Partagez | 
 

 Blood To Bleed ft Leandre [NC-17]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

♣ Messages : 117
♣ Date d'inscription : 05/10/2011
♣ Crédits : ---
♣ Activité : Professeur d'Art

Book of Shadows
♣ relations:
♣ Complément:


MessageSujet: Blood To Bleed ft Leandre [NC-17]   Dim 4 Déc 2011 - 14:50





-
LEANDRE & ALEUSHA
Steps, I take in your footsteps
Aren't getting me closer to what is left
Of the dreams of what I once claimed to know
Within my bones this resonates
Boiling blood will circulate



    Je quitte finalement le lycée de Chance Harbor après une longue journée de cours. Certains pensent que le rôle de professeur d'art est réservé aux fainéants mais ce ne sont pas les professeurs de littérature qui passent une heure chaque soir à ranger leur salle de classe après les nombreux excès en peintures, pierres à taillées ou autres joies des domaines artistiques. Je pourrais trouver le réconfort en me disant que je peux maintenant tranquillement rentré chez moi et profiter du calme de MON chez moi...Mais non ! Il faut croire que la sorcellerie ne sert pas à grands chose en cas de dégâts des eaux. C'est pourquoi j'ai du renoncer à mon apparentement et....Oh j'aurais pu aller chez Meredith mais j'avais bien plus drôle et "exotique" en tête. Je me suis pointée chez Leandre ruisselante de la tête aux pieds, de l'eau plein les chaussures, une dizaine de sac autour de moi et mon grand sourire accrocher au milieu du visage. Ce connard n'a évidement pas manquer de me claquer la porte au nez ! Mais c'était sans compter sur l'intervention de l'adorable Prune qui a prêcher en ma faveur....Voila que depuis deux semaines, je loge chez les Alister et c'est loin d'être de tout repos.

    Je fais un arrêt par le petit restaurant chinois du quartier et emporte de quoi manger pour cinq. Je vois toujours les choses en grands ! Je m'empresse ensuite de rentrer pour trouver la maison...vide. Pas de trace de Leandre, ni de Prune. Je pourrais être dégoutée d'avoir acheter toutes cette nourriture pour rien mais je suis plutôt tout simplement heureuse d'avoir du temps pour moi. J'envoie valser mes talons de dix centimètres à l'autre bout du salon. J'abandonne mon sac au milieu de la pièce et me jette sur la canapé. Je lance la chaine de mode et ouvre n'importe qu'elle boite ramenée du traiteur. Je mange avec les doigts, je goute un peu à tout avant de décider d'aller prendre un bain en abandonnant tout ça derrière moi. L'eau chaude me fais un bien fou! Je pourrais m'assoupir mais j'ai bien l'intention de profiter de ma soirée. Je quitte finalement le bain, ne manquant pas de répandre multiples flaques dans la salle de bain immaculée jusque la. Je ris en pensant à la tête de Leandre lorsqu'il verra tout ça. Je pourrais ranger...ou pas !

    J'enfile un string blanc et pose la main sur ma chemise de nuit avant de rire à nouveau. J’adore me balader à moitié à poil et puisque je suis seule ce soir c'est le moment idéal pour me laisser allée à cette passion. Je reprends le chemin du salon, mes longs cheveux blonds trempés, collant à ma peau. Je me dirige vers le bar et ouvre la première bouteille de vin qui me passe par la main. J'en vide la moitié d'une traite avant d'augmenter le son du défilé Victoria's secret. Je me mets à danser sur un podium imaginaire avant de prendre la table de salon pour cible. J'adore ce genre de moment de perte totale de contrôle, d'abandon. C'est tellement libérateur. La bouteille vide, j'en ouvre une deuxième tout en dégustant des ailes de poulet froides mais pourtant savoureuses. La bouteille me glisse des mains, je la rattrape de justesse mais c'est mon aile de poulets remplie de ketchup qui s'écrase sur le sol. J’affiche un air paniqué avant de hausser les épaules et de me remettre à danse. Au bout d'une heure, je m'écroule sur le canapé. La bouteille à la main, je m'installe sur le ventre, les fesses à l'air. Il ne me faut pas bien longtemps pour sombrer dans le sommeille et l’alcool dans mon sang m’enlève toute inhibition qui pourrait me pousser à soucier de savoir si Leandre ou Prune pourraient renter bientôt.










