Partagez | 
 

 NC-16 - I know You want Me - Jimy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

♣ Messages : 50
♣ Date d'inscription : 26/12/2011
♣ Crédits : Gemly
♣ Activité : Etudiante - Traînée notoire


MessageSujet: NC-16 - I know You want Me - Jimy    Mer 28 Déc 2011 - 23:27

    La classe de dessin était la seule où Joyce se comportait à peu près comme un être humain normal. À peu près parce qu'il ne fallait pas abuser quand même. Du bout de ses longs doigts, encore rallongés par le vernis noirs avec lequel elle les avait peints, elle textait sa complice, Julia, qui malheureusement n'était pas avec elle. Le contenu ? Oh, comme d'habitude, des potins. Sauf que celui-ci était particulièrement croustillant, et à vrai dire, cela lui aurait presque fait perdre l'objectif de la séance du jour. Presque, parce que quand on touchait au dessin, elle était beaucoup plus appliquée qu'avant. Entre deux messages, elle laissait donc son téléphone, le quasi-équivalent d'un miroir magique pour l'affreuse belle-mère de Cendrillon, et traçait au fusain des esquisses des visages en poterie / marbre / silicone qui étaient situés au centre de la pièce. Son regard un peu trop maquillé de noir, comme d'habitude, scrutait les visages en présence, les modèles, évidemment, mais aussi ceux des autres, en particulier un. Se mordant la langue qu'elle passa avec délectation sur ses lèvres, elle appliqua un nouveau trait noir avant de reprendre son portable en main et de pianoter quelque chose qui ressemblait à: « Si. Vu sa tête, qui n'est pas une de profonde dépression depuis … des jours, c'est sûr. Le potin est validé de chez validé, sweety ! » Le potin, quel potin ? Mais celui qui avait déferlé sur le lycée de Chance Harbor ce matin même. Bien sûr, il y avait eu des prémices ce week-end, de gens qui étaient à la soirée. Joyce y avait fait un tour, puis avait récupéré deux-trois choses illicites et était partie se faire sa propre soirée ailleurs, avec des gens ayant un niveau de dangerosité et donc d'intérêt un peu plus élevé que tous ces gosses bien sages qui faisaient semblant de dépasser les limites en buvant du punch qui n'aurait sans doute même pas saoulée ce pauvre Hector. Oups. Un dollar virtuel dans le pot à méchanceté gratuite contre personnes ne le méritant pas. Relâchant son téléphone, maintenant complètement sûre de son fait, elle sourit. Un sourire non pas heureux, ou mignon, ou gentil, plutôt un sourire de lionne juste avant qu'elle ne bondisse sur sa proie. Un sourire carnassier. Car oui. Apparemment, Jimy Lewiston et Lara Eldeguard avaient rompu à la soirée que donnait cette dernière, le vendredi précédent.

    On spéculait à tout va sur les raisons de leur séparation, mais pour Joyce, ça n'avait pas le moindre intérêt, que ce soit Jimy qui ait eu un souci pour la faire jouir (quoique …) ou que ce soit elle qui l'ait trompé. Le résultat était le même: ce beau gosse si on aimait le type coincé un brin artiste et torturé était définitivement hors des nageoires de l'autre hydre, on ne pouvait guère la qualifier de sirène, pas assez dangereuse pour être assimilée aux monstres mythiques qui faisaient réellement toute la beauté de ces créatures, à moins qu'on n'en préfère la version mièvre à vomir des dessins animés. Ou alors on parlait de la définition: mi-femme, mi-thon. Mauvaise ? Si peu. Après tout, son Jules lui en avait fait baver pour elle, alors elle avait bien le droit de se lâcher. Surtout qu'elle avait effectivement un coefficient sur l'échelle de sexy (qui va de troll à bombe atomique) qui était quelque part entre le plancton et la crevette, si on voulait lui donner une échelle aquatique. Étouffant un rire derrière sa main, le transformant en bâillement, elle nota qu'elle se sentait vraiment d'excellente humeur. On allait enfin pouvoir activer la phase B du plan, c'est-à-dire jouer la carte de « arrête de me gonfler, ta nana si parfaite t'a largué, alors fais pas genre t'as pas envie de t'envoyer en l'air pour oublier ça ». ça marcherait. Forcément. Ils pouvaient tous essayer de briller avec leurs principes, les mecs, des plus chiens aux plus timides, finissaient tous au même endroit: au pieu. Pour certains ça prenait plus de temps que d'autres, il fallait des conditions spéciales, mais au final … quel importance ? Elle finit la bouche d'un trait victorieux, alors que le professeur indiquait que la séance était terminée. Elle rangea ses esquisses et son matériel avec soin, récupéra son téléphone et sortit.

    Quand elle déboucha sur le parking, elle avait son téléphone à la main, et se tâtait à appeler Julia pour lui demander si elles se prévoyaient une séance un peu corsée ce soir pour fêter ça. Il était trop tard pour tenter quoi que ce soit auprès du choriste, donc autant passer la soirée à prendre son pied, on verrait pour la suite. Pressée, elle ne l'était plus, à ce compte, vu le temps que ça avait pris, mais en même temps, il était vrai que comme la patience n'était pas une de ses qualités premières, elle avait légèrement envie de conclure cette histoire, mais bon, comme elle n'arriverait à rien ce soir … ou pas, comme elle le nota en arrivant en vue de sa voiture. Arborant une moue mi-amusée, mi-dubitative, elle finit son texto en secouant la tête, faisant bouger ses longs cheveux noirs, comme si elle ne savait pas si elle devait croire à une blague ou non. Pourtant, il semblait que ce n'en était pas une. C'était bien Jimy Lewiston, le sus-nommé choriste qui était là, appuyé contre sa voiture, son sac à ses pieds, son étui à guitare toujours suspendu à son épaule. C'était un peu comme si on avait avancé Noël avant l'heure, quelque part, sauf qu'à la place d'un sapin, c'était la vieille voiture d'Hector qu'elle partageait avec Caleb, et qu'à la place d'un paquet contenant un ours en peluche pour petite fille, il y avait un mec avec quelque chose d'écrit sur le visage qui ressemblait fort à « je viens de me faire plaqué je suis complètement désespéré ». Bien. Le voir ici, alors que la chorale n'avait plus répétition depuis une heure trente, si elle se souvenait bien, signifiait simplement qu'elle avait gagné. Il n'était pas resté pour lui demander de lui prêter un cours, ou quoi que ce soit. Quelque part, que ça finisse aussi facilement était presque frustrant, mais le résultat était le même au final. Elle risquait d'avoir un peu de bon temps. Ce qui ne l'empêchait pas d'en profiter avant. Oui, on lui avait maintes et maintes fois répété qu'on ne jouait pas avec la nourriture, mais que voulez-vous ? C'était une mauvaise, mauvaise fille. Elle finit donc par ranger son portable et le rangea dans sa poche, avant de se stopper, à un mètre de lui, de croiser les bras avec sa moue et un regard qui voulait tout dire:

    Pincez-moi, je rêve. Jimy Lewiston en train de m'attendre près de ma voiture ? Rassure-moi, tu ne m'as pas confondue avec la femme-poisson … Oh, non, attends c'est vrai, fit-elle en posant un doigt sur ses lèvres. Les rumeurs disent que c'est fini … Tu es venu pour me remercier de t'avoir informé de son infidélité, je suppose ? Même si je dois avouer que je me suis trompée. Il paraîtrait que ce n'était pas Keith, mais un autre ... Oui, c'était une pute. Mais elle le vivait plutôt bien.


