dans les rues de la Nouvelle Salem. Elle avait commencé à visiter, un peu, au moins pour faire quelques emplettes, mais il était vrai qu'elle se perdait encore plutôt facilement. Elle dut donc regarder à plusieurs fois avant de parvenir à trouver la boutique. Demander son chemin, rire avec la gentille grand-mère qui l'avait renseignée, prendre des notes sur la meilleure boutique de thé qu'elle pourrait trouver, surtout qu'elle vendait des herbes exceptionnelles (Si vous voulez un homme à vos pieds, demandez conseil au vendeur, il saura exactement quoi vous donner ! Et c'est efficace, croyez-moi ! Mon Jack, c'est comme ça qu'on s'est rencontrés.). Riant, elle finit par arriver à la librairie. Le vendeur, lui aussi d'excellente humeur, lui recommanda un roman, et quand elle en sortit, elle rayonnait. Cette ville lui plaisait, définitivement. Les gens étaient adorables, et elle adorait le folklore qui semblait si rattacher. Elle se dit d'ailleurs qu'elle ferait bien quelques recherches, histoire de voir à quel point cela pouvait être historique.

    Perdue dans ses pensées, elle releva brusquement la tête alors qu'on l'arrêtait:Bonjour, excusez-moi, mais je cherche... euh enfin... Meredith ? Surprise, elle allait simplement répondre qu'elle n'était pas d'ici et qu'elle ne pouvait pas aider en quoi que ce soit. Mais elle s'arrêta quand on prononça son prénom et ses yeux croisèrent ceux de … Maëve ? ça pour une surprise … C'était plus qu'inattendu ! Les deux jeunes femmes s'étaient rencontrées en France, à Rennes, lors d'un voyage avec l'université qu'effectuait Meredith. ça pour une surprise … ça va ? Elle l'étreignit brièvement, amicalement, posant une bise sur sa joue. Elle ne savait pas si le fait de rencontrer quelqu'un qu'elle connaissait alors qu'elle avait décidé de tirer un trait définitif pour son passé était une bonne chose, mais après tout, ce n'était pas vraiment pareil. C'est fou ça ! Je ne me souvenais pas que tu habitais ici. Enfin, à moins que tu ne sois que de passage … Après tout, c'était fort possible, pour ce qu'elle en savait. Elle essayait de rassembler ses souvenirs sur ce qu'elle se rappelait de la vie de la jeune femme, mais il était vrai qu'elles s'étaient vues seulement brièvement, alors arriver à tout reconstituer n'était pas évident.



HJ: Désolée, c'pas terrible ^^" Je me rattraperai promis !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

♣ Messages : 293
♣ Date d'inscription : 09/11/2011
♣ Crédits : bedshaped
♣ Activité : Future cadre dans une entreprise à quelques pas de New Salem.
♣ Bonus : 2251 Rebirth Road - CrowHaven - New Salem

Book of Shadows
♣ relations:
♣ Complément:


MessageSujet: Re: « On s'est connus, on s'est reconnus... » ft Meredith   Lun 21 Nov 2011 - 15:38

Après le moment d'étonnement, la sorcière passa dans la phase de déni. Maëve n'en croyait pas ses yeux, elle avait comme l'impression d'être dans un de ces rêves où il arrivait des choses sans queue ni tête comme par exemple votre chien dirigeant la Maison Blanche ou votre soeur ayant décidé de se transformer en sirène comme Ariel suite à une promotion sur les queues de poisson (celui-là était du à la promotion rayon poisson de queues de lottes, Maëve en était sûre). Elle regarda Meredith et ouvrit la bouche sans pouvoir dire quoi que ce soit : elle la referma comme aurait une carpe (en parlant de poisson...). « Attends une seconde, tu veux ? » Maëve se pinça alors violemment la peau du dos de sa main. « Outch ! » Elle leva alors de grands yeux vers Meredith et un immense sourire s'afficha sur son visage : c'était clair qu'elle ne rêvait pas. L'étreinte de Meredith était plus que réellement donc en effet, elle ne pouvait pas rêver, pas du tout. C'était fou de la retrouver ici, dans New Salem, c'était inattendu et tellement inespéré surtout : Maëve ne connaissait pas grand monde de son âge, quasi personne pour être plus exact et voir un visage familier faisait du bien à la jeune femme.

« J'habite ici depuis peu en fait. Nous avons hérité d'une maison suite au décès d'une personne de la famille et comme cette maison est le plus vieux bien de la famille, mon père n'a pas pu s'en défaire et franchement, j'en suis bien contente. » Elle parlait trop comme d'habitude : on lui posait des questions simples et pourtant Maëve trouvait toujours le moyen de faire de longues réponses truffées de détails superflus... Une vraie pipelette, elle n'y pouvait rien, c'était comme ça qu'elle fonctionnait : il fallait qu'elle parle, qu'elle parle et parfois même qu'elle parle encore. « Enfin avant j'habitais dans une ville toute proche, celle dans laquelle je vivais déjà étant gosse et aussi quand on s'est rencontrées... »

Maëve se souvenait très bien de leur rencontrer, de cette soirée qu'elles avaient passée dans le bar de Rennes à discuter de la beauté de la France, de sa richesse culturelle mais surtout de l'admirable relief qu'offrait le corps des français : à tomber. D'ailleurs, c'était comme ça que Maëve avait remarqué Meredith : la jolie blonde draguait maladroitement et ouvertement le serveur so hot du bar. Ça avait fait rire Maëve parce qu'elle avait de suite senti l'exagération dans la voix de Meredith, cette façon d'accentuer ses origines étrangères et son côté blonde naïve, du grand art. Elles avaient commencé à discuter et ne s'étaient plus arrêtées. Elles avaient gardé plus ou moins contact mais de façon superficielle, du coup, Maëve ne savait pas grand chose de l'évolution de Meredith, de ce qu'elle était devenue et de ce qu'elle faisait dans un trou aussi mystique que New Salem. « Et toi dis-moi, pourquoi es-tu venue te perdre ici ? C'est le climat froid et humide ou plutôt le côté ancien et flippant de la ville qui t'as le plus attirée ? » demanda-t-elle en souriant. Elle n'exagérait qu'à peine ses remarques sur New Salem.