I can be the queen that's inside of me .
This is my chance to release it...Be brave for you you'll see
I can be the queen you need me to be.
This is my chance to be the dance...Our dream is happening



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

♣ Messages : 62
♣ Date d'inscription : 02/12/2011
♣ Crédits : June
♣ Activité : Professeur de français

Book of Shadows
♣ relations:
♣ Complément:


MessageSujet: Re: Blood To Bleed ft Leandre [NC-17]   Lun 5 Déc 2011 - 1:46


Elle n'est pas méchante;
Mais putain qu'est-ce qu'elle est chiante


    Elle va me rendre maboul. Je vais finir interné, c'est tout. Une jolie chambre aux murs tout doux, une belle chemise à longues manches, des bonbons multicolores à volonté et la bave aux lèvres, gémissant sans cesse « j'la hais... j'la haiiiiiis ». Non mais sérieusement, je la hais.

    Flop... Flop... Flop...

    Ces bruits me hanteront jusqu'à la fin de ma vie, je crois. Ces bruits c'est quoi? Les godasses trempées d'Aleusha qui remonte ma rue, ses kilos de fringues en sous le coude et son putain de sourire sur la face. J'ai cru halluciner. Elle pensait vraiment que j'allais l'inviter chez moi? Mais en quel honneur? Dégâts des eaux? Et alors ! Une belle plante a besoin d'avoir les pieds dans la flotte, alors c'est pas mon putain de problème. Alors, en homme terriblement galant que je suis, je lui ai gentiment fermé la porte au nez, tout en ricanant.

    Leandre;
    « Reznor chez moi, non mais elle a cru quoi, qu'elle se noie, cette godiche... »

    Qu'est-ce que je venais de dire par la, ô horreur malheur et désespoir. Pourquoi fallait-il que Prune soit descendu à cet instant même?! Je m'en serais mis la tête dans le mur tellement j'ai été con.

    Prune;
    « Reznor?! Aleusha est lààààààààààà? » et merde. « Mais attends tu vas pas la laisser dehors! Si elle vient ici c'est parce qu'elle a besoin de toi! Allez Leandre, steuplé, arrête d'être le dernier des glands. »

    Pourquoi savait-elle aussi bien faire ce regard à faire fondre un radiateur? Comment résister à ma sœur... elle savait tellement bien jouer de mes faiblesses. Et ma seule faiblesse, c'était elle, Prune. C'est donc à contre cœur que j'ai rouvert la porte, dans l'infime espoir que la blondasse soit déjà partie, mais elle était encore la, un sourire encore plus radieux illuminant ces traits.

    Leandre;
    « C'est pas grâce à moi alors ne me remercie pas. »

    Et voilà, depuis deux semaines, une furie bordélique squatte ma maison. Moi, maniaque à souhait, c'est une véritable torture. Vivre sous le même toit qu'une ado qui ne peut pas me cacher ses émotions, et avec une pseudo adulte qui les intensifie... qu'est-ce que je fous encore la?!

    C'est peut être la raison pour laquelle je suis encore au lycée, dans une salle de classe vide, en train de ... corriger des copies? Non pas trop, en train de dessiner sur le bureau, comme un vulgaire adolescent pré-pubère. Allez, assez glandé pour aujourd'hui, il faut bien que je rentre de toute façon, et puis j'ai faim. Ouais c'est vrai ça, j'ai la dalle. Je range donc mes affaires en quatrième vitesse, ferme la classe et marche au pas de course vers la maison - ou plutôt le centre de liquéfaction de cerveau de moi. Par chance, peut être qu'elle sera parti, son appart est peut être enfin en état! Ou juste a t-elle oublié qu'elle squattait chez moi - bha oui, elle est blonde. Je ris par le nez et entre dans ma propriété.

    Télé à fond les ballons, normal. Je soupire, c'est pas bien grave, au fond, au pire les voisins vont râler. Je m'approche de celle-ci et trébuche sur... des chaussures. Ben tiens. J'aurais pu me mettre a brailler, mais je venais de voir... la tonne de paquet venant du traiteur chinois, et c'est mon ventre qui hurla à ma place
    « j'aaaaaaaaaaai faaaaaaaaaaaaaaaim ». Et la, je crois que je l'aime beaucoup trop, la petite Aleusha. C'est trop gentil, elle remonte dans mon estime... ah et en plus elle est à moitié nue, allongée dans mon canapé. C'est vrai que lorsqu'elle pionce- comprenons "qu'elle ferme sa grande gueule"- Reznor est une très très jolie femme. Wow il se passe quoi en mon entre-jambe?! C'est Aleusha bordel, j'allais pas avoir envie de faire l'amour à cette ...