Dernière édition par Joyce H. Fetherston le Jeu 5 Jan 2012 - 10:03, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

♣ Messages : 163
♣ Date d'inscription : 12/10/2011
♣ Crédits : (c) Zec
♣ Activité : Lycéen

Book of Shadows
♣ relations:
♣ Complément:


MessageSujet: Re: NC-16 - I know You want Me - Jimy    Jeu 29 Déc 2011 - 2:01

    Perdu… Il était tout simplement perdu. Depuis la fête du week-end, il se sentait fiévreux, mal l’aise en permanence et con. Ses réactions face à l’intrusion de Keith avait été démesurée pour Lara, il le savait bien, mais ça n’avait été ensuite qu’une simple façon de se débarrasser du problème. Après tout, elle semblait maintenant suffisamment attachée à son meilleur ami pour trouver du réconfort entre ses bras et leur rupture avait été nette et sans bavure. Bien que pas si nette que ça à bien y réfléchir. Les mots n’avaient pas été placés dans leur contexte, il n’avait jamais dit : c’est fini entre nous Lara. Il n’avait pas véritablement rompu avec elle, il avait simplement choisi de l’ignorer. C’était tellement plus simple d’être lâche, de se comporter comme le salaud que Livio décrivait. Plus facile que d’assumer les raisons qui l’avait poussé à sortir avec Lara et beaucoup plus facile aussi d’éviter toutes les discussions qui pourraient le toucher de près ou de loin. Ses sentiments bien à l’abri dans un sombre coin de son cœur, il essayait de ne pas paraître affecté par ce qu’il considérait comme la fin de leur relation. Il devait simplement ne pas se laisser miner et rester maître de ses émotions en permanence. La croiser dans les couloirs fût dur…

    Tellement dur qu’il avait prit une décision qui l’aurait répugné quelques jours auparavant. Quitte à passer pour un connard, autant jouer le jeu jusqu’au bout, autant accepter les avances de la pétasse de service. Dire qu’il ne l’aimait pas était probablement un euphémisme. Ses façons extravagantes de prouver au monde qu’elle l’emmerdait avait le don d’irriter Jimy, il ne supportait pas ces personnes qui pouvaient péter plus haut que leur cul. En même temps, c’était la parfaite échappatoire. Lara ne la supportait pas non plus ce qui rendit parfaite sa vengeance, bien qu’il n’en s’agisse pas réellement d’une. En fait, il n’avait pas aimé être relégué en seconde position, après Keith, dans le cœur de Lara. Si c’était son but premier, il avait souffert d’être aussi peu considéré et maintenant, il cherchait inconsciemment à faire souffrir la jeune femme, il voulait qu’elle ait mal, autant qu’il avait mal maintenant. Egoïsme pur et dur, mais il s’en moquait désormais. L’avis des autres ne comptait plus. Il avait tout perdu dans cette affaire, ses amis, son cœur et probablement sa raison aussi.

    Il était donc là, bien longtemps après qu’il eut quitté la salle de musique, le dos contre une bagnole pourrie qu’il n’avait jamais vraiment remarqué, à attendre une fille qu’il détestait probablement. Mais comme il se détestait encore plus, il n’avait aucun mal à agir comme ça. Tout ce qu’il avait à faire maintenant, c’était la baiser et envoyer ça dans la tronche à Lara. Elle pourrait ainsi l’accuser d’avoir tout gâché réellement cette fois, il l’assumerait. Plusieurs fois, il se décolla de la voiture et commença à partir vers la sienne, pour ne pas agir inconsidérément. Toutes ces fois, il revint poser ses fesses sur le capot, se disant intérieurement que c’était la seule chose à faire maintenant. Il était plus de 17h30 lorsqu’il prit pour la dernière fois la décision de partir. Ce fût le moment pourtant où Joyce se décida à se montrer, balayant ses dernières réticences. Après tout, elle était plutôt mignonne dans son genre et physiquement elle lui plaisait. Peu lui importait maintenant que ce fusse la dernière des pétasses, il avait pris sa décision…

    Pincez-moi, je rêve. Jimy Lewiston en train de m'attendre près de ma voiture ? Rassure-moi, tu ne m'as pas confondue avec la femme-poisson … Oh, non, attends c'est vrai ! Les rumeurs disent que c'est fini … Tu es venu pour me remercier de t'avoir informé de son infidélité, je suppose ? Même si je dois avouer que je me suis trompée. Il paraîtrait que ce n'était pas Keith, mais un autre ... Calmement, il la laissa s’exprimer. Il savait pertinemment qu’elle lâchait son venin pour toutes les fois où il l’avait rembarré, mais ses paroles lui firent tout de même un mal de chien. Il ne savait même pas quoi lui dire. ‘Salut, comment tu vas ? Moi j’déprime mais il paraît qu’il faut baiser pour oublier ! Et comme je sais que t’ouvre tes jambes plus vite que Lucky Luke ne tire…’ Il secoua la tête, il ne pouvait pas s’abaisser à son niveau à être aussi désagréable qu’elle et pourtant il en mourrait d’envie.

    Arrête de parler de ce que tu ne sais pas. Les rumeurs disent beaucoup de conneries ! Après si je devais les écouter, je ne serais pas là, à risquer une mst rien qu’en te parlant ! Loupé ! Elle l’énervait déjà ! Cette fille parlait toujours trop, avant de réfléchir probablement, ce qui faisait d’elle l’une des filles les plus agaçantes qu’il ait jamais rencontré ! Enfin bref ! Je sais que tu ne t’attendais pas à me voir, mais t’as raison, c’est fini avec Lara et… Et puis merde ! Pourquoi parler après tout ! Il savait très bien ce qu’il lui voulait à cette fille et ce n’était pas vraiment pour ses belles paroles qu’il l’avait choisi elle ! Lentement, sa main vint s’emparer de son étui à guitare, qu’il déposa finalement au sol, à côté de son sac. Sans dire un mot de plus, il s’approcha d’elle et déposant ses deux mains sur ses joues pour être certain d’avoir tout son attention, il se pencha vers elle et s’empara de ses lèvres, sauvagement, sans aucune douceur, ce n’était pas de la douceur qu’il voulait! A bout de souffle soudain, il stoppa le baiser et se recula d’un pas. Tu as ce que tu voulais non ? Alors arrête de parler, avant que je ne change d’avis !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

