Partagez | 
 

 Somebody, Save Me - Eléonore

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

♣ Messages : 148
♣ Date d'inscription : 13/10/2011
♣ Crédits : Poon
♣ Activité : Lycéenne
♣ Bonus : Au milieu du bassin olympique

Book of Shadows
♣ relations:
♣ Complément:


MessageSujet: Somebody, Save Me - Eléonore   Mer 28 Déc 2011 - 17:37

    Bon sang, je tuerais pour un entraînement d'une journée entière, soupira Lara, à l'adresse de … personne en fait. Elle était toute seule devant son casier, ce qui arrivait suffisamment rarement pour être relevé. A la fin du cours de cette fin de matinée, elle s'était levée, excédée, et était sortie dans les premiers sans attendre personne, même pas son petit ami, qu'elle retrouverait sans doute pourtant pour manger. Ce n'était pas que le cours de biologie soit particulièrement insupportable, c'était surtout le bordel régnant dans son crâne qui était dérangeant. Mais passons-là dessus, elle était en train de fermer les yeux pour imaginer la sensation de l'eau sur son corps, le mécanisme de ses bras se déployant, ses jambes battant, faisant de l'écume … Cela lui fit un peu de bien. Un peu, parce qu'il ne fallait pas pousser quand même. Elle avait besoin d'un bon kilomètre ou deux habituellement pour se sentir un tant soit peu calme, et là, il allait sans doute lui en falloir un peu plus. Peut-être pouvait-elle penser à passer rapidement la case manger pour aller se jeter à l'eau juste après, histoire de repartir sur de bonnes bases pour l'après-midi et de ne pas finir bonne à enfermer. A la limite, elle aurait aimé pouvoir trouver Livio pour attraper sa chemise de ses deux mains et hurler très fort, mais elle n'était pas sûre que ça serve à grand chose en réalité. L'échange de textos qu'ils avaient eu après ce qu'elle appellerait le « jour zéro », vu tout ce qui s'y était passé, ne l'avait pas aidée du tout. Dans l'affaire, son meilleur ami n'était malheureusement pas objectif, ce qui posait un certain nombre de problèmes. Il ne pouvait pas, par exemple, lui dire de tenter le tout pour le tout avec Jimy, et de voir ce qui en ressortait. Et merde ! Elle claqua la porte de son casier avant de 'sen détourner, énervée, furieuse après elle, en réalité. Depuis quand était-elle devenue cette fille sensible, romantique, partagée entre deux garçons comme dans une comédie romantique à l'eau de rose ? C'était du grand n'importe quoi, il était temps qu'elle se reprenne en main. Comment, elle ne le savait pas, mais elle allait effectivement commencer par expédier son repas (pas le sauter, les sportifs ne font pas ce genre de chose, enfin, entendez par là les vrais sportifs) et aller coloniser le bassin olympique pendant au moins une demi heure, voire une heure si elle se débrouillait bien.

    Elle se mit donc en route pour rejoindre la cafétéria, quand soudain, des voix attirèrent son attention. Fronçant légèrement les sourcils en en reconnaissant quelques-unes, elle décida de dévier de son objectif premier pour voir ce qui se passait. Un léger attroupement s'était formé dans le couloir, un peu plus loin, au niveau d'autres casiers. Le groupe en question était principalement composé de joueurs de football américain. Sale engeance, pensa amèrement Lara. Elle avait toujours fait les frais de l'attention de ses messieurs, le risque, quand vous êtes une sportive plutôt mignonne, avec un corps façonné par des heures d'entraînement. Par contre, quand vous avez un peu de caractère, c'est vrai que ça menaçait de dégénérer assez rapidement, encore plus quand vous étiez déjà casée, il faut bien le dire. Parce que les vannes sur votre couple pleuvaient par dizaines, et il fallait soit avoir une répartie d'enfer, soit avoir une totale confiance en votre couple pour tenir face à ces crétins bodybuildés tout aussi en chasse de potins que les minettes qu'ils draguaient et/oui baisaient allègrement. Pour Lara, c'était l'option numéro un, vous l'aurez sans doute compris. Dans le genre frondeuse et qui n'en a rien à foutre de foncer dans le tas et de mettre les pieds dans le plat … D'ailleurs, démonstration en images. Elle n'arrivait pas à voir ce qui avait causé l'attroupement , mais s'éclaircit tout de même la gorge ? Et bien messieurs ? Je peux savoir ce qui vaut une telle haie d'honneur qu'on ne puisse même pas passer ? On l'entendit assez rapidement, et la plupart des gars se tournèrent vers elle: Oh, mais qui voilà … La petite Sirène ! Oh, mais c'est qu'on connaît ses classiques … Et tu le regardes en te faisant les ongles peut-être ? Dis donc, miss, pourquoi tu vas pas baiser ton copain plutôt que de nous faire chier … Il paraît que tu ferais des trucs incroyables. T'es gentil mon grand, mais quand tu sauras de quoi tu parles, tu pourras l'ouvrir, et les magazines ne comptent pas, évidemment … Poussez-vous.