    Leandre;
    « Oh... mon ... dieu... »

    Et la, c'est le drame. Autant dire que la fête dans mon pantalon est parti aussi vite qu'elle est venue. J'avais omis ce détail, caché par cet étalage de chair... Qu'a-t-elle dans la main?! Je m'approche pour lui prendre. Un très grand cru français... un Saint Emillion... et le cadavre de sa petite sœur avait roulé au sol. J’hésite. Je la tue dans son sommeil, propre et sans bavure, ou je la réveille pour la torturer et lui rentrer ces deux bouteilles par le premier trou qui me viendrait à l'esprit? Boire un si grand vin, avec de la boustifaille chinoise, à même la bouteille, comme si c'était de la vulgaire piquette... il fallait vraiment être américaine pour faire ce genre de chose. Oui en fait je crois que je vais la réveiller, et la butter.

    Je m'assois sur le fauteuil, en face et finis la bouteille en mode barbare-cuuul sec!-, pour ne pas faire une crise de nerfs. Oh tiens, une vilaine tache sur mon tapis hors de prix... du ketchup il semblerait. Ben voyons. Je sais pas pourquoi mais pour le coup, j'ai peur d'aller visiter les autres pièces, quand on voit ce qu'elle a fait de mon salon. Je ramasse l'aileron de poulet à moitié mangé et le jette en plein sur le visage de Reznor, lui laissant une jolie trace de sauce sur le front. Bon, il rebondit et retourne tacher mon tapis, un peu plus, un peu moins...

    Leandre;
    « Réveille toi le poulpe... je veux que tu aies pleinement conscience de ta mort. Et rhabille toi s'il te plait, si tu ne veux pas que je te viole pendant ton agonie, voire post mortem. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

♣ Messages : 117
♣ Date d'inscription : 05/10/2011
♣ Crédits : ---
♣ Activité : Professeur d'Art

Book of Shadows
♣ relations:
♣ Complément:


MessageSujet: Re: Blood To Bleed ft Leandre [NC-17]   Mar 6 Déc 2011 - 17:28







    Mon sommeil est alcoolisé, mes rêves confus mais plutôt plaisants. Je ne fais plus qu'un avec le canapé dont les coussins semblent épouser les formes de mon corps à la perfection. Je n'ai pas les même gouts que Leandre en matière de luxe mais pour cette fois je n'ai pas à m'en plaindre. Ma bouche entrouverte laisse échapper un fin filet de bave et mon maquillage déteins sur l'un des coussins. Je me sens bien, sereine et reposée. Je ne remarque pas les bruits légers et mouvements furtifs autour de moi. Je n'ai plus conscience de ce qui sépare le rêve de la réalité. Je pousse un soupir de plaisir, si j’était un chat, on pourrait m'entendre ronronner. Je suis aux anges lorsque quelque choses de dure et humides s'écrase violemment contre mon visage. Suis je occupée à rêver? Un de ces rêves aussi réels que lorsque l'on se réveille en essayant d'attraper quelque chose que l'on ne parviens pas à atteindre. La voix de Leandre arrive à mes oreilles...Ce n'est pas une douce mélodie, oh que non.

    Leandre - « Réveille toi le poulpe... je veux que tu aies pleinement conscience de ta mort. Et rhabille toi s'il te plait, si tu ne veux pas que je te viole pendant ton agonie, voire post mortem. »

    Je bondis rapidement sur mes deux pieds tout en m'essuyant la joue. Du gras de poulet ! Je le regarde droit dans les yeux et me lèche les doigts tout en gémissant tellement c'est bon. Je me fiche bien d'être nue devant Leandre, cela fait longtemps qu'il m'a vue et photographiée dans le plus simple appareil.

    Aleusha - Merci mon ange ! Je rêvais justement de poulet et tu m'en apportes le gout.

    Je lui balance l'aile de poulet avant de m'emparer d'un des cadavres de bouteilles de vin. Je la fracasse sur la table basse, l'éventrant, répandant le reste de vin sur le sol et de nombreux débris de verre éparpillé autour de moi. Je fixe Leandre, je pourrais l'apaiser, lui envoyer "des ondes positives" mais pour lui je n'en ai pas en réserve. Il n'a aucun tact, aucun savoir vivre, il ne sais pas comment parler aux femmes et on dirait bien qu'en dehors de Prune, il n'en respecte aucune. Je pousse un grognement et entreprends de lui répondre tout en braquant ver lui le coté tranchant de la bouteille.

    Aleusha - Me violée ? Parce que la simple vision de mon cul te fait bander?

    J'éclate de rire et laisse lascivement un doigt glisser le long de mon corps tout en fixant Leandre.