♣ Messages : 50
♣ Date d'inscription : 26/12/2011
♣ Crédits : Gemly
♣ Activité : Etudiante - Traînée notoire


MessageSujet: Re: NC-16 - I know You want Me - Jimy    Jeu 29 Déc 2011 - 10:08

    Elle s'en serait presque léché les babines avec une lueur intensément perverse, de style grand méchant loup devant le Petit Chaperon Rouge. Oh, non, attendez … En fait, pas presque, c'était exactement ce qu'elle était en train de faire. Le bout de sa langue avait trouvé la commissure de ses lèvres alors qu'elle détaillait son amuse-gueule sur mesure qu'on avait bien voulu livrer juste à côté de sa voiture. Elle l'aurait sans doute préféré complètement déballé et posé de façon lascive sur le capot du vieux tacot de son grand-père, mais on ne pouvait pas trop en demander aux livreurs de sushis, non plus. Elle nota dans un coin de sa tête une nouvelle victoire, une nouvelle encoche à son bâton, une nouvelle tête à son tableau de chasse. Et pas n'importe laquelle. L'insaisissable Jimy Lewiston, auquel on n'avait connu aucune copine sérieuse avant cette traînée de nageuse. Julia lui avait dit qu'en fait c'était plutôt avec le professeur d'histoire qu'elle aurait été prise à fricoter. Si Joyce devait lui reconnaître quelque chose, à Némo, c'était au moins d'avoir un goût certain en matière d'hommes. Et il fallait dire que ce qu'on lui servait sur un plateau avait un peu plus de saveur que ce Jimy niais qui poussait la chansonnette le midi pour sa copine avec des petits coeurs partout. Il avait un côté … sombre, quelque part. Genre torturé, genre … encore plus à son goût, en somme. Ça allait être délicieux, elle pouvait le sentir d'ici. Mais elle se tenait à distance. En bonne prédatrice qui se respectait, elle aimait faire durer le suspens, au moins un minimum, avant de fondre sur sa proie et de se délecter de cette délicieuse friandise. Cela ne saurait tarder, de toutes les manières. Il n'avait nulle part où aller, et son regard disait bien qu'il n'avait aucune intention de se défiler. Et c'était tant mieux.

    Arrête de parler de ce que tu ne sais pas. Les rumeurs disent beaucoup de conneries ! Après si je devais les écouter, je ne serais pas là, à risquer une mst rien qu’en te parlant ! Touché, enfin plutôt bien envoyé petit Jimy, mais la louve n'en avait strictement rien à faire. Regardant ailleurs avec un air amusé en mâchant son chewing gum, elle croisa les bras de nouveau en le regardant, comme si elle lui demandait si c'était tout ce qu'il avait. En réalité, elle se délectait du venin qui suintait de ses lèvres. Il était blessé, il était en colère, ça promettait du sexe sauvage ou elle n'avait pas couché avec un professeur de cette école elle-même. Et il ne fallait pas l'insulter ou sous-estimer sa réputation. Elle se l'était forgée elle-même, et il y avait une raison pour ça. Mais bon … Ce n'était pas le sujet du moment. Enfin bref ! Je sais que tu ne t’attendais pas à me voir, mais t’as raison, c’est fini avec Lara et… Oh, mon pauvre chou … Donc tu viens pleurer sur mon épaule ? Elle avait détaché chaque mot alors que son regard suivait chacun de ses mouvements, de son étui à guitare se posant sur le sol, à ses pieds qui avançaient vers elle. Triomphante, elle le laissa prendre son visage dans ses mains, les siennes venant pour l'une crocheter un passant de son jean, et l'autre calant son index dans la poche arrière de son pantalon. Quand leurs lèvres se rencontrèrent ce fut … électrique. Elle perdit le souffle plutôt rapidement, leurs langues s'affrontant rapidement et sauvagement. On pouvait dire ce qu'on voulait, sous ses airs de garçon sage, qu'il venait de perdre, ce garçon embrassait comme un Dieu. Il fallait espérer qu'il en soit de même pour le reste, mais ça … Quand il la relâcha, elle lâcha tout, le laissant reprendre sa distance de sécurité. Comme si c'était encore nécessaire. Il n'y avait plus de retour en arrière. Son regard pétillait quand il reprit la parole: Tu as ce que tu voulais non ? Alors arrête de parler, avant que je ne change d’avis ! Comme toujours, mon chou. J'te l'avais dit.

    Peut-être n'était-ce pas pour les raisons qu'elle avait espéré, mais, soyons clairs, le temps qu'elle avait ce qu'elle voulait, elle s'en foutait comme de l'an quarante. Mais elle n'avait pas fini. S'approchant de lui de nouveau, comblant la distance qu'il avait mis entre lui, elle lissa les cheveux du jeune homme sur le côté de son oreille, le regardant dans les yeux: Alors, dis-moi comment tu veux faire ça ? Tu me prends sauvagement sur le capot de ma voiture, ou sur la banquette, comptant que l'entraînement de natation est bientôt fini, et que les nageuses doivent obligatoirement passer par ici pour partir ? Qu'on ne la lui fasse pas, elle se doutait très bien que ce n'était pas juste pour oublier Flipper le Dauphin qu'il venait se perdre avec elle. Il voulait lui faire mal, et, comme le hasard faisait bien les choses, il se trouvait que c'était sa spécialité, et, pire que tout, qu'elle a-do-rait ça. Effleurant ses lèvres d'un doigt, elle ajouta: Ou alors ton envie de moi peut attendre que ton ex nous voit partir tous les deux dans ma voiture, et on fait ça chez moi ? Si elle s'amusait comme une petite folle ? Parfaitement, même si elle n'en montrait rien, son attitude n'étant que provocation. Elle se délectait de chaque seconde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

♣ Messages : 163
♣ Date d'inscription : 12/10/2011
♣ Crédits : (c) Zec
♣ Activité : Lycéen

Book of Shadows
♣ relations:
♣ Complément:


MessageSujet: Re: NC-16 - I know You want Me - Jimy    Jeu 29 Déc 2011 - 17:22

    Comme toujours, mon chou. J'te l'avais dit. Sans réellement le vouloir, il tiqua. Les paroles de Lüz retentissaient dans son esprit et il pensait à Lara. Il n’avait toujours pas donné d’explication réelle à Lara, tout comme il n’avait pas réellement rompu. Dans sa tête, c’était le cas, mais ce n’était certainement pas clair pour la nageuse. Tant pis ! Il secoua la tête doucement, parce qu’il ne voulait plus penser à elle, parce qu’il n’y avait rien de bon à en tirer. Le mieux maintenant, c’était de se perdre dans ses bras, même si pour ça, il devait bafouer tous ses beaux principes sur le sexe et surtout sur le fait de fréquenter ce genre de personnes. Cela semblait inévitable pour ne pas trop souffrir, pour limiter les dégâts, mais il se demandait vraiment pourquoi il l’avait choisi elle. Ce n’était pas uniquement parce que Lara la détestait, c’était aussi parce qu’il savait qu’elle, il ne pourrait pas la faire souffrir. Il savait qu’une autre fille n’aurait pas mal à cause de lui. L’unique raison qui le poussait dans ses bras, c’était qu’elle ne s’attacherait pas et qu’il pourrait la baiser quand il aurait envie. Cesse de jubiler. Tu sais que je suis venu te voir toi, parce que tu ne me demanderas rien ! C’est l’unique raison. Toi ou une autre, ça n’a aucun intérêt ! Sans rien dire de plus, il la laissa s’approcher de lui et même le toucher.