    Touché, connard, mais elle fit celle qui n'avait absolument pas été atteinte … Elle passa et finalement se retrouva devant une jeune fille blonde en train de ramasser ce qui devait être le contenu de son sac par terre. Fille qu'elle reconnut sans le moindre souci: Eleonore ? Elle se pencha vers elle pour attraper quelque chose et demanda: ça va ? Qu'est-ce qui s'est passé ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

♣ Messages : 121
♣ Date d'inscription : 10/12/2011
♣ Crédits : Tumblr, bazzart, google image.
♣ Activité : Lecture, Musique, Ecriture, Sorcellerie...
♣ Bonus : New Salem

Book of Shadows
♣ relations:
♣ Complément:


MessageSujet: Re: Somebody, Save Me - Eléonore   Jeu 29 Déc 2011 - 9:08

Eléonore n'était décidément pas une fille comme les autres. Se levant le matin, elle s'habillait direct, se brosser les dents et se coiffait sans même allait manger. Elle descendait ensuite les escaliers qui séparaient le couloirs des chambres au salon, et fonça dans le bus qui l'attendait, devant chez elle. Quand sa grande sœur voulait l'emmener au Lycée avec sa voiture toute neuve, elle refusait d'un "non" de la tête, et repartait fouiller dans son armoire. C'était sans doute l'une des épreuves les plus durs de la journée : trouver une tenue. Eléonore détenait des millions d'habits, Gwenn lui en passait à vrai dire, mais elle finissait toujours par mettre un simple jean slim, un T-shirt, un peu trop grand pour sa taille généralement, des converses noires, et les cheveux lâchés, souvent un peu en pagaille. Non, cette fille n'était pas très féminine, ni sexy. Ce jour-ci, elle avait enfilait un T-shirt noir des Beatles appartenant à son père. Certes, il était trop grand, mais elle s'en fichait, il avait une grande valeur à ses yeux, et n'allait surement pas l'enlever juste pour ne pas recevoir des moqueries de la part des élèves ! De toute manière, elle avait l'habitude, et avait apprit, à s'en foutre complètement. Elle était descendu des escaliers en vitesse, manquant presque de tomber par-terre, et était rentrée dans le bus, telle une tornade. C'était la première fois qu'elle était en retard. Sa sœur voulait la maquiller et faute de temps, c'est Eléonore qui avait fini le travail, en un maquillage mi-smocky rock. Elle ne l'avait pas fait exprès...Elle ne sait juste pas maquiller. Elle chercha donc des places dans ce long véhicule sale, et trouva finalement un siège libre au fond. La journée commençait bien...Elle était déjà essoufflée !
Heureusement pour elle, les cours étaient vite passés ! Deux "A+" en une seule matinée, cela la réjouissait plus que tous ! Enfin, sa journée avait prit une tournure un peu plus joyeuse ! Bien sûr, Eléonore en profitait un maximum, car elle savait que bientôt, elle se prendrait des boulettes de viandes sur le visage. C'était un rituel le Mardi, jour des boulettes de viande. Et comme c'est l'heure de manger, les gens allaient surement s'entre tuer maintenant. D'habitude, Eléonore déviait en cachette, grâce à ses quelques connaissances en lévitation, tout projectile fonçant sur sa table. Mais les Cheerleaders ont trouvées un nouveau jeu, qui consiste à renverser un plateau sur quelqu'un. Complètement ridicule...à croire qu'elles étaient encore au primaire.
Eléonore soupira, puis commença à marcher, trainant un peu des pieds, vers la cafète, lieu de tous les massacres. Elle entendit, soudain des pas derrière elle. Étrange, vu qu'il y a quelques secondes, le couloirs était vide. Elle tourna sa tête, essayant de le faire le plus discrètement possible, et aperçut un groupe de jeunes, des joueurs de football américain à en croire leur tenue. "La meilleure chose à faire, pensa Eléonore, dont le cœur commençait déjà à battre la chamade, c'est de fonçait devant toi, comme s'ils n’existaient pas ". Et c'est exactement ce qu'elle fit.
-Eh poupée ! On te voit pas souvent en mini-jupe ! C'est dommage tu sais, mes potes et moi on aime bien les filles de ce genre, et je sais que t'as pas d'amis !