    Aleusha - Tu est si frustré que ça? Pourtant je les entends couinées, celles que tu ramènes dans ta chambre. Tu n'en à pas assez Leandre? T'as les couilles en feu!?! Moi je te défies de tenter quoi que ce soit si tu veux justement les garder tes couilles.

    Je balance à nouveau le plein d'énergies à Leandre. Je pousse à l'extrême ses émotions, je le titille, le torture et puis stoppe tout net. J'affiche subitement un air innocent, tout en souriant et chantonnant d'une voix enfantine, je reprends la paroles.

    Aleusha - En plus je ne sais même pas ce que j'ai fait pour mériter tout ça !

    Ma bouche se plie dans une mine boudeuse mais intérieurement, je jubile. Oh je sais bien ce que j'ai fait mais c'est tellement bon de jouer les innocente et de rendre mon Leandre complètement dingue. L'alcool que j'ai ingérer plus tôt ne fait rien pour y arranger.








I can be the queen that's inside of me .
This is my chance to release it...Be brave for you you'll see
I can be the queen you need me to be.
This is my chance to be the dance...Our dream is happening



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

♣ Messages : 62
♣ Date d'inscription : 02/12/2011
♣ Crédits : June
♣ Activité : Professeur de français

Book of Shadows
♣ relations:
♣ Complément:


MessageSujet: Re: Blood To Bleed ft Leandre [NC-17]   Mer 7 Déc 2011 - 19:38




    Aleusha; « Merci mon ange ! Je rêvais justement de poulet et tu m'en apportes le gout. »

    Jolie petite courbette, madame est servie. C'est dingue ce qu'elle peut faire comme connerie celle la. Déjà en temps normal, alors avec de l'alcool dans le sang, c'est une horreur. J'essaye de feindre l’indifférence quand elle éclate la bouteille contre la table basse, rependant vin et débris de verre sur mon beau tapis. Bon bha je crois que je peux aller en acheter un autre demain, le gras et le ketchup, ça part, mais le vin... c'est rapé.

    Aleusha;
    « Me violée ? Parce que la simple vision de mon cul te fait bander? »

    Je détache le bouton de mon jean et fait mine de regarder ce qu'il se passe sous mon boxer. Je hausse les épaules et fait la mou. Pas trop bander en fait. Elle se croit irrésistible en fait non? Oui c'est une belle femme, ancienne mannequin de surcroît, mais tout de même, il m'en faudrait un peu plus qu'une paire de seins et un string pour m'emporter.

    Leandre;
    « tu serais moins vulgaire, ma foi peut être que oui, moins ivre aussi. »

    J'ai toujours trouvé ça trop facile, l'ivresse. C'est tellement la bonne excuse de tout le monde pour faire passer l'acte comme une erreur, un acte inconsidéré. Il n'y a pas de challenge, si la proie est sous les effets de l'alcool. Et je ne peux même pas me délecter de ses vraies émotions, toutes les meilleures à tirer- d'émotions hein- sont embuées par les vapeurs de vin, de bière ou autres cocktails. Ou est l’intérêt? Une chasse gagné d'avance et aucun plaisir empathique. Je fais mine de ne pas voir ce doigt qui parcourt ce corps charmant à souhait, contrôlant mes pulsions du mieux que je le peux.

    Aleusha;
    « Tu est si frustré que ça? Pourtant je les entends couinées, celles que tu ramènes dans ta chambre. Tu n'en à pas assez Leandre? T'as les couilles en feu!?! Moi je te défies de tenter quoi que ce soit si tu veux justement les garder tes couilles. »

    Je revérifie l’intérieur de mon pantalon, avec un grand sourire. Ouais j'y tiens plutot beaucoup à mes bijoux de famille. Ça ne se dépareille pas ce genre de service trois pièces, ça fait désordre s'il en manque un bout. Et un flot d'émotions qui ne m'appartiennent pas m'envahit. Je ris par le nez, mais serre les dents. C'est de la triche, de l'anti jeu. Aucun fair play autant qu'aucune dignité. Utiliser son pouvoir pour gagner la partie, c'est d'un... pitoyable, d'un féminin! Malgré mon self contrôle, une infime chaleur semble naître en mon bas ventre. Salope.

