Partagez | 
 

 raise your glass | PV Eléonore

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: raise your glass | PV Eléonore   Jeu 22 Déc 2011 - 19:22


raise your glass



Jules Kingsley-Ward & Eléonore D. Jaderwall


Je détestais me lever de bonheur. Je n'avais jamais été du matin et encore moins pendant la semaine. Les cours venaient de se terminer depuis vingt minutes déjà et tous les élèves se dirigeaient en hâte vers la cafétéria. Je faisais partie de ce cortège d'élèves affamés, même si pour ma part je traînais plus des pieds qu'autre chose. Depuis quelques jours, je me sentais étrangement fatiguée, sans en connaître les raisons. Et les tisanes d'Anthony n'y changeait rien. Je préférais ne pas m'en soucier, tout le monde avait déjà connu au moins une fois une baisse de moral ou une intense fatigue. Pas de quoi s'alarmer. Surtout que, depuis notre arrivée à Nouvelle-Salem il y a deux ans, je me sentais mieux que jamais. Je me sentais comme chez moi ici, alors que Stonehaven et l’Écosse me manquait tous les jours. Mon passé était pourtant loin derrière moi et j'étais venue ici pour une raison bien précise: tourner la page une bonne fois pour toute.

Une fois assise, je soupirai. Les repas qu'offraient les écoles américaines étaient tellement différents de ceux servis en Grande-Bretagne. Non pas que j'ai à me plaindre, les repas avaient meilleur goût, même s'ils n'étaient pas forcément meilleurs pour la santé. Des frites et du steak avec un éclair en chocolat en dessert. Je regardai les élèves s'asseoir tout autour de moi. Ils étaient tous en petits groupes d'amis et riaient tous entre eux, heureux. Du moins c'est ce que j'imaginais. Il semblait que la vie leur souriait à eux, et qu'aucune catastrophe n'ait jamais ébranlé leur quotidien si tranquille. Contrairement à moi. Mais pour beaucoup cela ne devait être qu'une façade leur permettant de cacher leur peine aux yeux de tous, ils riaient et souriaient et prétendaient que tout allait bien dans le meilleur des mondes alors qu'en réalité rien n'allait du tout. Mais comment les blâmer pour un tel comportement ? Je faisais de même, même si je ne me cachais pas derrière des sourires fades et des rires sans bonheur. Je restais la même; en évitant simplement de m'exposer un maximum. Beaucoup me craignaient et n'osaient pas m'approcher. Je leur faisais peur. C'était sans doute mieux comme ça toutefois. Je n'aimais pas me prendre d'affection pour des gens, hormis ceux qui le méritaient vraiment. J'avais des amis, comme tout le monde, mais je préférais la solitude aux sorties de groupe. Voilà pourquoi je mangeais seule, sans pour autant m'en plaindre. Du moins c'est ce que je croyais...

- Excuse-moi, je peux m'asseoir ?

Je levai les yeux de mon assiette et mon regard alla droit se poser dans celui d'une jeune femme blonde, à l'air très charmant. J'allais lui dire d'aller voir ailleurs mais quelque chose en elle me poussa à accepter sa demande.

- Ouais, vas-y.

J'ignorais pourquoi cette fille que je ne connaissais pas me donnait tellement envie de me montrer gentille envers elle. En réalité je crois qu'elle me rappelait un peu ma sœur, en blonde et en plus vieille, avec ces traits légèrement enfantins et ses yeux rieurs.

Ce qui m'étonnait le plus, c'était de voir qu'elle ne semblait pas me fuir. La plupart le faisaient sans retenue ou parlaient de moi derrière mon dos. Je n'étais en aucun populaire et très peu me portaient dans leur cœur j'en étais consciente, mais tant qu'on me laissait tranquille, tout allait bien pour moi.


Revenir en haut Aller en bas

♣ Messages : 121
♣ Date d'inscription : 10/12/2011
♣ Crédits : Tumblr, bazzart, google image.
♣ Activité : Lecture, Musique, Ecriture, Sorcellerie...
♣ Bonus : New Salem

Book of Shadows
♣ relations:
♣ Complément:


MessageSujet: Re: raise your glass | PV Eléonore   Sam 24 Déc 2011 - 15:18

-Eh !
Intuitivement, reconnaissant la voix de ma sœur ainée, je me retournai, observant le visage de celle-ci malgré la fenêtre qui le coupait. Elle était belle. Magnifique, je dois avouer. Ses longs cheveux blonds pouvant être coiffés comme elle le voulait, ses grands yeux bleus rappelant la mer, et son charmant visage, ressemblaient aux traits de Maman. Mais en plus jeune bien sûr.
-Ne te laisses pas faire !
Gwenn avait dû entendre l'histoire entre moi et un garçon de ma classe. Il voulait mon argent, et pour arriver à ses fins, il n'hésitait pas à mettre les coups. C'était un pauvre idiot. Ne pouvant utiliser mes pouvoirs dans un lieu public, bien sûr, je me laissais faire. Jusqu'à ce que la surveillante le prenne en pleine action et l'envoie au bureau du directeur...Depuis tout le monde en parle. C'est fou, comme en deux secondes, on peut être le centre du monde. Il suffit d'être l'objet d'une histoire assez croustillante et toutes les personnes intéressées se jettent sur vous. Nous vivons dans un monde idiot ! Je souris automatiquement, et fit d'un signe de la main, un petit au revoir. Comme j'avais l'air tellement fausse quand je souriais ! J'avais l'air d'une hypocrite. Je me retournais quand la voiture redémarra et partit, puis posa, alors, mon regard sur ce grand établissement nommé le Lycée. C'était l'enfer de tout bon adolescent qui se respecte, et la mutinerie de tous les professeurs. C'est vraiment un monde à part. On distingue facilement les bons des méchants, les plus favorisés au moins respectés. Et vous aviez, aussi, une catégorie encore méconnue du grand public, celle des inconnus. J'en fais partis. Chaque jours j'étais confrontée au grand étonnement des élèves quand je rentrais dans une classe et aux : "Ah mais...elle est là elle ?! Je croyais qu'elle était partie du Lycée !" ou encore aux : "Regarde c'est une nouvelle !". C'est assez bête mais c'est ainsi. Bienvenue dans le charmant monde des Bisounours qu'est cet endroit ! Je m'avançais, respirant profondément, et serrant ma bandoulière de la main. Je sentais mes ongles s’enfonçaient dans ma peau, mais j’avais l’habitude. C’était comme un petit rituel pour me donner de la force. Je montais les escaliers, la tête baissée. Lorsque j'ouvris enfin la porte d'entré, je fus confrontée au même remarques : "Alors, grosse plouc, ça se fait pas de se taper le petit copain de Lise ! Pff, regarde toi ma pauvre, tu fais pitié !" Oui alors bien sûr, j'ai oublié de préciser que ce monde n'est fait que de mensonges ! Car, soyons sérieux, je ne me suis taper personne. C'est juste la seule chose qu'ai put inventer notre chers et bien aimé agresseur.
Les cours passèrent comme un éclair. Et déjà je me retrouvai dans la cafeteria. La salle la plus vénérée de tous. Effectivement, c'est là que tout le monde mangeait, et pouvait ainsi se rassasier. Inutile de préciser que je me faisais bousculer de tous les côtés, ou même que les gens me passaient devant sans aucune gêne. Non, c'est inutile. Une fois mon tours, je pris mon plateau et me retournai pour rejoindre ma table. Oui, c'était ma table puisque personne ne voulait s'assoir près de moi pour le déjeuner et à la fin c'est devenu mon coin à moi. Elle était située près de la grande baie vitrée, ce qui permettait de rêver et d'oublier un peu les cours et les problèmes. Mais en me retournant, je vis une jeune fille, inconnue, assise là-bas. Je fus très surprise et voyant le réfectoire complet, je me devais de la rejoindre. De toute manière, personne n'était assit à ses côté. Marchant droit vers elle, évitant de regarder les personnes m'entourant dans les yeux, je pensais à comment j’allais l'aborder. Une fois devant elle, seule une phrase put sortir de ma bouche :
-Excuse-moi, je peux m'asseoir ?
Ma voix était toute petite et à moitié cassée. Elle releva sa tête brune et posa ses yeux bleus sur moi. A premier abord, elle avait l'air contrariée que je lui demande ceci, mais contre toute attente, elle accepta ma requête.
-Oui, vas-y.
Lorsque je m'assis, un aillant de chuchotis s'éleva dans la salle. Inconsciemment je baissai la tête, permettant à mes mèches blondes de couvrir le devant de mon visage. Je détestais être le centre d’intérêt. Relevant un peu mes yeux pour voir comment réagissais la jeune femme devant moi, je remarquai qu'elle était impassible à cet évènement. Froide comme la glace. Elle continuait seulement à manger. Cette atmosphère était très pesante, et j'étais sûre que j'étais devenue toute blanche ou rouge. Son silence lui aussi était très durs. J'avais l'impression de ne pas être la bienvenue ici, mais quelque chose dans ses yeux, me disait le contraire.
-Alors...comme ça t'es à cette table toi aussi...
C'est, là aussi, très débile comme approche. A croire que j'avais tout un répertoire de phrases comme celle-là. Je devais vraiment faire pitié à ce moment là.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

raise your glass | PV Eléonore

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Secret Garden ::  :: La Cafétéria-