Eléonore ferma les yeux, espérant que tous ceci ne soit qu'un rêve. Elle détestait qu'on la remarque et vu ce qu'avait dit un des garçons derrière, elle commençait déjà à rougir. La peur s'empara d'elle, et machinalement, elle marcha d'un pas plus hâté. Tout de suite, des rires se firent entendre et enveloppèrent tout le couloir. Eléonore, gardait sa tête baissée, et hésitait même à se servir de ses pouvoirs, se sentant menacée. Mais elle se résolue à ne pas le faire, et continua à marcher. Quand des pieds se mêlèrent à son champs de vision. Elle releva la tête, et aperçut deux nouveaux gars. Instinctivement, elle recula, mais se cogna contre quelque chose. Se retournant d'un bond, elle vit de nouveaux ses agresseurs.
-Ne m'approchez pas ! Sous aucun prétexte !
Elle recula de nouveau, mais un mur l'empêcha d'aller plus loin. Son souffle était saccadé...Elle essaya de repousser quelques-uns, mais ils la retinrent par les poignées.
-[colore=brown]Voyons chérie, on veut juste voir ce que tu as derrière ton T-shirt...et dans ton sac aussi par la même occasion ![/color]
L'un d'eux s'avança à côté d'elle, et balança de nouveau :
-T'es la meilleure de ta classe, non ? Alors tu nous feras nos devoirs ! Sinon...
Il repoussa de ses doigts les cheveux blonds d'Eléonore et caressa sa nuque.
-Tu sais ce qu'il t'attends...
-Vous êtes tous des malades !
Sur ces mots, elle cracha à la figure de celui qui la retenait, et celui-ci la poussa si fort, qu'elle en fit tomber sa besace. Et vu qu'elle était ouverte, ses livres en tombèrent.
Ils avaient entouré la jeune fille, et lui balançaient des injures dans la figure.
-Et bien messieurs ? Je peux savoir ce qui vaut une telle haie d'honneur qu'on ne puisse même pas passer ?
Une voix féminine se fit entendre. Pendant que tous avaient la tête tournées, Eléonore en profita pour ramasser ses affaires.
-Oh, mais qui voilà … La petite Sirène !
Celui qui un instant l'avait traité de "pute", croisa les bras tête, un sourire pervers sur les lèvres. La petite sorcière avait peur pour elle, avec des fous dans ce genre, il y a de quoi, mais c'est surtout pour ses pouvoirs qu'elle craignait tant. En effet, elle ne savait pas bien les contrôler et il suffisait qu'une seule forte émotion la submerge, pour qu'ils se déchaînent et en fasse des leurs. Son ventre nouait, se resserra encore plus, et elle manquait déjà d'air.
-Oh, mais c'est qu'on connaît ses classiques … Et tu le regardes en te faisant les ongles peut-être ?
Elle ne put échapper un petit rire discret, et par chance personne ne l'avait entendu.
-Dis donc, miss, pourquoi tu vas pas baiser ton copain plutôt que de nous faire chier … Il paraît que tu ferais des trucs incroyables.
Un autre prit la relève.
-T'es gentil mon grand, mais quand tu sauras de quoi tu parles, tu pourras l'ouvrir, et les magazines ne comptent pas, évidemment … Poussez-vous.
Elle vit alors, que des mains, séparaient déjà le groupe, et elle baissa la tête, on ne sait jamais, si c'est une fille qui ne l'aime pas, au moins elle ne la verrait pas, et ne pourrait pas changer d'avis sur le fait de la "sauver".
-Eléonore ?
La jeune fille releva subitement la tête, surprise qu'on connaisse son prénom.
Elle répondit alors de sa voix faible, qu'elle utilisait quand elle était atteinte, un petit "oui".
-Ça va ?
C'était une jeune fille brune, qu'elle avait déjà vu. Apparemment celle-ci avait un caractère très fort, mais avait un très joli corps. Elle avait entendu d'elle, qu'elle sortait avec un membre de la chorale, qu'elle avait un meilleur ami dont les sentiments seraient plus forts et un autre ami ayant quelques problèmes avec le comportement. Mais c'est tout, elle ne savait rien d'autre. Même pas son nom ! Elle se sentit gênée.
-Euh...oui...oui...je crois...
Elle continua alors à ranger ses affaires.
-Merci, mais tu n'étais pas obligée, je contrôlais parfaitement la situation...
Le mensonge ne faisait vraiment pas parti de ses valeurs...Elle arrivait quelques fois à mentir, mais c'était très rare, et dans ce cas, elle avait loupé !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

♣ Messages : 148
♣ Date d'inscription : 13/10/2011
♣ Crédits : Poon
♣ Activité : Lycéenne
♣ Bonus : Au milieu du bassin olympique

Book of Shadows
♣ relations:
♣ Complément:


MessageSujet: Re: Somebody, Save Me - Eléonore   Jeu 29 Déc 2011 - 10:33

    La pauvre. Ne prenez pas ça pour de la pitié, Lara avait horreur de ce genre de sentiment, et n'était pas personne à regarder quelqu'un d'autre de haut, bien au contraire. Non, c'était juste qu'Eléonore était malheureusement connue pour s'attirer ce genre d'ennuis, précisément, tout ça parce qu'elle ne s'habillait pas comme une pute, qu'elle avait des bonnes notes et qu'elle était un peu trop gentille. Elle avait beau être plus jeune, Lara l'avait déjà repérée, une ou deux fois dans ce genre de situations, mais soit elle était trop loin, ou elle devait partir à ce moment-là et n'avait jamais pu intervenir. Mais elle était heureuse de pouvoir se rattraper en cette occasion. De la répartie, elle en avait pour deux, et de l'assurance, à revendre, bien heureusement. Sinon, il ne lui resterait plus grand chose, et elle serait sans doute dans les bottes de la jeune fille. Mais elle avait su faire les bons choix au bon moment, son corps, elle le mettait en valeur, même si pas trop, et son copain était populaire, comme elle, donc on lui foutait la paix. Et même si ces gorilles s'amusaient à jouer les gros bras pour ne pas perdre la face, elle savait pertinemment qu'aucun d'entre eux n'oseraient poser la main sur elle. On l'avait déjà vu se battre une fois, et même si elle avait été submergée par le nombre, elle 'sétait battue comme un beau diable. Merci Papa de lui avoir appris les bases de self défense, puis de les avoir poussées en voyant que son soldat de fille adorait ça. Mais laissons le paternel et ses entraînements étranges plus loin, ce n'était pas le propos du moment, même si cela pouvait le devenir à chaque instant. Il valait mieux prévenir que guérir, et Lara savait bien que cela pouvait déraper assez rapidement avec ces gars. Comme Jimy n'était pas en vue, malheureusement, ils allaient sans doute essayer de s'amuser un peu. Il ne faisait pas l'unanimité, elle le savait, et elle avait eu droit à des avances assez poussées d'un joueur une fois qui avaient failli mal se finir. Mais, encore une fois, il n'y avait pas d'urgence. Pour l'instant, l'important, c'était la jeune fille qu'elle aida à finir de ramasser ses affaires. Les gars avaient élargi leur cercle, mais ils ne semblaient pas disposés à partir:

    Euh...oui...oui...je crois... Bon, c'est déjà ça, sourit-elle en lui rendant la fin de ses affaires. Si tu le crois au moins, ça veut dire que ça va. Elle cherchait à la rassurer, quelque part, parce qu'ele était en train de douter de l'intelligence de son plan en fait. Il n'y en avait pas, pour tout dire, mais elle s'était dit que si elle cassait l'ambiance, les macaques iraient voir ailleurs si elles y étaient. Mais pas du tout: Regardez-les … sont-elles pas mignonnes ? Ils commençaient à sourire en se balançant des coups de coudes, et, d'expérience de Lara, ce n'était pas bon signe, ils étaient en train d'avoir une idée vraiment stupide. Mais elle continua à sourire à Eléonore, comme si de rien n'était: Merci, mais tu n'étais pas obligée, je contrôlais parfaitement la situation... Oh, mais je n'en doute pas une seconde, répondit-elle, absolument pas moqueuse, sur le ton de la sincérité la plus totale, mais c'est de notoriété publique que j'aime me mêler de ce qui ne me regarde pas, surtout si c'est pour me frotter à de beaux mâles musclés avec un petit pois dans la cervelle, acheva-t-elle, cette fois clairement ironique envers les messieurs qui les entouraient. L'un d'entre eux éclata de rire et se rapprocha d'elle: Tu vois, chérie, je t'avais bien dit que ce qui te fallait, c'était des muscles, pas les cordes vocales de ta tapette de copain. Tu es sûr que tu veux répéter ça, gronda Lara, perdant un peu de son sourire, ayant tiqué. Elle n'aimait pas qu'on s'en prenne à Jimy. Il y en avait quelques uns pour oser, il y avait vraiment des connards partout qui pensaient encore qu'un homme, un vrai, n'était bon qu'à courir derrière un ballon. Son poing s'était serré et elle faisait face à l'abruti de service: Maintenant, vous êtes mignons, vous reculez, ma copine et moi ne voudrions surtout pas rater la bataille hebdomadaire de boulettes. Sinon quoi? demanda l'un des gars alors que le cercle se reformait. Bon, ils n'étaient que cinq, mais ils étaient plutôt baraqués, et elles étaient dos au mur. Ne pas paniquer. Ce n'étaient que des grands gueules. Le menton relevé, Lara les défiait, jetant un coup d'oeil à Eléonore pour voir comment elle allait: T'es mignon, mais tu vas nous faire quoi, dans l'enceinte du lycée ? Moi ? Rien. Par contre, si vous vous embrassiez, toutes les deux, ça pourrait devenir intéressant. Lara leva un sourcil, interloquée, alors qu'ils éclataient tous de rire, l'oeil lubrique. Elle finit par soupirer. Ouais, bien sûr. Maintenant, dégagez et laissez-nous passer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

