Partagez | 
 

 to move on is to grow.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

♣ Messages : 281
♣ Date d'inscription : 13/10/2011
♣ Crédits : zero.


MessageSujet: to move on is to grow.   Lun 24 Oct 2011 - 16:11

« Mais elles sont où ces putains de clés ?! ? » Finit-il par cracher, alors que cela faisait plus d'une demi-heure que son père l'avait envoyé chercher les clés de l'armoire, derrière, au fond du garage. Livio avait regardé d'abords dans la cuisine, dans le hall d'entrée, sur la petite étagère où l'on voyait pendre de nombreux trousseaux de clés, dans le salon, sous le tapis menant au garage, pour finalement aller se perdre dans la chambre de ses parents sans jamais réussir à mettre les mains dessus. A quatre pattes sous le lit de ses parents, il ne trouva pas grand chose, si ce n'est un peu de poussières ici, et là. Finalement, il sortit de sous le lit, se redressant, posant ses mains sur ses cuisses encore au sol, observant la pièce, tout en se demandant ce qu'il avait bien pu rater, et où son père avait bien pu les mettre. L'air de rien, un rayon de soleil attira son attention sur l'armoire à vêtements de ses parents. Sans comprendre pourquoi, il fut soudainement attiré par cette dernière. Quelque chose étincelait grâce, ou à cause de la lumière du soleil qui l'illuminait de tout son feu.

Se relevant, il se tapa les genoux, enlevant la poussière d'un coup de main, avant de contourner le lit de ses parents. Un bref regard sur ce dernier lui avait arraché une pensée qui l'avait plus blasée qu'autre chose. On le faisait chier pour qu'il fasse son lit, mais le leur n'était pas fait. Ils n'avaient même pas tiré la couette. Mais cette pensée ne fut que passagère. Poussant les habits de son père sur la gauche, il vit comme une ouverture dans le mur. S'agenouillant, il s'en approcha pour voir une petite porte qu'il tenta d'ouvrir machinalement. Fermé. Il n'y avait même pas la présence d'un cadenas, ou même d'une serrure qui pouvait justifier le verrouillage de cette cache. Se tapotant le menton, il s'allongea afin d'essayer de voir si il pouvait voir la chose qui avait attiré son attention à cause de son scintillement.

C'est à ce moment-là que son père débarqua. « Qu'est-ce que... » Le ton de son père était plein de surprise. Livio sursauta, tournant la tête vers son père qui se mit d'un coup à hurler, la colère bien visible sur son visage. « QUI T'AS DIT DE FOUILLER ? DEGAGE DE LA ! » Livio, abasourdis, ne broncha pas suffisamment vite pour son père qui s'était approché pour le tirer par le bras avec une force exceptionnelle et le foutre dehors sans préavis. Livio rencontra le mur d'en face, lui arrachant un gémissement étouffé. Danilo l'attrapa par le tee-shirt, le tirant vers lui. Livio en était tétanisé. C'était la première fois qu'il voyait son père si en colère. Il ne comprenait pas ce qu'il se passait. « Si je te revois fouiller dans nos affaires comme ça, je te tue, tu m'as bien compris ? » Livio semblait inerte. « TU AS COMPRIS ? » Livio hocha péniblement la tête, et Danilo le lâcha, le laissant tomber sur ses genoux. Il observa son père le contournait, reprenant la direction du garage, tel un colosse des enfers. Livio le regarda partir, avant de sentir une larme coulée le long de sa joue. Il était vexé, et cruellement blessé par son père. Pas tant par la douleur physique des coups qu'il venait de prendre, mais moralement, c'était le chaos dans sa tête.

Quelques minutes se passèrent avant que finalement, il ne se redresse, avant de prendre la direction de sa chambre, sortant son portable de sa poche avant de se jeter sur son lit. Machinalement, il lança un coup d'œil à sa liste de contact, et il tomba sur Lara. Se mettant sur le dos, il se mit à taper rapidement sur son portable pour envoyer : Rejoins-moi au Boathouse à 15h. Il cliqua sur envoyer, puis il le laissa tomber à côté de lui, l'air de rien, comme pour essayer de comprendre ce qu'il venait de se passer.