    Sa main dans ses cheveux le fit trembler légèrement, pas d’envie, mais plutôt par réminiscence. Doucement, il attrapa sa main et l’enleva de sa chevelure, préférant limiter les contacts entre eux, autant que possible. Son regard ne se déroba pas, il le plongea à son tour dans le sien, se demandant ce qu’elle pourrait encore sortir comme amabilité. Alors, dis-moi comment tu veux faire ça ? Tu me prends sauvagement sur le capot de ma voiture, ou sur la banquette, comptant que l'entraînement de natation est bientôt fini, et que les nageuses doivent obligatoirement passer par ici pour partir ? Il réfléchit quelques secondes au bien fondé de cette question. A vrai dire, cela le tentait véritablement mais il ne voulait pas que sa réputation fonde comme neige au soleil pour en récupérer une autre, bien moins glorieuse. Ses années lycée étaient bientôt terminées et il comptait bien continuer à bien les vivre. Il enleva donc le, prendre sauvagement sur le capot ! Beaucoup trop compromettant et s’il voulait que Lara comprenne qu’il était passé à autre chose, il ne voulait néanmoins pas la faire trop souffrir. Ou alors ton envie de moi peut attendre que ton ex nous voit partir tous les deux dans ma voiture, et on fait ça chez moi ? Son doigt sur ses lèvres déclencha une réaction épidermique et il résista avec quelques difficultés, à l’envie de l’embrasser de nouveau. Une sale réputation, peut être bien, mais elle restait très belle et très attirante au demeurant. Cette proposition lui plaisait déjà plus, il passerait pour un salaud. Les gens penseraient peut être qu’il souffrait trop, d’où sa décision de passer à autre chose rapidement.

    Je dois avouer que les trois propositions sont… alléchantes. Tu as beaucoup d’imagination pour faire souffrir les autres n’est ce pas ? Son regard était incisif mais ce n’était pas une remarque qui se voulait acerbe, juste une simple constatation. Nous n’aurons pas longtemps à attendre je pense, j’entends des gens qui arrivent. Sans rien ajouter, il attira à lui la jeune femme et reprit possession de ses lèvres, alors que les personnes qu’il avait entendues arrivaient sur le parking. Qui que ça puisse être, ils avaient une vu parfaite sur eux deux, en train de s’embrasser. La jambe de Jimy vint même se placer entre les siennes, pour encore accentuer la pression de son corps sur le sien. L’une de ses mains dans son dos, la plaquait contre lui, alors que la seconde, sur sa joue, lui permettait de jouer avec ses lèvres plus efficacement. Cette fois, il était moins sauvage mais plus incisif, plus sûr de lui. Il faisait passer un message aux gens autour de lui : Regardez, Jimy Lewiston n’est plus avec sa copine, mais rien à foutre ! Avec un mouvement sec, il plaqua la jeune femme sur sa voiture et laissa la main sur sa joue descendre entre ses seins… Aussi soudainement qu’il avait pris ses lèvres, il les lâcha, mais cette fois il ne se décolla pas. On va chez toi ! Maintenant !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

♣ Messages : 50
♣ Date d'inscription : 26/12/2011
♣ Crédits : Gemly
♣ Activité : Etudiante - Traînée notoire


MessageSujet: Re: NC-16 - I know You want Me - Jimy    Ven 30 Déc 2011 - 19:57

    Cesse de jubiler. Tu sais que je suis venu te voir toi, parce que tu ne me demanderas rien ! C’est l’unique raison. Toi ou une autre, ça n’a aucun intérêt ! Peut-être. Mais je m'en fous, de tes considérations, en fait. Le seul truc qui m'intéresse … enfin, tu le sais, ne m'oblige pas à être vulgaire. répliqua-t-elle, amusée bien malgré elle. Peut-être aurait-elle dû se sentir vexée, mais elle ne l'était pas le moins du monde. Elle se doutait bien que ce n'était pas pour ses beaux yeux qu'il était là, juste parce qu'il venait de vivre une rupture traumatisante (bouh-ouh, pauvre chou), et qu'il avait décidé de passer à autre chose, ou en tous cas de faire comme si en baisant la première venue, qui se trouvait être elle. Facile, avec elle, il savait très bien qu'elle ne dirait pas non puisqu'elle lui avait fait comprendre depuis quelques temps déjà qu'elle était intéressée, et elle ne risquait pas de lui demander un câlin après, ou de la rappeler. Quoique, ce serait bien drôle de le faire, juste pour voir sa tête. Mais ce n'était pas le genre de la maison, et elle savait d'ailleurs très bien qu'une fois qu'il lui serait passé dessus, pour parler crûment, elle n'en voudrait plus. C'était plus le jeu, le défi de l'avoir qui avait été sympathique. Et l'entraîner sur la mauvaise pente était également un challenge plutôt excitant. Il y avait cette aura légèrement sombre autour de lui qui lui faisait de l'effet, elle devait bien le reconnaître. Mais que du physique. Comme si elle pouvait avoir des sentiments pour quelqu'un d'autre que son frère ou son chat. Stupide pensée. Du sexe. D'ailleurs, si on pouvait y passer …