♣ Messages : 121
♣ Date d'inscription : 10/12/2011
♣ Crédits : Tumblr, bazzart, google image.
♣ Activité : Lecture, Musique, Ecriture, Sorcellerie...
♣ Bonus : New Salem

Book of Shadows
♣ relations:
♣ Complément:


MessageSujet: Re: Somebody, Save Me - Eléonore   Jeu 29 Déc 2011 - 12:06

Qui croyait qu'elle allait être en compagnie d'une jeune fille connue aujourd'hui ? Même les cartes de Tarot de sa sœur n'auraient en rien prévues ça ! Elle observa la jeune fille l'aider et soupira. Elle devait avoir l'air d'une débile intello ne sachant pas se défendre. Elle rangeait soigneusement ses affaires, ramassant et soufflant sur sa pomme Grany. Pêché charnel. Elle fut amusé par cette pensée. Comment une pomme pouvait vous faire désirer quelqu'un ? Certes c'est une représentation, mais tout de même ! C'était peu commode.
-Bon, c'est déjà ça.
La jeune fille sourit juste au moment où Eléonore releva la tête. Bizarrement, elle n'avait pas l'air de se moquer d'elle. Au contraire, elle était chaleureuse et gentille. Qui dans le monde l'aurait aidé à ramasser ses affaires ? Personne. Mis à part sa sœur. Mais Eléonore pensait que c'était parce-qu'elle était obligée. Chose qui n'est pas juste puisqu'elle ne veut pas faire pitié aux gens. Certains détestent ressentir ce genre de sentiment.
-Mouais...
Elle n'avait vraiment pas l'air convaincue. Son visage exprimait une moue qui était presque une habitude chez elle. Elle ne avait un peu marre de se laisser faire ! Et quand elle voyait la jeune fille devant elle se défendre comme ceci, ça la décourageait encore plus, démontrant à quel point c'était une mauviette, peureuse et loser pour couronner le tout ! La brune lui tendit son dernier livre, et Eléonore l'enfouit dans sa besace.
-Si tu le crois au moins, ça veut dire que ça va.
Eléonore sourit, mais pour une fois ça n'avait rien d'hypocrite. C'était un vrai sourire, certes un peu triste, mais un sourire tout de même. Elle hocha de sa tête blonde quand LA voix masculine de ce gros bêta retenti de nouveau.
-Regardez-les … sont-elles pas mignonnes ?
Bien sûr, on pouvait supposer que c'était complètement ironique. Tout de suite l'ancien petit rictus d'Eléonore s'effaça, et elle avala sa salive comme pour ravaler une insulte. On lui avait toujours apprit à ne pas blesser les gens par des mots, car la blessure met plus de temps à se refermer...Mais là, vraiment ils méritaient d'être transformés en crapauds ! Pourtant sa "sauveuse" n'en avait rien à faire...Du moins c'est ce qu'elle laissait paraitre. Son sourire aimable toujours collé au visage. Eléonore avait envie de l'effacer, car elle se doutait que derrière ça elle bouillonnait. Elle avait apprit par des commères, que c'était une fille avec un caractère très...fort et qu'il ne fallait surtout pas la chercher de peur de se retrouver dans une poubelle, la tête la première ! Pourtant elle avait l'air inoffensive...
-Oh, mais je n'en doute pas une seconde, mais c'est de notoriété publique que j'aime me mêler de ce qui ne me regarde pas, surtout si c'est pour me frotter à de beaux mâles musclés avec un petit pois dans la cervelle.
Quoi ? Elle avait vraiment gobé ça ? Peut-être la petite Sorcière était assez bonne comédienne...
-Tu vois, chérie, je t'avais bien dit que ce qui te fallait, c'était des muscles, pas les cordes vocales de ta tapette de copain.
La jeune fille brune s'était retournée, l'air fâché...Eléonore la regardait, prête à intervenir si besoin. Après tous, elle l'avait aidé, alors c'était à son tours de la récompenser ! Elle ne voulait pas être la princesse enfermée dans la tour. Non ! Elle voulait, elle aussi, être une aventurière et braver tout les dangers !
-Tu es sûr que tu veux répéter ça.
Son ton avait changé, et des frissons parcoururent le corps d'Eléonore. Elle qui était si douce il y a un instant, qui était tel un agneau...était devenue tel un lion. Son poing s'était serré, et instinctivement, Eléonore recula d'un pas avant de se cogner de nouveau sur le mur. Tandis que les autres brutes rigolaient de la situation apparemment, pour eux, très marante, Eléonore concoctait déjà son plan d’échappement. Ils avaient formé un cercle, et, comme ils étaient très musclés, ne laissaient pas un seul espace de libre...
-Maintenant, vous êtes mignons, vous reculez, ma copine et moi ne voudrions surtout pas rater la bataille hebdomadaire de boulettes.
Copine ? Ouah...Alors ça faisait ça d'entendre ce mot de la part de quelqu'un d'autre ? Une bouffée de chaleur envahit le corps de la jeune fille blonde, et un sourire se dessina sur ses lèvres d'un rouge groseille. Là, elle n'allait pas la laisser tomber. Non. A moins qu'elle se jouait d'elle, mais ce n'était pas grave, Eléonore était naïve et se faire rouler dans la pâte une nouvelle fois ne lui dérangeait pas. Pourvu qu'elle aidait cette brave fille.
-Sinon quoi ?
Alors qu'elle croyait qu'ils allaient être raisonnable et les laisser partir, un footballer parla, une nouvelle fois de trop. Qu'est-ce qu'elle leur avait fait ? Rien ! Pourquoi voulaient-ils alors tant les garder au milieu de leur petit cercle ?
-T'es mignon, mais tu vas nous faire quoi, dans l'enceinte du lycée ?
Elle n'avait pas vraiment tord sur ce coup, et si une surveillante survenait à pointer le bout de son nez, Eléonore n'hésiterait pas à les dénoncer. Certes, ce n'était pas très bien comme plan et cela allait lui forger un titre de "Rapporteuse", mais tant qu'il la laissait tranquille, elle s'en fichait. Cela ne pouvait pas être pire que ça ne l'est déjà !
-Moi ? Rien. Par contre, si vous vous embrassiez, toutes les deux, ça pourrait devenir intéressant.
Mais ils étaient vraiment malade ! Faut les enfermer ! Eléonore haussa les sourcils, et ses yeux s'arrondirent.
-Ouais, bien sûr. Maintenant, dégagez et laissez-nous passer.
Alors qu'elle avançait pour partir, l'un d'eux la poussa en arrière et me montra du doigt.
-Allez !
Un sourire pervers s'était dessiné sur chacun d'eux, et des rires surgirent. Eléonore les regarda, elle sentait les larmes venir, mais il fallait qu'elle les transforme en autre chose...De la rage ! Oui ! De la rage ! L'adrénaline envahit son corps, et elle chercha une idée. Quand soudain elle en eut une. Elle commença à fouiller dans son sac, et en sortit la pomme verte de tout à l'heure.
-T'as un petit creux ma jolie ?
Quel imbécile mal élevé ! A elle maintenant de jouer les aventurières !
-Moi non...Mais toi peut-être !
A ces mots, Eléonore fit sauter la pomme dans sa main, et le regard presque triomphant, elle lança la pomme qui atterrit pile poil sur le nez du footballer. Le choc fut si grand que du sang commença à en couler. Un cri s'échappa du gorille, et ses deux mains se portèrent sur le liquide rouge.
-Mais t'es cinglée ! Salope ! J'vais te tuer !
Les gars commencèrent à avancer, et c'est là, que la peur se mêla à l’adrénaline, et que les vitres se brisèrent...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