Son père semblait cacher quelque chose, mais quoi ? Pourquoi avoir réagi aussi violemment ? Qu'est ce qu'il y avait de si important pour qu'il sorte ainsi de ses gongs ? Son père possédait une véritable force physique. Il n'en avait jamais douté, mais à ce point... Livio faisait quand même 72kilos pour 1m 83. C'était loin d'être un gringalet, tout de même. Mais son père semblait l'avoir traité comme un vulgaire fétu de pailles. Attrapant son portable pour regarder l'heure, il observa le plafond de sa chambre, tapotant le bout de son téléphone contre ses dents, son esprit en proie à de multiples questions sans réponses. Et bien malgré lui et ce qu'il venait de se passer, il se faisait, en son fort intérieur, le serment de découvrir ce que cette petite cache pouvait bien renfermer.

Il devait être presque 15h, quand Livio sortit de chez lui, pour prendre la direction du Marina's Boathouse. Il n'avait même pas demandé si il pouvait prendre la voiture de son père, vu la façon avec laquelle il lui avait hurlé dessus, Livio était persuadé qu'il se serait prit un non monumentale. Les mains dans les poches, il avançait vers le Marina's Boathouse sans vraiment regarder où il mettait les pieds. Manquant de se faire écraser à une ou deux reprises, il s'excusa rapidement. Il finit par pousser la porte du Marina's Boathouse après avoir inspiré deux trois bouffés d'air frais. Son regard balaya l'ensemble des gens déjà présent afin de repérer Lara. Elle n'était pas encore présente. Un léger soupir de soulagement, il finit par trouver une table vide sur laquelle il s'assit, non loin de la porte d'entrée pour que Lara le voit en arrivant. Un regard vers l'extérieur, il se plongea dans ses pensées, oubliant rapidement tout ce qui se passait autours de lui.






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

♣ Messages : 148
♣ Date d'inscription : 13/10/2011
♣ Crédits : Poon
♣ Activité : Lycéenne
♣ Bonus : Au milieu du bassin olympique

Book of Shadows
♣ relations:
♣ Complément:


MessageSujet: Re: to move on is to grow.   Lun 24 Oct 2011 - 19:47

La maison toute vide flanquait le cafard à Lara. Allongée sur son lit, elle faisait rebondir une balle en mousse au plafond, dans un mouvement large et régulier. En même temps, il valait mieux que sa mère ne soit pas là, elle lui aurait demandé si à son avis il valait mieux axer la nouvelle collection sur le rose bonbon ou le rose sucre d'orge, ou si les anses devaient être tressées ou brodées, ou toute autre discussion futile qui lui aurait très rapidement tapé sur les nerfs. En même temps, cela aurait occupé ses pensées ailleurs que sur ses multiples soucis, à savoir :

Petit un, la grosse révélation que son père lui avait faite juste avant de partir. La sorcellerie existait, il y avait des sorciers qui s'en servaient à mauvais effet, son père, son héros de père les chassait, les exterminait donc, sans doute. Il lui avait menti à peu près toute son enfance, toute sa vie pour ainsi dire, quand il partait, et qu'il revenait blessé, en réalité, il ne s'agissait pas de simples guerres de gangs, mais bel et bien de périls qui mettaient sa vie en danger étant donné qu'il s'agissait de forces surnaturelles, donc qui le dépassaient entièrement, qui rangeaient ses performances avec toutes les armes connues et imaginables au rang de simple broutilles, travail d'amateur et autre image de gamins se poursuivant avec des épées en bois. Cela donnait un nouvel éclairage au départ de Zach de la maison, à celui de sa mère (qui n'avait pas reparu depuis cette fameuse discussion, qui attendait sans doute qu'il finisse ce qu'il avait commencé avant de risquer de repointer son nez refait dans la maison), et surtout, aux armes que son paternel lui avait offertes tout au long de sa vie, et à cet entraînement quasi militaire qu'elle avait accepté et suivi avec bonheur. Des questions affreuses, des implications parfois métaphysiques qui lui faisaient mal à la tête et qu'elle s'efforçait de chasser de son esprit en jetant ce petit ballon de football américain contre son plafond.