    Il sembla réfléchir quelques instants à ses propositions. Un sourcil levé, elle attendait. Elle n'avait pas tenté de laisser sa main dans ses cheveux, pas plus qu'elle ne lui avait sorti une pique sur le sujet. Ce genre de détails n'avaient pas vraiment d'importance. Plus que simplement du sexe, il y avait un plan machiavélique à l'oeuvre pour faire souffrir quelqu'un qu'elle ne portait pas dans son coeur, elle était donc enchantée de pouvoir participer à ça. Une pute sans coeur, vous avez dit ? Une pute se fait payer, mes agneaux. Je dois avouer que les trois propositions sont… alléchantes. Tu as beaucoup d’imagination pour faire souffrir les autres n’est ce pas ? C'est ce qui se dit, répondit-elle en se passant une nouvelle fois la langue sur les lèvres. Pourquoi démentir ? Elle était très douée dans la matière. Et c'était lui l'instigateur de la chose, elle n'avait eu qu'à élaborer à partir de son idée de base, c'était un jeu d'enfant. Elle se permit tout de même de souligner: Mais apparemment, je ne suis pas la seule ... Nous n’aurons pas longtemps à attendre je pense, j’entends des gens qui arrivent. Et effectivement, il y avait du bruit, mais, avant qu'elle n'ait pu regarder si la victime de toute cette odieuse machination était au nombre de ses personnes, Jimy l'avait attiré à lui et l'embrassait. Bien, nota-t-elle, il avait décidément de la ressource, et il pouvait l'embrasser autant qu'il voulait, il y avait vraiment plus dégueulasse, comme sensation. Se prenant au jeu, elle se colla à lui, une main sur sa nuque pour appuyer leur baiser, et une autre sur ses fesses, ça, juste pour le style. Et pour lui donner envie aussi. Le salaud, il se défendait bien, avec sa jambe, la voiture … Pas mal pas mal. Elle appuya plus quand elle sentit sa main s'aventurer sur sa poitrine et elle émergea dans ses yeux, reprenant son souffle. On va chez toi ! Maintenant ! Elle prit le temps de passer ses doigts à la commissure de ses lèvres, comme pour se remettre de ce baiser, sa deuxième main le rapprochant d'elle pour qu'elle puisse murmurer à son oreille: C'est parti ! Ses yeux balayèrent les nageuses présentes, et elle put les voir, toutes autant qu'elles étaient les observer. Lara n'était pas avec elles, mais la silhouette qu'elle apercevait derrière, débarquant tout juste visiblement en grande conversation avec leur coach, devait lui appartenir. Joyce ne lâcha pas donc Jimy toute suite, glissant: Encore quelques secondes mon mignon ... Elle le repoussa doucement pour se décoller de la voiture, fit mine de repartir avant de finalement le rattraper par les poches arrière de son pantalon pour le coller à elle, jouant de la langue, de ses hanches, bref, la totale. Elle s'arrêta au bout de quelques secondes, s'assura de l'effet produit et eut un sourire carnassier à son égard: Maintenant, on peut y aller ... Elle le décolla d'elle, non sans une tape sur les fesses et fit le tour de la voiture, sortant ses clefs et jouant avant avant de s'installer au volant. Elle démarra rapidement, fit crisser les pneus et déboula juste devant les nageuses qui s'étaient attroupées, leur regard oscillant de la voiture à leur capitaine, restée en retrait. Observant la scène qui s'éloignait dans son rétroviseur, la jeune fille eut une moue satisfaite avant de se tourner vers Jimy: Assez bon pour toi ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

♣ Messages : 148
♣ Date d'inscription : 13/10/2011
♣ Crédits : Poon
♣ Activité : Lycéenne
♣ Bonus : Au milieu du bassin olympique

Book of Shadows
♣ relations:
♣ Complément:


MessageSujet: Re: NC-16 - I know You want Me - Jimy    Ven 30 Déc 2011 - 20:21

    Allez, du nerf les filles ! Le coach, sur le bord du bassin, observait ses nageuses en action. Et le moins que l'on pouvait dire, c'était qu'elles n'étaient pas au top de leurs performances. La première heure d'entraînement avait été un calvaire, et une de ses nageuses, en particulier, n'était pas au top de sa forme. Ce qui était le plus embêtant était qu'il s'agissait de sa capitaine. Au tout début, elle avait foncé, un véritable marteau-pilon, et avait réussi des temps impressionnants, mais au final, elle s'était tellement donnée qu'elle était maintenant à la traîne, incapable de même égaliser ses temps les plus bas. Et Lara, effectivement, sentait qu'elle se traînait. Mais elle se sentait engourdie, lourde. La rage qui l'avait habitée au début avait fondu comme neige au soleil, et maintenant, alors qu'elle repartait du bord, bonne dernière, elle avait une énorme envie de pleurer. Un noeud énorme lui barrait la gorge, et elle n'était pas au top, question souffle. C'était du grand n'importe quoi. Mais elle n'y pouvait rien. Elle avait bien tenté de faire abstraction, de souffler, de se crever un bon coup pour ne plus rien ressentir, mais au final, dans sa descente de puissance, elle avait perdu son faible moral au passage. Et pourquoi ? Tout le monde savait pourquoi, à part le coach. Le coach n'écoutait pas encore les ragots de couloir, mais elle se doutait qu'il le saurait, bientôt, comme tout le monde. Jimy et elle avaient rompu. Dur à encaisser, surtout quand pous vous, il n'y avait pas eu rupture. Il y avait juste eu une sérieuse engueulade, certes, et elle était partie en claquant la porte alors qu'il lui avait dit que si elle le faisait, c'était fini, mais pour elle, ce n'étaient que des paroles, comme ça … Enfin non. En réalité, elle se doutait qu'il les pensait . Mais ça semblait irréel. Il ne pouvait pas tirer un trait sur eux deux comme ça, juste à cause de ce qui s'était passé, surtout alors qu'ils étaient sur le point d'enfin … Cependant, les rumeurs semblaient avoir raison, pour une fois. Il l'avait évitée, ignorée, et elle n'avait juste pas eu la force de tenter de lui parler, pas avec tout le monde murmurant, pas avec les regards condescendants. Elle lui parlerait, oui. Parce qu'elle voulait comprendre, elle voulait savoir, et surtout, elle voulait qu'il lui dise clairement, que c'était fini; parce que cela semblait tellement en suspens ...

    Allez, c'est fini pour aujourd'hui mesdemoiselles. Un soupir de soulagement s'échappa de ses lèvres, ce qui ne lui ressemblait pas vraiment, mais personne ne lui en tint rigueur. Contrairement à son habitude, elle fut la première hors du bassin, et faillit être la première dans le vestiaire, mais le coach la retint: Lara ! Oui ? Tu m'attendras à la sortie ! D'accord ... Elle rentra se changer, ignorant tous les regards, tous les « ça va? », les autres questions. Elle n'avait pas envie d'en parler, elle ne savait même pas à quoi s'attendre elle-même, alors … Elle fut dehors dans le spremières, mais le coach se faisait attendre. Quand il parut enfin, les filles lui étaient déjà passées devant. ça va Lara ? Je n'ai pas bien dormi cette nuit, rien de grave, mentit-elle automatiquement. ça ira mieux demain. Ils emboîtèrent le pas au reste de l'équipe qui s'avançait à une dizaine de mètres d'eux. Ah, tant mieux. Parce qu'il faut que l'on parle des stratégies à employer pour la première compétition, la semaine prochaine. C'est amical, bien sûr, mais ... ... mais c'est important. compléta-t-elle sans mal. Le coach recommança à parler, mais son attention fut attirée par les filles, devant eux, qui s'étaient arrêtées en plein milieu du parking qu'il leur fallait traverser pour sortir du complexe. Fronçant les sourcils, elle continua d'avancer, cherchant ce qu'elles étaient en train de regarder … et son coeur manqua d'imploser.