♣ Messages : 148
♣ Date d'inscription : 13/10/2011
♣ Crédits : Poon
♣ Activité : Lycéenne
♣ Bonus : Au milieu du bassin olympique

Book of Shadows
♣ relations:
♣ Complément:


MessageSujet: Re: Somebody, Save Me - Eléonore   Ven 30 Déc 2011 - 19:33

    Mouais... Elle n'était pas à l'aise, Lara pouvait le lire à peu près partout sur son visage, dans son attitude. Il était vrai qu'elles ne s'étaient jamais parlé, mais elle ne voyait pas pourquoi elle ne l'aurait pas fait. Après tout, il ne fallait pas une autorisation en six exemplaires signée par dix personnes différentes pour parler à quelqu'un, si ? Les gens étaient bizarres, parfois, ou peut-être était-ce elle qui ne comprenait rien aux codes, mais très franchement, elle s'en contrebalançait. Le seul qu'elle connaissait et qu'elle respectait, c'était celui de la solidarité féminine. Et le code des meilleures copines aussi, mais celui-là, on repasserait, ce n'était pas vraiment le sujet du moment. Alors bon, filer un coup de main au hasard comme ça … no big deal au final. Elle avait l'air sur la défensive, comme si elle ne parvenait pas à se laisser aller, à lui faire confiance, comme si elle allait se retourner contre elle et se mettre à rire avec les garçons, ou quelque chose du genre. Ça en aurait vexé beaucoup, mais Lara comprenait. Un super-héros qui tombe du ciel, les gens au lycée avaient arrêté depuis belle lurette de croire au Père Noël (la lurette étant la nouvelle unité internationale de mesure d'un temps très long). Mais elle finit par se détendre, peut-être avait-elle finalement accepté le fait qu'elle n'allait pas se moquer d'elle, ou qu'elle ne faisait pas ça avec un idée derrière la tête. Peut-être. Elle lui sourit, se voulant rassurante, mais en réalité, elle n'était pas tranquille.