    Aleusha;
    « En plus je ne sais même pas ce que j'ai fait pour mériter tout ça ! »

    L'innocence lui va si mal. Je pose la bouteille qui est resté dans ma main depuis que je l'ai fini d'un trait puis me lève, m'approche lentement d'Aleusha. Mon pantalon que je n'ai pas reboutonné glisse quelque peu, dévoilant quelque peu mon boxer noir, laissant entrevoir ma légère excitation. J'attrape son poignet d'un geste sec, menaçant de le broyer, jusqu'à ce qu'elle lâche son arme, jusque la pointé sur moi. Elle vint se briser au sol, éparpillant le fond de Saint Emillion -quel gâchis- sur mon tapis déjà dans un état déplorable. Je la fais reculer, mon regard toujours planté dans le sien, un regard de braise. Le genre de regard qui signifie direct « oh ce soir tu vas prendre. » . On recule encore jusqu'à ce que ses jambes percutent le canapé et qu'elle perde l'équilibre.

    Je la plaque contre ce dernier tout en attrapant sa main libre, pour éviter qu'elle n'essaye de se débattre. Et oui ma jolie, tu n'est qu'une faible femme et je peux faire de toi ce que je veux, si je le veux. J'embrasse son cou, à plusieurs reprises, lui mordille l'oreille avant de lui susurrer quelques mots en son creu.

    Leandre;
    « Utiliser ses dons pour conclure, ma douce, c'est déloyale. Ta mine boudeuse aurait amplement suffit. »

    J'embrasse sa joue, la lâche et recule, un sourire carnassier sur le visage.

    Leandre;
    « Mais ravir une femme qui sent le vin et le graillon, non, c'est au dessus de mes forces, ma belle. »

    Je suis fier de moi, je surjoue une révérence d'un ancien temps et lui fais un baise main avant de me reculer vivement, pour éviter toute claque hautement probable. Je ris intérieurement, et c'est très dur de ne pas l’extérioriser. Mais ça serait un manque de classe évidement, ça péterait tout l'effet que je viens de mettre dans ma magnifique action. J'attrape une boite du traiteur, des baguettes puis retourne prendre place sur mon fauteuil. Des nouilles au porc et aux champignons. J'en mange une bouchée, c'est froid mais délicieux. La saveur de la victoire.

    Leandre;
    « Et sinon, vous étiez combien pour foutre un bordel pareil? »

    Je fais un grand geste pour designer le merdier qui règne dans mon salon. Je sais très bien que Reznor est assez bordélique pour faire ça toute seule, c'est bien ce qui me fait peur. Mais le changement de sujet quand il faut, c'est tout un art, que je pratique avec brio. Un à zéro, vend moi du rêve poupée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

♣ Messages : 117
♣ Date d'inscription : 05/10/2011
♣ Crédits : ---
♣ Activité : Professeur d'Art

Book of Shadows
♣ relations:
♣ Complément:


MessageSujet: Re: Blood To Bleed ft Leandre [NC-17]   Mer 14 Déc 2011 - 23:25



    Je vois bien que j'irrite Leandre au plus au point et moi, cela me fait jubiler au plus haut point justement. Lui qui se crois plus fort que moi ! Il crois rêver!?! Oh il prétends que je ne l’excite pas, ma vulgarité et l'ivresse l'en empêche, alors pourquoi je vois cette bosse sous son caleçon, dévoilée par son pantalon qui glisse sur ses hanches. Leandre pourrait être diablement sexy s'il n'avait pas le don de m’horripiler au plus haut point ! Je pousse un grognement alors qu'il s'approche de moi. A moitié à poil ,les cheveux en batailles, je ressemble à une sauvageonne ou une vieille strip teaseuse dépravée...c'est au choix. La main de Leandre se ferme violemment sur mon poignet. Il sert, si fort que je n'ai d'autre choix que celui de lâcher mon arme. Alors qu'il me pousse, je plonge mon regard dans le sien, oh cela n’annonce rien de bon. Je me débats violemment mais il est plus fort que moi physiquement et je déteste ça. Je ne supporte pas que l'on me contraigne, cela me rends dingue. Une femme ne devrais jamais avoir à supporter qu'un homme use de sa force sur elle à moins qu'elle ne le réclame explicitement, au lit par exemple...ce que je ne me rappelle pas d'avoir fait. L'arrière de mes jambes heurtent le canapé et je bascule vers l'arrière, impuissante. Voila qu'il me prive de la mobilité de ma deuxième main. Oh il va payer ! Ses baisers s'écrasent sur ma nuque, oh il n'est aucunement désirable à cet instant précis.

    Leandre - Utiliser ses dons pour conclure, ma douce, c'est déloyale. Ta mine boudeuse aurait amplement suffit.