    Contre une voiture, dans une position des plus équivoques se tenait Joyce, qui était à peu de chose près la pire traînée du lycée. Et, son corps contre le sien, en train de l'embrasser comme un possédé, en train de laisser ses mains aller partout sur elle … Jimy. Elle pâlit sans doute, sous le coup. Elle était presque arrivée au niveau des filles, et entendait leurs murmures. Elle ne parvenait pas à le croire. C'était … une plaisanterie, une hallucination. Et pourtant. Ses yeux ne parvenaient pas à se détacher de lui, d'elle, de leur étreinte, complètement indécente, de … non. Elle avait gémi, sans s'en rendre compte, causant à l'une des filles les plus proches d'elle de venir la rejoindre. Le coach s'était arrêté, se rendant compte que sa nageuse vedette ne l'écoutait absolument pas. Elle avait envie de hurler. Ou de pleurer. Mais elle n'en fit rien. Tout ce qu'elle parvenait à faire c'était regarder. Et souffrir. Putain, ce que ça faisait mal. Si elle n'était pas sûre que e soit fini, là, au moins, il n'y avait aucun doute possible. À quoi jouait-il ? Ce n'était pas Jimy, ce mec en train de … Lui qui avait fait tant de manières, avec elle, qu'il aimait … Non. En fait, non. Il ne l'aimait pas. Sinon, il n'aurait pas fait une croix sur elle, sur eux aussi facilement. Sinon, il ne s'apprêterait pas à perdre sa virginité avec une fille sur laquelle il n'y avait guère que le bus de la Nouvelle Salem qui ne soit pas passé. Non. Ça faisait un mal de chien. C'était … pire que tout. Elle détourna les yeux finalement quand elle le lâcha, ne voulant même pas lui faire le plaisir de la voir se décomposer. S'excusant auprès de son entraîneur, elle rajusta son sac sur son épaule et passa devant les filles, qui se jetèrent un regard avant de décider de lui laisser un peu de temps avant de lui emboîter le pas. Elle allait traverser ce parking la tête haute, et personne ne verrait que … La voiture la frôla et elle sursauta. Cette pute devait l'avoir fait exprès. Elle se mit à trembler, et s'arrêta, finalement. Son sac était tombé et elle ne le ramassa pas. Elle finit par se baisser pour le faire, ses longs cheveux cachant son visage, ses yeux tombant dans l'ombre. Ce qui était pour le mieux, car les larmes avaient finalement débordé. Elle resta un moment accroupie, pour ne pas qu'il puisse la voir pleurer, dans le rétroviseur. Une main sur son épaule, qu'elle ne vira pas. Elle se releva finalement, quand elle fut sûre qu'ils étaient partis. Elle pleurait. Ne se retenant plus. Connard ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

♣ Messages : 163
♣ Date d'inscription : 12/10/2011
♣ Crédits : (c) Zec
♣ Activité : Lycéen

Book of Shadows
♣ relations:
♣ Complément:


MessageSujet: Re: NC-16 - I know You want Me - Jimy    Dim 1 Jan 2012 - 20:27

    Je dois avouer que les trois propositions sont… alléchantes. Tu as beaucoup d’imagination pour faire souffrir les autres n’est ce pas ? C'est ce qui se dit, Le jeune homme haussa un sourcil en l’entendant parler de ça sans aucune honte. Elle aimait faire souffrir les gens apparemment et il s’étonnait d’être dans le même cas. Pas vraiment Lara, ni même Keith ou Lüz, mais les autres. Inconsciemment, il aimait lorsque les filles venaient le draguer, comme ça il pouvait les jeter sans vergogne. Il avait fait la même chose avec Joyce, même si elle n’avait jamais souffert de ses refus, bien au contraire puisqu’elle semblait considérer ça comme un jeu. En tout cas, Jimy venait de se rendre compte qu’il aimait bien faire souffrir les gens, mais il ne s’attendait pas à ce qu’elle aussi, puisse le remarquer. Mais apparemment, je ne suis pas la seule ... Son regard incisif devint quelques secondes un peu noir, mais il ne resta pas sur cette phrase qui le mettait mal à l’aise, changeant de sujet en entendant des pas arriver. Nous n’aurons pas longtemps à attendre je pense, j’entends des gens qui arrivent. Le baiser qui s’ensuivit fût à la fois sauvage, dérangeant et incroyablement agréable. Il se sentait tellement à l’aise que c’en était presque étrange. Pourtant jamais très au fait du sexe et de ce qui se passait autour, il arrivait là, avec Joyce, à se sentir vraiment bien, comme chez lui. S’il n’avait pas eut la bouche occupée par la sienne, il aurait très certainement éclaté de rire, mais il n’en fit néanmoins rien, se laissant emporter inconsciemment par la passion et l’envie de montrer aux nageuses qu’il avait déjà tourné la page. Finalement à bout de nerf et de patience, il se décolla des lèvres de la jeune femme. On va chez toi ! Maintenant !

    Plongeant ses yeux dans les siens, il fût étonné de se sentir tiré vers elle. Pas de tendresse pourtant dans son geste et il en fut rassurer, ce n’était que pour lui susurrer à l’oreille. C'est parti ! Sans ajouter un mot, il allait pour partir, mais il se sentit retenu près d’elle. Un regard interrogateur plus tard, il se rendit compte qu’elle observait par-dessus son épaule, recherchant très certainement Lara. Il eut quelques secondes d’hésitation sur la conduite à tenir. Dès maintenant, il pouvait se dérober, s’éloigner de Joyce la pétasse pour aller tout expliquer à la femme qu’il aimait. Cependant il n’en fit rien, restant sous l’emprise de la brune, bien avant qu’elle ne reprenne la parole. Encore quelques secondes mon mignon ... Sans s’en plaindre, il la laissa faire son petit jeu, sans donner plus que sa langue dans la combat. Ses hanches sur les siennes le firent frissonner et il sut qu’il était perdu. Sa queue semblait prendre le pas sur son cerveau et il avait très envie d’aller visiter les bas fonds de celle dont la langue se perdait dans sa gorge. Ses pensées étaient toutes envolées, il n’avait plus de remords, plus de regrets, rien que une envie torride de sexe sauvage. Maintenant, on peut y aller ... Il ne s’était pas rendu compte que c’était terminé, mais il se sentit poussé en arrière et il ne discuta pas, se contentant d’attraper son sac et sa guitare.