    Les garçons n'avaient pas l'air d'avoir apprécié son coup d'éclat, que ce soient ses piques, ou simplement le fait qu'elle vienne jouer les troubles fait dans la bonne partie de rigolade qu'ils comptaient se payer avec la jeune fille. Et leurs idées lubriques ne semblaient pas avoir de limites, mais en même temps, l'esprit d'un adolescent du sexe masculin était insondable, et elle était bien placée pour le savoir. Enfin, le leur n'était pas très profond, disons que c'était simplement leur imagination qui semblait ne pas avoir de limites, tout en restant dans le domaine du « surtout pas politiquement correct ». Elle tentait de les sortir de là comme elle voulait, essayant de jouer quand même de son « immunité diplomatique », envoyant un sourire à Eléonore qui se voulait rassurant, notant la rougeur de ses joues, elle cligna des paupières d'un air de dire « je t'en prie ». Bon, elles auraient pu s'embrasser et que tout soit fini, mais de un, ce n'était pas vraiment dans les habitudes de la jeune fille de faire ce genre de chose, même avec ses copines, et de deux, elle ne voulait absolument pas donner raison à ces brutes, et encore moins alimenter leurs fantasmes pour les nuits à venir. Pouark, non merci. Et elle ne disait pas ça par rapport à la blondinette. Levant les yeux au ciel, elle décida de passer outre et de forcer le passage. Mais le mec qui avait insulté son copain de tapette la repoussa vers l'intérieur du cercle, quasiment sur Eléonore, et elle se rattrapa à temps pour ne pas lui tomber dessus: Désolée. Elle reprit pied à ses côtés: Allez ! Non mais, il étaient sérieux ? En même temps, le couloir était désert, et il était vrai qu'ils pensaient sans doute qu'elles allaient céder à un moment ou à un autre, Lara plus par lassitude que par peur, d'ailleurs, s'ils la connaissaient vraiment bien. Mais là, ils l'énervaient vraiment, à s'en prendre à cinq à deux filles, comme ça. Un coup d'oeil à côté l'informa que son acolyte n'avait pas l'air en forme, même si elle tentait de se reprendre: Vous êtes sérieusement atteints, les mecs. Allez vous faire soigner, ou vous payez une pute, au pire.

    Elle pensait avoir marqué des points avec son intervention, mais, à côté, Eléonore bougea, attirant tous les regards, les mecs frétillant sans doute à l'idée qu'elle puisse passer à l'action, dépassée par les événements. Mais non. Sous les yeux étonnés de Lara, elle sortit une pomme de son sac, qu'elle l'avait vu ramasser un peu plus tôt. Fronçant les sourcils, la nageuse se demanda ce qu'elle allait en faire. Comme tout le monde, en fait. T'as un petit creux ma jolie ? Moi non...Mais toi peut-être ! les yeux écarquillés, Lara la vit jeter la pomme en plein dans la figure d'un des gars. Elle entendit le nez craquer, ce qui la fit grimacer, mais elle ne put empêcher un sifflet appréciateur de s'échapper de ses lèvres. Elle avait du chien. C'était très bien joué. Mais elle n'eut pas le temps de la féliciter que le mec réagit. Mais t'es cinglée ! Salope ! J'vais te tuer ! Il avait du sang partout et semblait sérieux. Il s'approcha de la blondinette. Se campant sur ses appuis, Lara allait lui décocher un coup de pied quand soudain, les vitres à côté se brisèrent. Tout le monde sursauta, Lara y comprit, mais elle ne perdit pas le temps, voyant l'avantage qu'elles pourraient tirer de ça. Immédiatement, elle détendit son poing dans le visage du type le plus proche, suivi d'un écrasement en règle des orteils, et d'un coup de pied direct dans les … gonades, dirons-nous pour rester corrects. Il se plia de douleur, en échappant un flot d'insultes. D'un air ne souffrant aucune contradiction, Lara le fit tomber au sol, ce qui n'était pas très compliqué puisqu'il geignait comme une fillette en se tenant les parties. Elle posa son pied à ce niveau et fusilla les autres du regard. Des amateurs ? J'vous préviens, je les lui écrase. C'est pas vraiment comme s'il en avait, de toute façon, mais bon ... elle y était allée fort, elle le savait, mais ils l'avaient vraiment énervée, ils avaient vraiment abusé, et elle était déjà tendue, anyway, donc … Alors, vous dégagez, ou bien ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