Elle se rappela alors qu'elle n'avait plus eu aucunes nouvelles depuis plusieurs mois déjà... Elle avait été prise par le changement de vie, son boulot et sa magie donc elle n'avait pas tellement fait attention mais voir Meredith là, debout devant elle lui rappelait qu'elle n'était plus dans ses contacts sur les réseaux sociaux et qu'elles n'avaient même plus le bon numéro de téléphone. La question lui brûla tellement les lèvres qu'elle ne put la retenir plus longtemps : « Et surtout, tu étais passée où ? Ça fait des siècles que je n'ai pas eu de nouvelles et en plus, tu as changé de numéro. Si tu me fuis, c'est raté ma vieille ! » Lança-t-elle sur le ton de la plaisanterie.


Dernière édition par Maëve C. Foster le Mar 29 Nov 2011 - 8:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rambalh.blogspot.com/

♣ Messages : 135
♣ Date d'inscription : 03/11/2011
♣ Crédits : XXX
♣ Activité : Professeur d'Anglais
♣ Bonus : En Salle d'Anglais

Book of Shadows
♣ relations:
♣ Complément:


MessageSujet: Re: « On s'est connus, on s'est reconnus... » ft Meredith   Dim 27 Nov 2011 - 10:41

    Attends une seconde, tu veux ? Ne bougeant pas, un léger sourire aux lèvres, meredith ne pouvait que la comprendre. Elle-me^me avait du mal à y croire. Leur première rencontre avait déjà été un hasard impressionnant, il avait fallu qu'elle soit assise non loin du bar où elle draguait le barman très frenchy et très canon (suite à un pari, autant le préciser, ce n'était pas vraiment dans ses habitudes!), alors la retrouver là, en plein milieu d'une rue d'une ville dans laquelle elle souhaitait refaier sa vie, c'était à se demander si elle ne rêvait pas. Mais c'était peut-être la vie qui lui faisait une fleur, pour une fois. Quand même, on aurait pu penser qu'on était en pleine hallucination, en pleine rêve. Outch ! Et Maëve se pinçant pu en attester, c'était bel et bien la réalité. Et voir ce visage familier, sans aucun rappel des parties de son passé qu'elle voulait oublier avec quelque chose d'incroyablement réconfortant. La serrant brièvement, Meredith finit quand même par la relâcher pour ne pas l'étouffer. La regardant des pieds à la tête, elle nota qu'elle n'avait pas changé par rapport aux souvenirs qu'elle avait d'elle, et que c'était sans doute une très bonne chose. D'ailleurs, elle lui prouva bien vite qu'elle était restée la même, et même pas que physiquement. J'habite ici depuis peu en fait. Nous avons hérité d'une maison suite au décès d'une personne de la famille et comme cette maison est le plus vieux bien de la famille, mon père n'a pas pu s'en défaire et franchement, j'en suis bien contente. Oh ! Toutes mes condoléances. Mais si tu te plais ici, c'est tant mieux. Tu vis avec ta famille ? Des notions qui lui échappaient malheureusement complètement. Quelque part, elle était curieuse de savoir comment fonctionnait une famille normale, liée, ce qui lui avait semblé être déjà le cas quand elle avait rencontré Maëve. Enfin avant j'habitais dans une ville toute proche, celle dans laquelle je vivais déjà étant gosse et aussi quand on s'est rencontrées... Je vois … Donc finalement, ce n'est pas très dépaysant ... conclut la jeune femme avec un léger sourire.

    Elle avait effectivement l'air à son aise dans ce paysage, et Meredith espérait vraiment donner la même impression. Elle se sentait bien ici, et de mieux en mieux, même. Tous les éléments qui pouvaient la mettre à l'aise semblaient réunis ici. Un signe du destin ? Ça se pourrait bien. Et toi dis-moi, pourquoi es-tu venue te perdre ici ? C'est le climat froid et humide ou plutôt le côté ancien et flippant de la ville qui t'as le plus attirée ? Flippant ? Je la trouve plutôt sympathique cette ville, même si les gens ont des réflexions parfois étranges. Tout le monde semble aimer le folklore qui y est relié, je trouve ça plutôt agréable, ça donne une âme au lieu … Enfin pour tout avouer, je suis ici par hasard. Je cherchais un lycée où enseigner, je suis tombée sur la ville par un coup de chance … et me voilà. Ce n'était pas tout à fait exact, mais elle se voyait mal avouer qu'elle avait simplement balancé un pendentif au-dessus d'une carte pour tomber sur un lieu où personne ne pourrait la retrouver. Il fallait juste qu'on pense qu'il était naturel qu'elle soit là, tout simplement.Et surtout, tu étais passée où ? Ça fait des siècles que je n'ai pas eu de nouvelles et en plus, tu as changé de numéro. Si tu me fuis, c'est raté ma vieille ! Je vois ça ! Tu es plutôt douée pour retrouver les gens dans des endroits improbables, j'avais pourtant bien dissimulé mes traces, rit-elle pour cacher son malaise. Une explciation, rapidement ? On pouvait simplement arranger la vérité, à bien y regarder. Son sourire disparut légèrement: En fait, je me suis disputée avec mon copain, quelques semaines avant les exams. Genre très moche. J'ai tenu jusqu'à obtenir mon diplôme et puis j'ai « disparu ». Il était devenu violent, du genre à me harceler, donc j'ai préféré juste tout couper, et recommencer ailleurs. Léger sourire un peu gêné, avant de chasser ce souvenir d'un léger haussement d'épaule. Bref. Depuis que je suis là, tout va bien, alors … n'en parlons plus. Changer de sujet, rapidement: Tu cherchais quelque chose au fait ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