    De quoi il parle ! Je lui ai envoyé un paquet d'émotions mais je n'aurais jamais penser qu'il en déduise cela. Voila que je me suis très certainement encore une fois emmêlée les pinceaux. Mon pouvoir demande trop de concentration et de discernement...ce que je cherche à cette instant précis. J'adresse à Léandre un regard remplis de haine et de dégouts et bien que cela soit vain je continue de me débattre du mieux que je peux.

    Leandre - Mais ravir une femme qui sent le vin et le graillon, non, c'est au dessus de mes forces, ma belle.

    Finalement, il s'éloigne de moi. Son baise main me dégoute et je ne me prive pas de lui montrer. Je reste figée sur place, on pourrait croire qu'il m'impressionne mais je suis tout simplement occupée à rassembler mes forces et mes esprits. Je parait coincée, terrassée mais je ne le suis aucunement. Je l'observe alors qu'il s'empare de l'un de mes plats chinois et qu'il s'affale sur le canapé pour le dégusté.

    Leandre - Et sinon, vous étiez combien pour foutre un bordel pareil?

    Pas de réponse. Il se fou de ma gueule ou quoi? Mais bien évidement que oui, que pourrait je attendre d'autre d'un bouffon comme lui. Je me penche vers mon sac à main, le fouille tranquillement et m'empare d'une cigarette que je glisse entre mes lèvres et que j'allume sans plus attendre. La fumée s'envole en volutes fines et légères. Je la fixe, inspire et me retourne brusquement pour foncer vers Leandre. Je saute sur le canapé et le surplombe de toute ma hauteur en posant mes pieds de chaque cotés de ses hanches. Je pense mon visage vers le sien et murmure.

    Aleusha - Parce que utiliser la force c'est mieux sans doute! Ma mine boudeuse aurait peut être suffit mais moi pour rien au monde, je ne voudrait connaitre le gout de ta bite. Ce bordel je l'ai foutu toute seule et c’est un cadeau pour toi, le ptit merdeux coincé que tu est....

    Je lui crache au visage et lui envoie enfin cette émotion que je cultive et cajole depuis plusieurs minutes. Je lui envoie le dégout, le dégout de lui même si profond, si détaillé et destiné à s'encrer dans ses veines. Je sais que je pourrais l'en faire gerber ou pire mais je ne veux pas m’arrêter, il m'a contrainte et bien il doit voir que moi aussi je peux avoir le contrôle. Mes genoux s'écrasent contre les épaules de Leandre, je ne cesse de lui balancer ce flu alors que je tire tranquillement une taffe que je lui envoie en plein visage.

    Aleusha - Tu n'est qu'un insecte. Je me demande comment il est possible que Prune soit ta sœur. A ta place j'en finirait tout simplement avec moi même...





I can be the queen that's inside of me .
This is my chance to release it...Be brave for you you'll see
I can be the queen you need me to be.
This is my chance to be the dance...Our dream is happening



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

♣ Messages : 62
♣ Date d'inscription : 02/12/2011
♣ Crédits : June
♣ Activité : Professeur de français

Book of Shadows
♣ relations:
♣ Complément:


MessageSujet: Re: Blood To Bleed ft Leandre [NC-17]   Sam 7 Jan 2012 - 18:02




    Je savoure ma victoire. Sa non-réaction me déçois un peu, ceci dit. Je m'attendais à sa vivacité, à sa mesquinerie. J'aime jouer avec elle d'habitude, mais pour le coup, elle m'ennuie. Ha, Dame Aleusha bouge enfin. Une cigarette maintenant. C'est dingue, comment une si belle femme peut elle se rendre vulgaire de la sorte? Alcool, une vertu douteuse, la clope... Quel gâchis. Plongé dans mes pensées, je n'en sors que "grâce" à
    sa vengeance. La voilà sur moi. C'est donc ça ma punition, sa réponse? Une partie de sexe sur le fauteuil? Entouré de vin, de débris de verre et de morceaux de poulet frit? Ça me va. Je lâche la boite de boustifaille et pose mes mains froides sur ses hanches dénudées. Je sens l'excitation monté en moi, bien plus que grâce aux fausses émotions que Reznor essayait de m’insuffler tout à l'heure.

    Aleusha; « Parce que utiliser la force c'est mieux sans doute! Ma mine boudeuse aurait peut être suffit mais moi pour rien au monde, je ne voudrait connaitre le gout de ta bite. Ce bordel je l'ai foutu toute seule et c’est un cadeau pour toi, le ptit merdeux coincé que tu est.... »

    Mon envie soudaine pour cette peste s'envole. Laissant place à un dégout profond, une honte intense. Envers elle? Non. Évidement. Envers moi même. Je me répugne, je m'insupporte, je me vomis. J'en ai les larmes aux yeux. Cette femme n'est rien de plus qu'une putain. Mais je ne la déteste pas autant que je m’exècre. Je n'arrive pas à contrer son pouvoir, je trouve ça juste affreux. Je me retiens de hurler qu'elle arrête son petit jeu de gamine écervelée.

