Partagez | 
 

 You Feed Me Fables ft Joyce

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

♣ Messages : 55
♣ Date d'inscription : 10/11/2011
♣ Crédits : ---

Book of Shadows
♣ relations:
♣ Complément:


MessageSujet: You Feed Me Fables ft Joyce   Jeu 29 Déc 2011 - 17:13




-
JOYCE & TRENT
I don't know why I'm still surprised
Even angels have their wicked schemes
And you take that to new extremes
But you'll always be my hero
Even though you've lost your mind


    Tout en souriant d'un air absent, je repose mon téléphone sur le comptoir. Je m’ennuyait mortellement mais ces quelques paroles prometteuses venant de Joyce ont eu le don de me redonner la pêche. Il faut dire qu'elle à le don pour ça. Avec Joyce pas besoin de s’encombrer de principes ou d'établir des barrières, adieu les tabous et la retenue. C'est incontestablement ce qui m'a attiré chez elle au premier regard. Elle ne cherche pas à m’empêcher de me détruire comme je l'entends, au contraire elle me pousserais presque plus loin sur le chemin de la descente aux enfers. J'ai parfois peur que ce soit elle qui finisse par s'y perdre. J'ai déjà connu ça et bien que je fasse preuve de peu de morale, Joyce ne fait forcément partie de ceux que je souhaite entrainés dans ma chute. Douce complice de mes délires et excès , je ne veux pas la perdre en chemin. Si tout se passe comme il se doit, ce sera à elle de me pleurer un jour et pas l'inverse.

    Je secoue la tête pour chasser ses idées noires et me concentrer plutôt sur le présent et l’heure qui avance me rapprochant de l'arrivée de Joyce. Je sers encore quelques clients et la plupart du temps je me dois de désapprouver totalement leurs gouts cinématographique. Quand on voit les films qui fonctionnent on ,ne s’étonne pas que l'industrie du cinéma aille si mal. Pourquoi fournir de la qualité alors que les gens sont capables de se satisfaire de pures et simple bouses ! Je lève les yeux vers l'horloge...22h45. Je remballe la caisse, ferme les stores et éteins les écrans. Je prends le temps de me poser dans l'arrière boutique pour fumer un pétard avant de m'emparer de mon sac à dos qui contient...tout ce dont j'ai besoin. A 23h05 j'entends une voiture qui s’arrête devant la boutique. Joyce! J'enfile mon blouson et quitte les lieux sans attendre. Je me précipite , ouvre la portière et me laisse tomber lourdement sur le siège passager.

    Trent - Te voila enfin!

    Je me penche vers Joyce et lui embrasse la nuque tout en lui collant entre les lèvres ce qui reste du pétard que j'était occupé à fumer. Je pense savoir comment l’accueillir comme il se doit. Mes doigts glissent dans le décolleté de Joyce et j'écarte son t-shirt pour distinguer son soutien gorge avant de déclarer.

    Trent - Alors c'est de ça dont tu me parlais?

    Je fais référence à notre échange de sms un peu plus tôt. Je me recule tout en gardant ma main posée sur la cuisse de Joyce.

    Trent - Trouve nous un endroit tranquille !




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

♣ Messages : 50
♣ Date d'inscription : 26/12/2011
♣ Crédits : Gemly
♣ Activité : Etudiante - Traînée notoire


MessageSujet: Re: You Feed Me Fables ft Joyce   Ven 30 Déc 2011 - 19:28

    Reposant son téléphone dans sa trousse, Joyce se passa la langue sur les lèvres, déjà alléchée. Son voisin, qui la regardait effectivement en douce depuis quelques temps semblait ne plus en pouvoir, et elle lui lança un regard de biais avant d'articuler: « désolée chéri, j'suis prise ce soir ». Rougissant, il détourna les yeux rapidement. Amusée, elle caressa le bois de la table du doigt. Trent savait toujours comment éclairer sa journée, ou plutôt au contraire, la rendre plus sombre, ce qui n'était pas pour lui déplaire. Il arrivait à rendre son quotidien insipide particulièrement savoureux. Depuis qu'ils s'étaient croisés à cette soirée, qu'il l'avait attirée à part, pas seulement pour lui arracher la totalité de ses vêtements, mais aussi et surtout pour lui proposer de l'accompagner dans sa descente aux enfers. Et à partir de ce jour, à chaque fois qu'ils se retrouvaient tous les deux, il y avait de quoi rendre ridicule n'importe quel épisode de Skins. Des amateurs. L'histoire qu'ils écrivaient à deux, dans l'alcool, la drogue, et le sexe était mille fois plus intense, plus dangereuse … et c'était ce qui lui plaisait tout particulièrement. Parfois pas assez à son goût, mais elle savait toujours, ou quasiment, détourner Trent de toute idée de retenue. Et pour ça, elle aurait effectivement besoin de ce nouvel ensemble qu'elle avait acheté la veille.