♣ Messages : 293
♣ Date d'inscription : 09/11/2011
♣ Crédits : bedshaped
♣ Activité : Future cadre dans une entreprise à quelques pas de New Salem.
♣ Bonus : 2251 Rebirth Road - CrowHaven - New Salem

Book of Shadows
♣ relations:
♣ Complément:


MessageSujet: Re: « On s'est connus, on s'est reconnus... » ft Meredith   Mar 29 Nov 2011 - 9:15

Prof ? Maëve fouilla sa mémoire pour savoir si elle avait un jour su que Meredith était attirée par l'enseignement... Pas de traces de ça mais la jolie blonde avait toujours eu une patience et une capacité d'expliquer calmement les choses qui avaient toujours fasciné Maëve. Après tout, c'était logique, non ? Sa vieille amie était douée dans le domaine. Elle écouta attentivement l'histoire avec son copain... Une envie subite de prendre Meredith dans ses bras la prit mais elle se retint : déjà c'était déplacé et en plus, elle venait tout juste de se retrouver, lui faire peur serait bête, non ? Elle avait de la peine pour son amie : Maëve avait toujours fui les histoires compliquées, les histoires tout court en fait. Elle avait une tendance maladive à s'enticher des garçons qui n'étaient pas faits pour elle, ou alors les types qui étaient faits pour elle étaient du genre infréquentables... Elle ne savait pas trop dans quel sens elle devait prendre ce problème de toute manière. Bref, ses anciens copains étaient tout sauf bons pour elle alors elle avait toujours eu la force d'écourter les choses avant que les sentiments ne soient trop forts et que la situation ne soit trop tendue. Parfois, il n'y avait pas de situation tendue, juste un gentil garçon attentionné, aimant... Mais ça non plus, ça n'allait pas. Elle se demandait même si ce n'était pas elle le fond du vrai problème : une handicapée du sentiment, une infirme de la relation amoureuse... Mais elle le vivait bien : tout arrêter avant que ça ne devienne trop sérieux, ça permettait de se préserver au final... Mais pour combien de temps ?

Et voilà, elle s'égarait... C'était une véritable manie ou plutôt, une tare... Elle pensait trop, se perdait dans cette masse d'idées plus ou moins farfelues et en oubliait presque le sujet principal qui aujourd'hui était : Meredith existe encore et dans le bled de Maëve ! Une véritable coïncidence qui titilla quand même le côté sorcière de Maëve... Parfois, le destin était farceur et les forces qui dépassaient le commun des mortels savaient provoquer certaines choses... Elle y réfléchirait plus tard sinon elle n'allait pas s'en sortir. Elle se reconcentra sur ce qu'il se passait actuellement. « Je cherche une épice bien trop rare pour exister dans cette fichue ville en fait. Ma mère fait un plat succulent à base de cette mixture mais visiblement, les commerçants de la ville ont monté un complot contre les plaisirs des papilles de la famille Foster. » confia-t-elle à Meredith comme s'il s'agissait d'un secret d'importance nationale. « Et là je cherche justement la deuxième boutique de la ville susceptible de vendre cet or épicé. » ajouta-t-elle en jetant des coups d'oeil dans toutes les directions. « enfin tout ça pour dire que je comprends parfaitement que tu n'aies pas envie de t'étendre sur le sujet "ex encombrant" et que je peux t'offrir le sujet "cuisinons chez les Foster" en contre-partie ! » dit-elle en riant. Ça manquait de tact mais au moins, c'était lancé naturellement, comme ça venait. Parfois, c'était aussi un problème pour la jolie Foster : laisser s'échapper de ses lèvres ses pensées brutes, sans les avoir retravaillées ou tournées dans sa buche sept fois avec sa langue, ça avait toujours son ou ses petits inconvénients... Elle espérait juste faire sourire son amie.

Et elle devait en avoir besoin parce que bosser dans un lycée, se replonger dans la jungle de l'adolescence en enfilant le costume du prof, cet être Ô combien détesté par ses chers élèves, tout ça ça demandait une bonne dose de courage. Maëve avait béni le jour où elle avait quitté le lycée, son hypocrisie, son côté trop enfantin parfois. Elle n'avait pas vécu des années si difficile que ça dans son secondaire, mais elle avait eu du mal à s'adapter à la tendance générale du "sois populaire ou ferme-la". Elle avait participé à la vie de son lycée, faisant partie de l'équipe de Volley Ball et du Journal du Lycée mais avait toujours fait en sorte de ne pas trop se mêler à certains "clans". Malheureusement, choisir de ne pas choisir n'était pas non plus la meilleure des solutions... Will lui racontait ce qu'il voyait à Chance Harbor et ça valait le détour... Will... « Meredith ! Tu connais peut-être mon cousin du coup ! Will ! Will Foster, celui qui fait courir les cheerleaders du lycée et qui agite leurs petits culs rebondis... Enfin, de façon tout à fait légale et bien placée bien sûr. » lança-t-elle avec un grand sourire. Le monde était vraiment tout petit petit...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rambalh.blogspot.com/

♣ Messages : 135
♣ Date d'inscription : 03/11/2011
♣ Crédits : XXX
♣ Activité : Professeur d'Anglais
♣ Bonus : En Salle d'Anglais

Book of Shadows
♣ relations:
♣ Complément:


MessageSujet: Re: « On s'est connus, on s'est reconnus... » ft Meredith   Ven 2 Déc 2011 - 22:52

    Je cherche une épice bien trop rare pour exister dans cette fichue ville en fait. Ma mère fait un plat succulent à base de cette mixture mais visiblement, les commerçants de la ville ont monté un complot contre les plaisirs des papilles de la famille Foster. Elle rit gaiment à l'anecdote. C'était ce qui lui avait plus directement chez Maëve: elle était bavarde comme pas deux, mais au sens positif du terme: vous pouviez ne pas avoir le moral, penser que le monde entier était contre vous, il lui suffisait de trouver une histoire, ou parler de tout et n'importe quoi (surtout n'importe quoi, c'était ça qui était intéressant dans l'affaire) et paf, elle était lancée. Tellement que vous étiez forcément entraînée dans le mouvement, et que vous en redemandiez même. Et c'était ce qui arrivait là, maintenant, tout de suite. Ta famille est maudite, il faut croire, plaisante-t-elle, sans la moindre idée de la portée que de tes mots pouvaient avoir dans une ville comme la Nouvelle Salem. Ou si, mais tout cela était tellement nouveau qu'elle n'avait pas fait le lien directement. Et là je cherche justement la deuxième boutique de la ville susceptible de vendre cet or épicé. Je vois … mais je ne pense pas être en mesure de t'aider, dans ce cas, si déjà toi tu ne le sais pas. Quoique … il y a une charmante dame qui m'a donné une adresse d'une boutique qui vendrait des herbes ou je ne sais pas quoi qui mettrait les hommes à mes pieds … ils ont peut-être des épices ? Et oui, raconter des bêtises était reposant, cela lui avait presque fait oublier la raison du malaise de départ. Presque. enfin tout ça pour dire que je comprends parfaitement que tu n'aies pas envie de t'étendre sur le sujet "ex encombrant" et que je peux t'offrir le sujet "cuisinons chez les Foster" en contre-partie ! Je préfère, c'est gentil. Elle ne s'offusqua pas le moins du monde, bien contente au contraire d'avoir évacué le sujet. Elle n'avait pas envie de parler de sa vie, et juste ceci devrait suffire à contenir les questions qui auraient pu être indésirables.

    D'ailleurs, si tu veux de l'aide dans ta quête du Graal, je t'offre mes services ! Après tout, Néo ne l'attendait pas, et elle avait bien besoin de faire un tour dehors. Découvrir la ville aux côtés de la jeune femme pouvait se révéler extrêmement intéressant, et elle comptait bien la voir le plus souvent possible, si bien sûr celle-ci était d'accord. Un visage familier, souriant et agréable dans cette ville n'était au final pas de refus, même si déroutant à la base. Un panel haut en couleurs, en comptant ses collègues, de quoi repeupler sa vie de rires et de sourires, exactement ce qu'il lui fallait.Meredith ! Elle sursauta devant ce réveil brusque de son amie:Maëve ? Tu connais peut-être mon cousin du coup ! Will ! Will Foster, celui qui fait courir les cheerleaders du lycée et qui agite leurs petits culs rebondis... Enfin, de façon tout à fait légale et bien placée bien sûr. Non?! Will est ton cousin ? Elle éclata de rire, secouant doucement la tête: Quelle histoire ! Oh oui, je le connais bien, j'allais dire très bien mais pas exactement. Il m'a mise à l'aise dès le premier jour - heureusement d'ailleurs, tous les collègues ne sont pas forcément très abordables -. On s'entend plutôt bien ! Elle ne savait même pas qu'il s'appelait Foster, en réalité, et quand bien même, elle n'aurait sans doute pas fait le lien, ou si, mais sans y croire. Après tout, il s'agissait d'un nom courant, elle en avait connu à l'université, donc cela ne voulait pas forcément dire qu'il était relié à Maëve. Ça alors … Elle releva, à postériori sa remarque sur les cheerleaders: Bien évidemment … Ce n'est pas son genre. Elle sourit, pensant au naturel dragueur du jeune homme. Qu'il n'exerçait pas sur elle, ou en tous cas, pas qu'elle sache ou ait remarqué, ce qui lui allait plutôt bien. Qui savait de quoi étaient capables les hommes quand ils avaient une idée derrière la tête ? Mer' en avait une idée plutôt précise … et ce n'était pas très beau. Enfin, il y avait Sade … à qui elle devrait rendre visite, d'ailleurs. Sans doute ce soir, elle n'avait pas trop envie de rentrer chez elle. Et il ne savait pas qu'elle était là, cela lui ferait sans aucun doute une bonne surprise. Peut-être reprendrait-elle confiance dans les hommes au final. Peut-être. Mais ce n'était pas vraiment la question: Vous vous entendez bien tous les deux ? Tu pourras l'engueuler parce qu'il ne parle pas de toi, plaisanta-t-elle. Fou, c'était fou ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

♣ Messages : 293
♣ Date d'inscription : 09/11/2011
♣ Crédits : bedshaped
♣ Activité : Future cadre dans une entreprise à quelques pas de New Salem.
♣ Bonus : 2251 Rebirth Road - CrowHaven - New Salem

Book of Shadows
♣ relations:
♣ Complément:


MessageSujet: Re: « On s'est connus, on s'est reconnus... » ft Meredith   Sam 3 Déc 2011 - 14:45