    Aleusha;
    « Tu n'est qu'un insecte. Je me demande comment il est possible que Prune soit ta sœur. A ta place j'en finirait tout simplement avec moi même... »

    J'entend à peine ce qu'elle dit, comme une voix lointaine, mais je ressens la haine caché derrière chaque mot, au plus profond de moi. Je n'arrive plus à bouger, ni a contourner mes yeux des siens. Je ne peux que subir. Pauvre merde. Maitrisé par une gonzesse aussi pitoyable. Mon cerveau est en stand by, impossible de réfléchir, de bouger, de l'envoyer valser.

    Et la porte d'entrée s'ouvre, laissant passer une tête brune, les yeux clairs et malicieux. Voilà ce dont j'avais besoin. Ma tendre sœur, ou du moins l'illusion qu'elle venait de faire irruption. Surement que cette arrivée déconcerta la douce Aleusha, car déjà je me sens mieux. J'en profite pour la pousser, peut être un peu plus violemment que je le veux vraiment, puis me lève brusquement. Je met quelques secondes à me remettre de cette horrible sensation de n'être rien de plus qu'une raclure de fond de bidet.

    Ma soeurette disparait dans une volute de fumée. J'ai la tête qui tourne, je m'appuie contre le dossier pour ne pas tomber. Je n'avais plus utiliser la magie de l'illusion depuis pas mal de temps, je n'y avais même pas pensé, ce n'était pas voulu... c'était... instinctif. Je n'ai jamais été très doué pour créer de parfaites illusions, ni à grande échelle. D'ailleurs, personne ne savait que je pratiquais l'Art. C'est donc sans le vouloir que j'avais fait apparaître ma Prune.

    Je prend une grande bouffée d'air pour retrouver mon calme. En vain. Une profonde colère avait pris place. Pas insufflé par Aleusha, ni ressenti par mon empathie. Mais un sentiment violent qui s'était insinué en moi depuis longtemps déjà, que j'avais mis de côté. Par respect, pour Prune d'abord, puis pour Reznor, parce que je l'avais recueilli- tant bien que mal- et en tant qu'hôte, je me devais d'être un minimum vivable. Mais tant de choses venaient de remonter à la surface. Le viol de Prune ainsi que ceux de Meredith, l'arrivée de la mannequin dans sa maison, impossible de trouver les monstres qui avaient osé toucher aux femmes que je me suis juré de protéger. Je suis en colère contre moi, contre Aleusha, contre les hommes.

    Leandre;
    « Tu t'en vas. »

    La colère fait trembler ma voix. Les doigts serrés contre le dossier du fauteuil qui me sert toujours d’appuie. Je ne la regarde plus, je garde les yeux fermés, la lumière me blessant la rétine.

    Leandre;
    « Tu prends tes petites affaires et tu quittes cette maison. »

    Je me maitrise pour ne pas la frapper. Mais j'ai juré, je ne toucherais plus jamais une femme, je n'en blesserais plus jamais une. Je serre les dents. Je n'ose pas ouvrir les yeux, de peur que ma colère n'en soit que plus attisée.

    Leandre;
    « Je n'ai été que trop patient Reznor. Si tu n'as pas de respect pour toi même, ni même pour moi, c'est ton problème. Mais il est hors de question que ma soeur te ressemble. Je préfère qu'elle fréquente un insecte comme moi qu'une trainée comme toi. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

♣ Messages : 117
♣ Date d'inscription : 05/10/2011
♣ Crédits : ---
♣ Activité : Professeur d'Art

Book of Shadows
♣ relations:
♣ Complément:


MessageSujet: Re: Blood To Bleed ft Leandre [NC-17]   Mar 10 Jan 2012 - 15:14





    Je vois Leandre plier sous mon pouvoir, anéanti, réduis à presque rien. Une large part de moi en jubile mais une autre part se réveille subitement; La culpabilité! Mais d’où elle sort celle la? Je ne l'avais pas sentie venir, je n'avais pas prévu qu'elle s'insinue en moi alors que je regarde Leandre grimacer de douleur. Il le mérite largement alors pourquoi je devrais me sentir coupable?!? J'en frissonne et refuse de me rappeler que malgré que je le déteste, je l'aime également. Je le protégerais de tout et n'importe quoi si ce n'est de ma propre folie, de mes propres excès. Déjà perturbée par ce sentiment désagréable, j'entends la porte s'ouvrir et je vois Prune entrer dans la pièce. Je me mords la lèvre inférieur, je n'aime pas qu'elle me vois traiter son frère de la sorte, je ne veux pas qu'elle en prenne exemple d'une quelconque façon que ce soit.