    Le retour chez elle ne fit qu'augmenter sa frustration, son impatience, surtout que son abruti de demi-frère avait fini toutes les céréales. Stupide, de s'énerver pour ce genre de chose sachant qu'elle allait passer la soirée à ingurgiter des substances un peu plus élaborées qui allaient sans doute lui faire beaucoup plus de bien … mais elle avait eu très envie de se calmer en attendant avec du chocolat. Insultes en tous genres volèrent alors qu'elle se faisait un sandwich et allait s'enfermer dans sa chambre. Tournant le volume de la musique à fond, elle se mit à bouger en rythme tout en se déshabillant. Attrapant une flasque qu'elle gardait dans sa table de chevet, elle s'envoya une longue rasade de whisky, complètement nue, faisant finalement un coucou langoureux à son voisin d'en face qui se rinçait l'oeil. L'heure arriva rapidement, fort heureusement. Elle n'avait pas trop, trop bu, étant donné qu'elle devait prendre le volant, enfilé son ensemble corseté rouge et noir qui lui avait littéralement sauté dessus dans cette boutique la veille, et se regarda de haut en bas, les poings sur les hanches. Oui, elle était bonne. Avec une nouvelle rasade, elle se rhabilla, attrapa son sac, éteignit la musique et dévala les escaliers en hurlant: J'me casse, gros naze ! J'prends la voiture et m'attends pas, j'sais même pas si je rentre ! la porte laqua alors qu'elle faisait tourner les clefs autour de son index. Musique à fond dans la voiture, elle démarra en trombe, pour finalement se garer dans un crissement de pneus devant le vidéoclub où travaillait son complice. Il ne fut pas long avant de sortir, et elle sourit, se passant la langue sur les lèvres en le voyant. C'était parti pour une longue nuit de folie.

    Te voila enfin! Elle ferma les yeux alors qu'il l'embrassait dans le cou, et récupéra le joint en délicatesse avant de tirer dessus, un sourire extatique aux lèvres. Tu sais comment rendre une femme heureuse, toi, y a pas à dire. Ses doigts sur sa peau la firent frémir, et son sourire devint plus osé: Alors c'est de ça dont tu me parlais? Effectivement … ça te plaît ? Comme si cela pouvait ne pas lui plaire … Trouve nous un endroit tranquille ! C'est parti, dit-elle en tirant de nouveau sur le joint, avant de se pencher sur lui pour le lui rendre non passer la langue sur la lèvre inférieure du jeune homme avant: j'avais pas d'acide, désolée. Mais y a deux-trois trucs sympas dans mon sac ... Avant de démarrer, pied au plancher. Elle conduisait de façon fluide, mais bien trop rapide, ne prenant les virages qu'au dernier moment. L'alcool, ou sa main sur sa cuisse, ou la drogue qui montait doucement, ou l'excitation, ou un peu tout ça à la fois. Elle finit par sortir de la ville, et tourner sur un chemin forestier et de se stopper, brutalement. Elle éclata de rire avant de défaire sa ceinture et de se pencher sur Trent, appuyant ses deux mains sur le haut de ses cuisses tout en effleurant ses lèvres, se dérobant toujours, sans en prendre possession: Alors ? Par quoi on commence ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

♣ Messages : 55
♣ Date d'inscription : 10/11/2011
♣ Crédits : ---

Book of Shadows
♣ relations:
♣ Complément:


MessageSujet: Re: You Feed Me Fables ft Joyce   Mer 15 Fév 2012 - 23:36



    Joyce - Tu sais comment rendre une femme heureuse, toi, y a pas à dire.

    Je souris. Nos retrouvailles se ressemblent! Toujours cet échange empressé, cette urgence qui se déclare au moindre contact. Le jeu entre nous est constant mais, il n'est pas forcement de ceux ou l'on a quelque chose à prouver et c'est justement ce qui est bon. Je la regarde tirer sur le joint que je viens de glisser entre ses lèvres, un rayon de lune effleure partiellement son visage. Un frisson me glisse le long de la nuque. Je ne peux réprimer cette envie irrépressible de m'approcher d'elle. La questionnant sur ses sous-vêtements prometteurs, je suis ravi de constater que Joyce sait tenir ses promesses, tout comme lorsque je lui demande de nous trouver un endroit tranquille.

    Joyce - j'avais pas d'acide, désolée. Mais y a deux-trois trucs sympas dans mon sac ...

    Je ricane et lui réponds dans perdre une seconde...

    Trent -J'ai confiance en toi pour cela et j'ai moi même apporter quelque chose...

    Je ne frémis pas un seul instant face à la conduite rapide et peu prudente de Joyce. Je pense que nous sommes tout deux accrocs à l'adrénaline et à ces pulsions ravageuses qui nous font nous entier et un tant soit peu...vivant. Défier la mort, tenter le diable, il n'y a rien de mieux!!! Au détour d'un sentier perdu, Joyce freina brusquement. Nous voilà seul, à l'abri de tout regard. Sans perdre une seconde, Joyce se penche vers moi, ses lèvres narguant les miennes et l'effluve de son parfum me titillant les narines. Ma langue vient effleurer ses lèvres alors que subitement je la saisis par la taille et la fait passer de mon côté de la voiture, à califourchon sur moi. Mes mains sur ses hanches je me laisse aller à venir cette fois cueillir un baiser passionné.

    Joyce - Alors ? Par quoi on commence ?

    Je me penche vers son oreille en ne manquant pas d'embrasser sa nuque au passage.

    Trent - Si tu savais...tout ce qui me passe par la tête.

    Mes lèvres glissent le long de sa nuque, ma langue glisse le long de sa clavicule...J'inspire profondément et me décolle d'elle pour la fixée droit dans les yeux. Joyce me connais, elle sais que je suis une bombe à retardement. Que j'aime laisser monter la pression et surtout multiplier les plaisirs et les addictions. Je jette un rapide coup d'oeil vers son sac et puis le miens.

    Trent - J'ai apporté de l’absinthe...je ne sais pas si tu en as déjà goutée! Il parait que ça peut rendre fou si on en abuse! Et toi tu as quoi à proposer?

    Mes mains se glisse sur la peau du ventre de Joyce, sous son t-shirt et je me contente d’effleurer sa peau du bout des doigts tout en attendant de voir quelles sont ses ressources.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: You Feed Me Fables ft Joyce   

Revenir en haut Aller en bas
 

You Feed Me Fables ft Joyce

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Secret Garden ::  :: Le centre ville.-