Will et Meredith ? L'idée traversa l'esprit de Maëve. Elle se prit à tenter de voir si ces deux personnes étaient compatibles. Comment pouvait-elle le savoir ? Elle n'avait pas ou plus suffisamment de cartes en main pour travailler sur la chose... Meredith était une amie perdue de vue donc les choses avaient sûrement bien changé et surtout, elle sortait apparemment d'une rupture bien trop complexe pour parler sentiments tout de suite. Will... Elle réapprenait à le connaître vraiment depuis qu'ils vivaient ensemble : ils s'étaient toujours appris de loin quand ils étaient gosses et là, elle découvrait réellement qui était son cousin. Seulement elle n'avait pas tout vu alors... En écoutant la jolie blonde, Maëve comprit que son cousin avait réussi lui aussi à faire sourire Meredith et c'était chouette : en même temps, Will Foster restait le mettre incontesté de la détente et de la blague facile. Fou rire assuré quelle que soit la personne en face: en tout cas, Maëve ne pouvait résister à l'humour, même lorsqu'il était douteux, de son cousin. « J'avoue qu'il est doué pour détendre l'atmosphère, trop parfois même. » dit-elle en souriant, imaginant très bien Will s'adressa à Meredith la première fois comme s'il parlait à sa vieille copine d'école maternelle, lui offrant bien sûr de quoi grignoter, ogre qu'il était. Un estomac sur pattes ce gosse !

Elles cherchaient désormais l'épice qui donnerait vie au plat fabuleux de maman Foster à deux. Quelque part, c'était un bon moyen pour renouer le contact mais aussi pour passer un bon moment : Maëve et Meredith avaient toujours réussi à tirer le meilleur du peu de temps qu'elles avaient passé ensemble à Rennes. Maintenant, c'était à Meredith d'en savoir plus... Maëve avait respecté son envie de passer rapidement le sujet ex-un-peu-trop-con et pour faire les choses bien, autant détourner la conversation vers la famille Foster... Seulement, là aussi, il y en avait des choses à taire : sorcellerie, morts en série à cause de la sorcellerie, rancoeurs, liens nouveaux, pratiques païennes... Elle ne pouvait décemment pas lui parler de tout ça alors que ça faisait la base de ce qui la liait à Will. Elle allait devoir ruser pour ne pas mentir à son envie. Un mensonge n'est pas tout à fait un mensonge, si ? Et puis il y avait tant à dire sur la relation entre les deux cousins... Le fait qu'ils s'amusaient à se prendre la tête, qu'ils s'entendaient mieux que ce qu'ils auraient cru, qu'ils étaient de plus en plus proches, que Maëve admirait la force de Will... Tant de choses à dire ! Seulement, il fallait savoir trouver les mots pour exprimer tout ça et là, la jeune Foster séchait complètement : elle n'était pas douée en sentiments alors les décrire, c'était encore pire ! Elle continua à marcher aux côtés de Meredith en quête de cette boutique tout en cherchant à répondre machinalement... « On s'entend bien, aussi étrange que ça puisse paraître, nos caractères se complètent plutôt bien. Je pense qu'il est le cousin dont je suis le plus proche même si on n'en parle pas. Tout s'est fait naturellement... Son côté gamin me fait rire et je pense que mon côté maman rééquilibre bien à côté. Et puis, je le trouve vraiment courageux : il a affronté tellement de choses que le voir si optimiste est une sorte de miracle. » lâcha-t-elle.

Perdre ses parents si jeune, perdre sa grand-mère et devoir affronter le monde en protégeant Kate... Même siRichard, le père de Maëve était là pour l'aider à gérer ces nouvelles responsabilités, Will assurait, il arrivait avec jouer son rôle avec une mâturité que sa cousine ne lui avait pas connu avant. Elle voyait en lui un homme, enfin un homme et plus ce gosse qui s'amusait à leur faire mille et une misères à elle et les autres Foster...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rambalh.blogspot.com/

♣ Messages : 135
♣ Date d'inscription : 03/11/2011
♣ Crédits : XXX
♣ Activité : Professeur d'Anglais
♣ Bonus : En Salle d'Anglais

Book of Shadows
♣ relations:
♣ Complément:


MessageSujet: Re: « On s'est connus, on s'est reconnus... » ft Meredith   Dim 4 Déc 2011 - 18:40

    J'avoue qu'il est doué pour détendre l'atmosphère, trop parfois même. C'est le moins qu'on puisse dire. Il arrive à me faire rire à n'importe quel moment. Même si tout le monde n'est pas de mon avis … Il y a quand même quelques enquiquineurs dans l'équipe. Will était « particulier » au sens où il restait le plus jeune du corps professoral de l'établissement, et qu'il semblait effectivement parfois être l'un des lycéens dont il était censés s'occuper. Mais c'était ce que Meredith trouvait rafraichissant chez lui: le fait qu'il ne se prenne pas la tête, qu'il ait toujours l'air de bonne humeur, prêt à conquérir le monde d'une blague plus ou moins bonne. Tout en lui rayonnait l'optimisme et le Carpe Diem. Sans doute le genre d'homme qu'il lui faudrait, au final, même si elle ne voyait absolument pas son collègue comme ça. Bien loin d'elle cette idée même, en réalité, il était justement bien trop sûr de lui pour avoir une chance de lui plaire, ou qu'elle s'y intéresse d'elle-même. Ce qu'il lui fallait, c'était un homme sensible, qui puisse la toucher et la comprendre... Elle fit un effort pour détourner ses pensées de son commanditaire préféré, reléguant la question à plus tard pour suivre Maëve dans les rues de la Nouvelle Salem: Tu as une adresse précise ? On peut toujours essayer de demander à quelqu'un. Ou aller voir ma petite dame de tout à l'heure, je suis sûre qu'elle doit connaître un endroit où on trouve ça, plaisanta-t-elle, de très bonne humeur. C'était parti, de toutes les manières, elle ne s'y connaissait pas assez pour tenter de suggérer un substitut à la plante, ou à l'épice, ou au truc en tous les cas, ou pour l'orienter, alors autant se laisser porter par le flot, l'instinct, et la chance, tout simplement.