    Un tout petit sourire sur les lèvres, il le sentit fondre lorsqu’il observa les nageuses. En face de lui, regardant ailleurs, Lara, apparemment décomposée par ce qu’elle venait de voir. Il ne pouvait pas lui en vouloir pour ça, mais il sentit son cœur se serrer à l’imaginer si malheureuse. Du regard, il la suivit alors qu’elle remettait son sac sur l’épaule et qu’elle s’avançait vers… la sortie probablement. Il n’hésita qu’une seconde, avant de laisser ses yeux vers le sol et d’entrer dans la voiture de Joyce. De toute façon, il avait déjà fait le mal qu’il devait faire alors autant aller jusqu’au bout maintenant. Sans un mot pour la brune, il la laissa démarrer et grogna lorsqu’elle passa tout à côté de Lara. Sans pouvoir s’en empêcher, il se retourna sur son siège et put la voir une dernière fois, sans pour autant paraître s’en émouvoir. Ca, t’étais pas obligée ! Si tu l’avais touché, tu aurais perdu assurément ton coup ! Sous entendu, lui bien sûr. Ses yeux s’égarèrent par la fenêtre, avant de finalement revenir sur elle. D’un côté, il se demandait ce qu’elle allait bien pouvoir faire une fois qu’elle l’aurait enfin eut complètement à elle, de l’autre, il se disait qu’il n’en avait absolument rien à faire de cette pouf !

    Alors il resta silencieux à la place de faire le sociable et recommença à regarder dehors. Alors qu’il repensait finalement aux événements des quinze dernières minutes, il se sentit s’enflammer de l’intérieur et sous une impulsion, il déposa sa main sur la cuisse de la conductrice. D’abord chaste, se contentant de simplement caresser sa jambe, elle se fit plus audacieuse, se dirigeant vers des jardins normalement défendus, mais pas chez elle certainement. Bien sûr cette main restait au dessus du pantalon, mais il s’était penché vers elle et avait attrapé son oreille entre ses dents. Je te parie quelque chose. Une pipe que j’arrive à te faire jouir avant qu’on arrive chez toi ! Ce disant, sa main avait atteint un point prétendu sensible, alors que sa langue, maintenant inactive après avoir terminé de parler, avait repris du service, descendant le long de son cou jusque sa gorge.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

♣ Messages : 50
♣ Date d'inscription : 26/12/2011
♣ Crédits : Gemly
♣ Activité : Etudiante - Traînée notoire


MessageSujet: Re: NC-16 - I know You want Me - Jimy    Jeu 5 Jan 2012 - 10:10

    Ca, t’étais pas obligée ! Si tu l’avais touché, tu aurais perdu assurément ton coup ! Qu'est-ce qui t'arrive, mon chou, on a des remords ? Elle coula son regard vers lui avant de lever un sourcil. Elle trouvait parfois les gens tellement pathétiques, avec leurs sentiments. Franchement, c'était quoi, son problème ? C'est lui qui était venu la voir, pas l'inverse, alors maintenant qu'il avait allumé la mèche, il assumait que le feu d'artifice puisse devenir incontrôlable. Secouant la tête, elle finit par soupirer: Je la maîtrise, ma voiture, ça va ! Et à mon avis, la heurter lui aurait sans doute fait moins mal que ce que tu viens de lui faire subir. C'était méchant, c'était gratuit, et en même temps tellement vrai. Ça l'avait mise en rogne, en fait, qu'il s'énerve comme ça. Il n'avait pas les couilles d'assumer jusqu'au bout. Et surtout, elle avait horreur qu'on lui dise quoi faire. Il ne venait pas de lui glisser des billets dans le décolleté, il fallait qu'il se calme, le coco, parce que sinon elle allait lui expliquer la différence entre une péripatéticienne et elle. Salope, traînée si vous voulez, mais personne ne la limitait, jamais. Et le premier qui essayait … et bien risquait d'essuyer sa colère. Et ce n'était pas loin. Elle fit crisser ses pneus dans le virage, et allait briser le silence qui s'était installé entre eux pour lui dire que si ses méthodes ne lui convenaient pas, il pouvait descendre, et même sauter en marche, d'ailleurs, quand il lui coupa la chique en posant sa main sur sa cuisse.

    Elle baissa les yeux sur celle-ci avant de relever les yeux, une petite moue satisfaite aux lèvres. Ok. Pour l'instant il n'avait rien dit, alors elle allait juste se concentrer sur sa victoire, et sur la bonne partie de jambes en l'air qui les attendait. Elle s'attendait à ce qu'il boude en pensant à sa précieuse Lara, mais finalement, il s'enhardissait, et c'était loin d'être déplaisant. Finalement, elle avait raison, sous son côté coincé se cachait quelque chose de profondément attirant, de sombre, peut-être de dangereux ? Elle s'emballait sans doute. Mais c'était sa faute. Elle sentit sa main glisser le long de sa cuisse. Des décharges électriques parcouraient son épiderme, même s'il ne la touchait pas encore réellement. Elle se rajusta dans son siège, se mordant la lèvre alors qu'il atteignait son intimité. Elle ne s'attendait pas du tout à ça, et c'était délicieux. Il finit par attraper son oreille et elle dut faire de gros efforts pour rester concentrée sur la conduite. Chacun son tour, il avait joué les indifférents pendant longtemps, à elle de faire la reine des glaces. Même si elle avait bien envie de lâcher le volant et de le violer directement dans sa voiture. Je te parie quelque chose. Une pipe que j’arrive à te faire jouir avant qu’on arrive chez toi ! Et il était cru en plus … Décidément, ce jeune homme était plein de surprises. Elle allait peut-être lui accorder plus d'une fois en fait. Mais elle n'avait pas tellement envie de le laisser gagner ce pari, question d'honneur et de fierté. Je te trouve bien sûr de toi … tenu. Elle se mordit discrètement l'intérieur de la joue. Il était doué de ses mains, il n'y avait pas à dire, et il savait plutôt ce qu'il faisait. Ravalant un soupir qui avait voulu s'échapper, elle se força à se concentrer sur la route. Heureusement pour elle, ils n'étaient plus très loin, et elle finit par se garer devant leur garage. Coupant le contact, elle décomposa chaque geste avec une lenteur étudiée pour ne pas craquer. Il avait du doigté. La plupart des mecs se contentaient de prendre leur pied sans forcément chercher à lui faire du bien, là elle devait bien avouer que … Bien.