    Leandre me repousse violemment et j'atterris sur le sol, la table basse du salon me rentre dans les vertèbres et les côtes, j'en ai le souffle couper l'espace d'une seconde. Le temps qu'il faut à Leandre pour se lever et reprendre progressivement le contrôle de lui même. Je fixe Prune et m'étonne de son manque de réaction lorsque soudain, je la vois disparaitre en fumée..

    Aleusha - Qu'est ce que?...

    Je murmure pour moi même, pas réellement certaine que j'ai bien compris ce qu'il viens de se passer. Serait ce Leandre qui aurait fait apparaître sa sœur? C'est plus que probable mais je ne lui connaissait aucunement ce talent. Plutôt que de me sentir bafouée et humiliée d'avoir moi aussi été piégée par sa magie, j'en ressent une forme d'admiration et une certaine fierté. De la fierté? Quel étrange sentiment à l'égard de Leandre. Je reprends doucement une respiration normale mais je reste clouée au sol. J'ai été trop loin, beaucoup trop loin et je le sais pertinemment. C'est l’exemple même que je suis encore et toujours incapable d'utiliser mes pouvoirs correctement et à bon escient.

    Leandre - Tu t'en vas.

    Un frisson me glisse de la nuque jusque dans le bas du dos. Oh je sais que Leandre ne rigole pas. Il suffit de le regarder pour savoir que j'ai plutôt tout intérêt à faire ce qu'il dit.

    Leandre - Tu prends tes petites affaires et tu quittes cette maison....Je n'ai été que trop patient Reznor. Si tu n'as pas de respect pour toi même, ni même pour moi, c'est ton problème. Mais il est hors de question que ma sœur te ressemble. Je préfère qu'elle fréquente un insecte comme moi qu'une trainée comme toi.

    Cela me blesse, en plein cœur ! Et si cela me blesse c'est parce que plus que jamais il à raison. Je pourrais continuer sur la vois du scandale, le supplier de me garder ici. Lui dire que je n'ai nulle part d'autre ou aller et que on ne mets pas une femme à la rue de cette façon...Je pourrais hurler, pleurer,crier, me rouler par terre...Lui dire que je suis désolée pour recommencer juste après...Mais non, je n'en fais rien. J'inspire profondément et me lève. Je ramasse mes affaires aux autres coins du salon, je passe par ma chambre et enfile les premiers vêtements que je trouve. Je récupère tout mes sacs poubelles que je pose un à un dans le hall d'entrée. J'hésite à lui parler, c’est la fierté qui m'en empêche. Lorsque je suis prête, je me plante au milieu du salon et je fixe Leandre avec intensité. Je sais qu'il n'appréciera pas mais je me doit de faire au moins ça. J'augmente mes émotions, je sais qu'il ne pourra que le percevoir...je le laisse ressentir ma culpabilité, celle qui m’écorche vive. Sans un mot, je fait demi tour et claque derrière moi la porte de son appartement.

    Je m’appuie ensuite contre la porte et envoie cette fois à travers la porte des ondes d'apaisement. Qu'il aie de quoi se calmer au plus vite. Ma gorge se noue et je m’empare de mes sacs pour m'enfuir en courant dans la nuit sombre. Les larmes naissent au coin de mes yeux alors que je tourne au coin de la rue. Je ne pleure pas parce que je ne sais pas ou aller mais je pleure de ce que je viens d'infliger à Leandre. Pourra t'il me pardonner? Pourrais je moi même me pardonner? Je me laisse tomber et m'assieds sur le trottoir. J'ai froid, j'ai mal au ventre mais tant pis ! Je m’allume une clope ...on verra bien ce que l'avenir nous réserve. Ou passer la nuit ce soir? C'est finalement le dernier de mes soucis .





I can be the queen that's inside of me .
This is my chance to release it...Be brave for you you'll see
I can be the queen you need me to be.
This is my chance to be the dance...Our dream is happening



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Blood To Bleed ft Leandre [NC-17]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Blood To Bleed ft Leandre [NC-17]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Secret Garden ::  :: Les quartiers résidentiels :: CrowHaven.-