    Alors qu'elles avançaient, Meredith attendait d'en savoir plus sur Will et elle, pour le coup. Elle commençait à découvrir des interactions inattendues entre des gens qu'elle connaissait, rendant la coïncidence de se retrouver encore plus impressionnante. Une vision d'elle, Maëve et Will en train de boire un verre en plaisantant, les deux filles charriant le garçon, les deux collègues asticotant la troisième, et les cousins la taquinant allègrement lui traversa l'esprit et la fit sourire. Peut-être, il ne fallait pas non plus aller trop vite en besogne, mais franchement, cela lui plairait énormément. Trouver des points de repère stables et agréable, pour démarrer du bon pied, voilà qui était un véritable soulagement. On s'entend bien, aussi étrange que ça puisse paraître, nos caractères se complètent plutôt bien. Vous avez un débit de parole comparable, non ? la taquina gentiment Mer'. Les deux avaient un naturel des plus agréables, et une façon impressionnante de mettre les gens à l'aise, de façon quasi instantané. De ce point de vue-là, dans ses yeux, ils se ressemblaient beaucoup. Mais elle ne les connaissait pas assez pour se prononcer sur le reste. Je pense qu'il est le cousin dont je suis le plus proche même si on n'en parle pas. Tout s'est fait naturellement... Son côté gamin me fait rire et je pense que mon côté maman rééquilibre bien à côté. Et puis, je le trouve vraiment courageux : il a affronté tellement de choses que le voir si optimiste est une sorte de miracle. Elle hochait la tête de temps en temps, simple signe du fait qu'elle écoutait ce qu'elle lui disait. Elle les voyait bien, tous les deux, effectivement, si elle lui avait dit qu'ils ne s'entendaient pas, elle aurait probablement eu du mal à le croire. Mais on ne connaissait pas les histoires de famille. La preuve. Quand elle parla du courage de Will, Meredith n'avait pas la moindre idée de ce dont elle voulait parler, au final. Mais elle ne voulait pas demander d'explications précises, de peur d'être intrusive: Oh. Je ne savais pas qu'il avait vécu des choses … graves, enfin … En même temps, ce n'est jamais marqué sur le front des gens, plaisanta-t-elle avec un doux sourire. Elle en était l'exemple criant, d'ailleurs, mais ça n'était pas le sujet. En tous les cas, c'est vrai qu'il dégage un optimisme contagieux. Comme une aura disant : « la vie est belle, alors ne faites pas la tête! ». Elle rit doucement, intégrant le fait que ce naturel gamin pouvait cacher des cicatrices importantes. Elle nota d'être prudente avec ce qu'elle pourrait dire en sa présence, dans ce cas. Vous avez une famille plutôt unie ? Grande, avec des traditions, fêtes de famille et compagnie ? La question pouvait paraître anodine. Mais pour quelqu'un qui n'avait pas connu cela ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

♣ Messages : 293
♣ Date d'inscription : 09/11/2011
♣ Crédits : bedshaped
♣ Activité : Future cadre dans une entreprise à quelques pas de New Salem.
♣ Bonus : 2251 Rebirth Road - CrowHaven - New Salem

Book of Shadows
♣ relations:
♣ Complément:


MessageSujet: Re: « On s'est connus, on s'est reconnus... » ft Meredith   Sam 10 Déc 2011 - 15:44

C'était partie, la conversation commençait à prendre une tournure très peu confortable pour Maëve. Si elle n'avait pas été si occupée à chercher cette satanée boutique et surtout occupée à calmer ses émois face à ses retrouvailles avec Meredith, Maëve aurait déjà trouvé le moyen de changer habilement la discussion pour la tourner à son avantage et non à son désavantage : seulement, en plus de son aptitude à beaucoup (trop) parler, elle avait aussi cette facilité à aller pile là où il ne le fallait pas dès qu'elle était déconcentrée et qu'elle avait l'esprit occupé par trop de petites choses plus ou moins insignifiantes. En gros, Meredith avait mis pile le doigt là où ça clochait et la sorcière allait devoir trouver le moyen d'esquiver tout ça tout en continuant à chercher sa boutique et sans faire fuir son amie retrouvée. Courage ma grande, tu peux le faire. « On a tous notre lot de merdes dans la vie mais Will a pas mal morflé, bien trop par rapport à son grand coeur et sa joie de vivre... » Peut-être que c'était ce trop-plein d'optimisme que la balance de la vie avait décidé de rééquilibrer en s'en prenant au cousin de la jeune femme. Elle se mordit la lèvre, consciente que ça n'était pas à elle de s'étendre sur les problèmes de Will, que c'était à lui de choisir d'en parler ou non et visiblement, il n'était pas assez proche de Meredith pour ça... Puis même s'ils avaient été bien plus proches, il ne serait pas confié à elle : Maëve savait tout ça parce que c'était de sa famille dont il s'agissait, parce que les parents de Will étaient les cousins des siens, que Cara était sa grand-tante qu'elle aimait beaucoup. C'était compliqué tout ça...