    Couper le contact. Mettre le frein à main. Pousser très légèrement sa main pour détacher sa ceinture. Puis, attraper sa nuque avec force pour prendre violemment ses lèvres. Elle détacha lentement sa ceinture à lui du même mouvement, descendant une main jusqu'au bas de son dos pour le plaquer à elle. Puis finalement, elle s'en détacha, très légèrement, passa sa langue sur les lèvres du jeune homme, pour murmurer: Pari perdu … mais je me sens d'humeur magnanime … Féline, elle plongea vers son cou pour le mordiller alors que ses mains s'attaquaient à la ceinture de Jimy. Pourquoi pas après tout ? Si elle n'avait pas joui, elle avait grandement apprécié. Alors il avait bien mérité un peu d'attention aussi. Et puis … elle en avait envie, voilà tout, ne cherchez pas à comprendre. Et ce n'était pas le fait qu'ils soient dans son allée qui allait l'arrêter. Son frangin n'était pas bête au point de regarder par la fenêtre ce qu'elle faisait, alors … Avec un léger sourire, elle descendit doucement, et finit par retirer le bouton du jean d'un coup de dents. Ses mains achevèrent de retirer le haut du pantalon de Jimy, alors que ses dents s'occupaient du caleçon. Finalement, sa langue effleura l'intimité du jeune homme, avant que sa bouche entière n'en prenne possession. Relevant les yeux vers lui, elle commença un lent mouvement de va et vient.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

♣ Messages : 163
♣ Date d'inscription : 12/10/2011
♣ Crédits : (c) Zec
♣ Activité : Lycéen

Book of Shadows
♣ relations:
♣ Complément:


MessageSujet: Re: NC-16 - I know You want Me - Jimy    Dim 8 Jan 2012 - 16:08

    Ne pas lui répondre. Ne pas lui donner la satisfaction de paraître faible face à elle. Son cœur pourtant s’était brisé lorsqu’elle avait parlé, lorsqu’elle avait dit qu’il lui avait fait du mal. Intérieurement, il savait bien qu’il n’y avait pas été de main morte en agissant ainsi, mais au fond de lui, il savait que ce n’était pas pour blesser Lara qu’il s’était jeté dans les bras de Joyce, mais plutôt pour réparer son propre cœur, qui s’était brisé juste deux jours auparavant. C’était bien pour ça qu’il souffrait d’autant plus de se rendre compte qu’il lui avait fait encore du mal. Il serait hypocrite de dire que d’un côté, il n’en était pas content mais cruel de penser de lui qu’il pouvait faire sciemment du mal à celle qu’il aimait. Il avait donc conservé le silence, pour éviter de paraître s’apitoyer sur son sort. Ce ne fût que lorsqu’il déposa sa main sur sa cuisse qu’il oublia pourquoi son cœur saignait. Une bonne idée en fait, le sexe pour oublier. Les sensations qu’elle lui transmettait d’un regard ou d’un baiser l’enflammaient au point de tout oublier et de ne se concentrer que là-dessus. Le propre effet qu’il avait sur elle alors que ses caresses devenaient plus intimes, plus sexuelles, lui donnait des ailes, au point même de se sentir obligé de parler. Je te parie quelque chose. Une pipe que j’arrive à te faire jouir avant qu’on arrive chez toi !

    Malheureusement pour lui, même si sa main se faisait plus incisive, plus sûre d’elle, il ignorait la distance qui le séparait encore de sa maison. Je te trouve bien sûr de toi … tenu. Au fond de lui, il savait qu’elle ferait tout pour ne pas aimer ça, juste par envie de gagner ce pari. Lui s’en moquait, de gagner ou de perdre, tout ce qui lui importait, c’était de faire exactement le contraire de ce que sa conscience lui ordonnait de faire. Le contraire de s’enfuir en courant étant bien entendu de lui faire vivre la meilleure partie de baise de sa vie, même si c’était présomptueux de sa part, surtout pour un puceau. Néanmoins il se contenta de vivre le moment présent et continua sur sa lancée, lorsque la voiture s’arrêta finalement. Il s’apprêta même à la faire venir vers lui mais elle le devança en tout point. Sa main fût repoussée alors qu’il voulu l’utiliser pour la faire venir sur lui. Ses lèvres furent prises d’assaut alors qu’il essayait de faire de même. Elle fût sur lui avant même qu’il n’ait le temps de dire ouf ! De toute façon, il n’avait pas vraiment envie de le dire, le plus important maintenant, c’était de se laisser faire et il le fit. Pari perdu … mais je me sens d'humeur magnanime … Le baiser s’était interrompu et lentement, il avait ouvert les yeux sur elle. Ses mots mirent quelques instants avant d’atteindre son cerveau et il eut un petit sourire alors qu’elle plongeait dans son cou. Il se cambra vers elle pour lui facilité l’accès à son pantalon alors que l’une de ses mains plongea entre le siège et la porte afin de le reculer et lui laisser plus de place.

    Ses mains vinrent ensuite toutes les deux se poser sur ses seins avant de descendre langoureusement vers ses hanches. Elle avait vraiment un corps de rêve et d’une certaine façon il était content de perdre sa virginité avec elle, même si elle se moquerait probablement de lui lorsqu’elle le découvrirait. Il la fixait avec attention, comme pour se souvenir de chaque moment passé avec elle dans cette voiture et après, si après il y avait. Certes, il ressemblait à une fille à réagir comme ça, mais il voulait que sa première fois reste gravé dans sa mémoire, quoiqu’il advienne. Un soupir lui échappa alors qu’elle descendait son caleçon avec les dents. C’était si sensuel qu’il en perdait tout sens du temps. Perdu dans une bulle qui interceptait ses pensées, le temps qui passe et tout autre chose, il faillit gémir lorsque sa langue l’effleura, gémissement qui s’échappa finalement lorsqu’elle le prit tout entier. Son corps se raidissait tout entier alors que son regard était accroché par le sien. Il se sentait tellement électrisé, son épiderme semblant sensible au moindre de ses gestes envers lui. Son souffle devint court et il ne fallut guère longtemps avant qu’il ne l’attrape par le menton afin de la faire se relever vers lui.

    Ce ne serait pas juste que tu ailles jusqu’au bout lorsque je n’ai pas pu le faire. Alors qu’il parlait, il sentait la pression sur son corps s’atténuer et ses mains n’étaient pas restées inactives. A son tour, il avait ouvert le pantalon de la demoiselle, sans toutefois l’enlever. D’un geste, il se décala sur la place conducteur, invitant Joyce à prendre la sienne et à son tour, il se plaça devant elle et descendit pantalon et dessous d’un même geste. Ce n’était que du sexe, pas besoin de s’encombrer de détails. Ses doigts partirent presque immédiatement à l’assaut de son jardin secret, utilisant toute la souplesse acquise grâce à la guitare pour lui donner le maximum de plaisir. S’il ignorait ce qu’il faisait réellement, son instinct se faisait maître de ses mouvements et alors que ses doigts s’activaient, la seconde main passa sous son haut, dégrafant le soutien gorge de la belle. Un sourire sur les lèvres naquit lorsqu’il réussit du premier coup cette fois et toujours d’une main, il vint titiller ses tétons. Sa bouche avait repris possession de ses lèvres et ainsi, il espérait bien lui donner beaucoup de plaisir…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: NC-16 - I know You want Me - Jimy    

Revenir en haut Aller en bas
 

NC-16 - I know You want Me - Jimy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Secret Garden ::  :: Les alentours du Lycée.-