♣ Messages : 121
♣ Date d'inscription : 10/12/2011
♣ Crédits : Tumblr, bazzart, google image.
♣ Activité : Lecture, Musique, Ecriture, Sorcellerie...
♣ Bonus : New Salem

Book of Shadows
♣ relations:
♣ Complément:


MessageSujet: Re: Somebody, Save Me - Eléonore   Ven 6 Jan 2012 - 17:38

Spoiler:
 
Le bruit fut tellement clair, qu'Eléonore sursauta. Ne voyant aucun ballon sortir des fenêtres ou autre objets pouvant casser du verre d'une telle force, elle comprit rapidement que c'était de sa faute. Elle recula se re-cognant une nouvelle fois contre le mur. Ça devenait une habitude. Elle avait bien fait la maline, c'était joli, mais qu'allait-elle faire devant une bande de dégénérés ? Surtout qu'elles n'étaient qu'eux deux ! Deux filles ! Et eux, ils avaient un certain avantage, déjà par leur nombre, et ensuite par leur musculature. Ce n'étaient pas des Dieux mais ils étaient déjà en bonne voie. Elle ferma les yeux essayant de se concentrer sur les casiers afin qu'ils explosent, mais ne pratiquant pas la magie, ses efforts se réduisirent immédiatement à néant. Quelle idiote ! Soudain, un cri brisa le noir de ses yeux, et le calme de sa tête. Elle ouvrit subitement les yeux et remarqua que la jeune fille qui l'accompagnait était prête à détruire d'un coup les parties du jeune homme. Sur le moment, Eléonore fut étonnée du fait que tant de violence puisse sortir d'un petit bout de femme comme la brunette, mais au final, elle avait raison, c'était ça la règle de ce bahut : ce défendre comme on peut, et ne pas avoir de pitié pour les débiles. Finalement, le jet de pomme ne semblait plus aussi dangereux qu'il n'y paraissait pour la petite blondinette plus tôt. C'était de la défense ! De la légitime défense ! Elle releva la tête, comme si toutes ses peurs s'étaient envolées en un clin d’œil, laissant entrevoir son visage pâle. Les ombres dansaient sur son visage, et ses yeux avaient l'air de deux lames. C'était un regard assassin qu'elle présentait là. Chose qui était très rare.
-Des amateurs ? J'vous préviens, je les lui écrase. C'est pas vraiment comme s'il en avait, de toute façon, mais bon ...
Un petit sourire éphémère put se voir sur les lèvres rouges d'Eléonore, mais il se brisa rapidement. Elle ne voulait pas se déconcentrer. D'un pas assuré, elle avança prêt de celle qui allait devenir sa vedette, le sac sur son dos, et regarda tout les mecs uns par uns, comme si elle leur envoyait des décharges électriques, mais mentalement.
-Alors, vous dégagez, ou bien ?
Même si elle avait l'air assurée, en vérité, le petit cœur fragile d'Eléonore battait la chamade. Elle ne savait pas ce qu'il allait lui arrivait, leurs arrivaient. Mais tant qu'elle pouvait se cacher derrière un masque, elle le faisait. C'était l'une de ses spécialités. Le problème c'est qu'il leurs fallait une longueur d'avance pour s’enfuir. Il fallait quelque chose qui allait surprendre les jeunes. Les yeux bleus d'Eléonore passèrent des casiers aux gars, des casiers aux gars...Elle se replongea alors dans le noir, baissant les paupières, et se concentra sur le coup qu'elle préparait. Elle avait l'air déconnectée du monde. Un bruit éclata de nouveau. Cette fois c'était tout les casiers qui s'ouvrirent en même temps laissant voler les feuilles. Eléonore rouvrit les yeux subitement et sourit de nouveau voyant son chef d’œuvre faire son effet. Tous les footballers se retournèrent d'un bond, et elle en profita pour agripper la brunette par le bras et s'enfuir hors du cercle. Les feuilles tombaient doucement, et cela permettait aux jeunes filles de se faufiler sans être aperçues. Ed' savait qu'ils n'allaient pas mettre longtemps avant de remarquer leur absence, c'est pourquoi elle courait vite, entrainant sa sauveuse dans sa folle course.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Somebody, Save Me - Eléonore   

Revenir en haut Aller en bas
 

Somebody, Save Me - Eléonore

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Secret Garden ::  :: Les couloirs & les casiers-