Famille unie, traditions et tout ce qui allait avec... On pouvait dire que les Foster respectaient la tradition, ça, c'était clair. Ils avaient tous eu le droit de récupérer un peu de la magie de ce monde pour eux, chacun étant lié à un élément ou une pratique en particulier. Seulement, comment dire que la famille était liée aux vieux rites, aux vieilles habitudes en sachant que c'était lié à la sorcellerie ? Comment parler de famille unie quand deux des cousins de Maëve avaient choisi de partir de la maison familiale à cause de la magie justement ? C'était impossible. Elle ne savait pas quoi répondre, enfin si, elle savait quoi dire mais elle ne savait pas comment le dire pour que ça ne devienne pas un mensonge... « On va dire qu'on a droit à notre lot de réunions de famille, de petits conseils de famille même où mon père tente désespérément d'aider la petite tribu que nous sommes à mieux s'entendre et surtout à mieux vivre en collectivité parce que ça fait beaucoup de corvées tant de personnes sous le même toit » Dit-elle en un sourire. « Mais dans l'ensemble, ça se passe plutôt bien. On a réussi à répartir les tâches même si Will tente de nous faire régulièrement croire que les siennes ont déjà été faites. » Ajouta-elle avec un clin d'oeil complice. « Et puis l'une de mes cousines à décidé de partie avec son cadet pour justement se détacher de toute cette présence : c'est vrai que parfois, j'aimerais pouvoir faire pareil pour avoir mon espace, mon silence surtout mais on s'y habitue et puis à CrowHaven, c'est facile de s'exiler pour une petite balade.... C'EST LA ! » Elle s'arrêta brusquement, attrapant le bras de Meredith au passage sans ménagement. Elles étaient à quelques mètres seulement de l'épicerie. Maëve commença à se réjouir mais elle se rendit alors compte qu'elle ne savait même pas où elle était. A trop parler, elle en avait oublié de repérer les rues qu'elles avaient empruntées et du coup, elle ne savait pas où elles avaient atterri.... Tanpis, elle se contenterait pour l'instant de récupérer son épice - si elle y était - et elle verrait ensuite avec son amie comment faire pour tenter de retrouver son chemin au milieu de cette ville qu'elle avait encore du mal à connaître par endroits... « On s'est juste un peu perdues je crois, mais au moins, on a mis le doigt sur l'épicerie ! » Il fallait prier pour qu'ils aient l'épice maintenant....

Maëve entraina Meredith à l'intérieur et alla directement voir le vendeur qui lui, n'avait rien à voir avec l'avorton de la boutique précédente, bien au contraire : grand, brun, yeux clairs, pas trop baraqué mais suffisamment "homme" pour titiller Maëve... Bref, elle lui sourit à pleines dents et lui demanda s'il avait ce qu'elle recherchait. Il disparut dans les rayons et revint quelques secondes après avec l'épice ! Maëve ne put retenir un cri de victoire avant de s'empourprer face au regard du beau vendeur. Elle paya rapidement, lui sourit une nouvelle fois et se dép^écha de sortir, entrainant Meredith une nouvelle fois avec elle. « Il m'a encore plus embrouillé la cervelle le bel Apollon là ! Bon, on passe par où maintenant ? »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rambalh.blogspot.com/

♣ Messages : 135
♣ Date d'inscription : 03/11/2011
♣ Crédits : XXX
♣ Activité : Professeur d'Anglais
♣ Bonus : En Salle d'Anglais

Book of Shadows
♣ relations:
♣ Complément:


MessageSujet: Re: « On s'est connus, on s'est reconnus... » ft Meredith   Mer 28 Déc 2011 - 10:03

    Elles étaient reparties à marcher, ce qui eut le don de distraire Meredith des expressions faciales de son amie, ne pouvant ainsi pas creuser l'hésitation qui avait pu s'y lire. En même temps, elle n'aurait jamais cherché à être intrusive, bien au contraire, la vie privée des gens était une chose sacrée qu'elle respectait évidemment, quand on regardait son propre vécu. Donc si elle lui disait que Will avait vécu des choses difficiles dans sa vie, elle n'irait surtout pas demander quoi, quand, dans quelles circonstances, etc. Elle resterait juste sagement dans son coin, cela ne ferait qu'ajouter une dimension au personnage qu'elle avait vu s'ébaucher devant elle. Elle hocha doucement la tête aux paroles de Maëve: On a tous notre lot de merdes dans la vie mais Will a pas mal morflé, bien trop par rapport à son grand coeur et sa joie de vivre... Oui, à chacun sa manière de se protéger, son exubérance est peut-être une protection, au final, même si je ne doute pas qu'il ait toujours été comme ça. Il y a toujours plus derrière les gens que ce qu'ils veulent bien nous laisser voir ... Comment cloturer la conversation de façon philosophique, pour que personne ne se sente mal ou lésé. Elle avait beaucoup de mal à poser des questions personnelles sur les gens, sans doute parce qu'elle avait peur qu'on lui pose les mêmes, mais surtout parce qu'après tout, à trop creuser, on pouvait faire très mal à son interlocuteur sans le vouloir. Mais Maëve semblait lancée sur sa famille, donc elle ne l'arrêta pas. Elle s'étonnait de tout, au fur et à mesure, demandant: « Mais vous êtes à combien à vivre sous le même toit, au final ? » « Vous habitez dans un manoir, donc ? », riant à l'évocation de Will tentant de se défaire de ses corvées, ce qui lui ressemblait tout à fait, et finalement, allait demander pourquoi elle ne prenait pas quand même un appartement à Crow Haven, histoire de rester proche mais d'avoir en même temps son indépendance, mais elle se stoppa devant la boutique: C'EST LA ! Victoire ! Et bien maintenant tu sauras qu'elle est là ! Là, elle se demandait ce que c'était, justement. Elle ne le savait absolument pas. Mais en même temps, elle était nouvelle dans le coin, cependant, Maëve avait l'air d'être aussi perdue qu'elle: On s'est juste un peu perdues je crois, mais au moins, on a mis le doigt sur l'épicerie ! Et bien … On est dans de beaux draps, pouffa-t-elle avant de rentrer à la suite de son amie.

    Pendant que Maëve s'adressait au vendeur, Meredith s'aventura dans les rayons de cette épicerie. Ça n'avait pas franchement l'air d'une boutique conventionnelle, décidément, et il se pouvait que ce soit effectivement la boutique dont lui parlait la vieille dame tout à l'heure. Amusée, elle flâna, regardant les noms de plantes qui, si pour la plupart avaient l'air normal, pour d'autres avaient des noms qui semblaient tout droit sortie d'une histoire de style Harry Potter, ou d'un grimoire de bonne femme. Cette ville était … définitivement à part, particulière, et son folklore semblait réellement ancré dans chaque pierre, dans chaque habitant. Il fallait vraiment qu'elle en apprenne plus sur le sujet. Elle allait poser une question au vendeur, mais Maëve l'attrapa rapidement par le bras et la fit sortir à sa suite. Étonnée, elle n'eut que le temps de dire un Au revoir ! amusé avec un grand sourire, alors que son amie lui confirmait la raison de ce départ précipité: Il m'a encore plus embrouillé la cervelle le bel Apollon là ! Bon, on passe par où maintenant ? Ahah, c'est vrai qu'il était plutôt pas mal … Tu ne veux pas aller lui poser deux-trois questions sur d'autres plantes dont tu aurais besoin ? J'ai vu des trucs étranges du style aconit, si tu veux, on y retourne, dit-elle avec sérieux en pointant l'intérieur de la boutique du doigt et en la retenant par la manche. Pourquoi pas après tout, ce n'était pas parce qu'elle était « au régime » concernant les hommes parce qu'elle en avait un en vue qu'il ne fallait pas s'occuper de son amie. Et puis, ça l'amusait, étant donné que c'était dans ce genre de circonstances qu'elles s'étaient rencontrées, alors … Elle enfonça le clou, histoire de rire un peu: Allez, au moins pour retrouver notre chemin ! Je doute qu'on y arrive en suivant notre instinct, ou un pendentif qui tourne, rit-elle en touchant le sien du bout des doigts. C'était lui qui l'avait amené jusqu'à la Nouvelle Salem, après tout ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

♣ Messages : 293
♣ Date d'inscription : 09/11/2011
♣ Crédits : bedshaped
♣ Activité : Future cadre dans une entreprise à quelques pas de New Salem.
♣ Bonus : 2251 Rebirth Road - CrowHaven - New Salem

Book of Shadows
♣ relations:
♣ Complément:


MessageSujet: Re: « On s'est connus, on s'est reconnus... » ft Meredith   Mar 14 Fév 2012 - 12:42

Maëve connut une sorte d’ascenseur émotionnel, le genre de sensation qu'elle détestait au plus haut point, le genre de truc déstabilisant au possible. Meredith parlait bel et bien de questions, d'aconit, de plantes... Pourquoi avait-elle emmené la jolie blonde avec elle ? D'accord, c'était une boutique comme une autre mais Meredith avait posé la question mal placée, ce qui n'était jamais bon signe... Pendentif qui tourne ? Sérieusement ? Et si ça n'était pas le hasard qui avait mis sa vieille amie sur sa route ? Et si la jolie blonde avait atterri à New Salem pour des raisons précises ?

Maëve avait l'impression d'être parano, de voir des tas de choses là où il n'y avait rien. Après tout, l'aconit n'avait rien de spécial pour qui ne savait pas... Une vulgaire Gueule-de-Loup, une plante à fleurs renfermées sur elles-mêmes... Mais voir le nom "aconit" faisait forcément penser aux loups des légendes, au folklore de la ville... Si les loups-garous avaient été une réalité, Maëve l'aurait su. Ils étaient surtout du domaine de la mythologie, du domaine des esprits protecteurs dans les anciennes civilisations de sorciers... Pas de quoi en faire tout un drame.
Et puis retourner dans cette boutique pour observer Meredith afin de savoir ce qu'il en était vraiment était peut-être une bonne idée après tout... Soit elle s'intéressait au folklore de la ville comme tout étranger curieux, soit il y avait plus... S'il y avait plus, Maêve devait le savoir, ne serait-ce que pour être sur ses gardes et protéger Meredith si besoin était. « Allez jeune fille, on y va. Mais on fait vite sinon ma mère n'aura pas le temps de préparer son plat et elle nous fera une autre spécialité : la côtelette Maëve Foster cuite à point. » dit-elle en souriant.

Elles pénétrèrent donc à nouveau dans la boutique mais cette fois, Maëve laissa de côté le charme de l'Apollon pour pouvoir se concentrer sur les réactions de Meredith. Elle observait ses expressions du visage, ses mouvements, elle écoutait attentivement ses paroles de peur de rater quelque chose dans l'intonation de sa voix... Elle ne voulait pas que ses retrouvailles avec Meredith soient gâchées par un lien quelconque avec la sorcellerie... Elle aimait sa magie mais elle ne voulait pas avoir à la subir, avoir à souffrir de cette magie. Des personnes de sa famille avaient péri et elle ne voulait pas souffrir encore... Les menaces qui planaient étaient déjà bien suffisamment nombreuses à ses yeux.
L'odeur de la boutique rappelait à Maëve sa maison, celle d'avant New Salem, où leur mère avait aménagé une petite pièce réservée à la botanique. Un véritable salon des sensations pour l'odorat... Là, c'était la même chose : les odeurs se mêlaient, se mariaient bien même. Elle savait que l'agencement des rayons n'était pas du au hasard grâce à cette familiarité. Le vendeur savait-il ça ? Elle risqua un coup d'oeil dans sa direction et ne put s'empêcher de sourire : il était vraiment à tomber... « T'es certaine qu'on est pas revenues uniquement pour lui ? » dit-elle à Meredith en souriant...





HRP : Je propose d'abréger pour pouvoir passer à autre chose =)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rambalh.blogspot.com/
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: « On s'est connus, on s'est reconnus... » ft Meredith   

Revenir en haut Aller en bas
 

« On s'est connus, on s'est reconnus... » ft Meredith

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Secret Garden ::  :: Le centre ville.-