Petit deux, et cela pouvait sembler futile face au petit un, il y avait sa vie sentimentale. Lara n'avait jamais été le genre de fille à s'étaler sur sa vie amoureuse, ou même avoir une vie « amoureuse », étant donné qu'en matière de relations, elle s'en tenait habituellement à pas grand chose, juste passer du bon temps sans aller trop loin ou trop s'impliquer. Mais avec Jimy c'était … différent. Il avait éveillé des choses en elle qu'elle n'aurait jamais pensé ressentir. Nouveau lancer. Des envies, des besoin aussi, qu'il ne semblait pas disposé à combler. Nouveau lancer. Si bien qu'elle était allée voir ailleurs pour ne pas lui exploser à la figure et faire en sorte que ça marche. Nouveau lancer. Un homme plus mûr, un professeur, qui plus était. Nouveau lancer. Un jeu dangereux, saupoudré de culpabilité qui la dévorait petit à petit, bien malgré elle. Nouveau lancer. Et puis … son regard se perdit vers sa gauche, vers la fenêtre qui faisait face à la sienne. Il y avait Keith …

Elle se prit le ballon en pleine figure et soupira, se relevant et passant une main lasse dans ses longs cheveux bruns. Elle n'avait pas envie de s'embêter avec tout ça, elle n'avait pas envie de se prendre la tête. C'était bien trop compliqué, elle n'avait jamais ressenti ça avant, le marasme de sentiments qui lui brûlait les entrailles pour Jimy, la soif du corps de Savage et cette attirance quasi magnétique, cette gêne palpable, physique qu'il y avait quand Keith et elle se retrouvaient seul à seule dans la même pièce … Elle ne voulait pas y penser. Un miracle, quelqu'un ?

Rejoins-moi au Boathouse à 15h.

C'était à cela que l'on reconnaissait les vrais amis, à leur à-propos inné, sans qu'ils aient besoin de le faire exprès. Lara se dit qu'elle aurait bien embrassé Livio si cela n'aurait pas soulevé un tas d'autres problèmes dont elle se serait bien passé. Un coup d'oeil à sa montre, elle avait encore un peu de temps. Celui d'aller se jeter sous une longue douche glacée, histoire de se vider l'esprit et de faire place nette par rapport à ses hormones (ces trucs étaient une malédiction, elle les haïssait cordialement), avant finalement de claquer des doigts pour que Captain la rejoigne, une fois habillée, et qu'il la suive jusqu'au Boathouse. Point de ralliement avec son ami, qu'elle avait grand besoin de voir. Et lui aussi visiblement. Elle n'avait pas pris la peine de répondre à son message, parce que cela tombait sous le sens, qu'elle viendrait. Il avait été clair et concis, peut-être voulait-il juste traîner un peu, mais en voyant le visage du jeune homme, songeur à l'extrême à travers la vitre de l'établissement, Lara se dit qu'elle n'était peut-être pas la seule à avoir quelques soucis. Consultant son chien du regard, elle haussa une épaule quand il tourna les talons (des pattes) pour retourner chez elle. Il aurait pu entrer, depuis le temps, il était toujours le bienvenu à l'intérieur. Mais soit. Poussant la porte, elle sourit au barman, avant de se diriger vers la table de son ami:

Salut toi … Désolée, un léger retard, Captain était indécis et a choisi la sieste plutôt que la glace. Alors quel bon vent t'a poussé jusqu'...

Elle interrompit soudain son monologue alors qu'elle levait les yeux vers Livio, son regard s'arrêtant sur son coup, marbré de rouge, comme des marques de strangulation. Fronçant un sourcil, elle se décolla de son siège pour effleurer la zone du doigt.

... ça va ?

Franc et sans embages, ils se connaissaient depuis assez longtemps et assez bien pour cela.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

♣ Messages : 281
♣ Date d'inscription : 13/10/2011
♣ Crédits : zero.


MessageSujet: Re: to move on is to grow.   Mer 26 Oct 2011 - 17:14

Après de tels évènements, il n'est pas rare d'être plongé dans ses pensées, le regard perdu vers l'horizon qui se dessine au travers d'une fenêtre. Livio ne cessait de repenser à ce qui venait de se passer, et même si il ne comprenait pas réellement ce qui avait motivé son père à réagir comme cela, il ne pouvait s'empêcher de se sentir profondément blessé. En effet, Danilo n'était vraiment pas le genre de père à lui hurler constamment dessus, à le punir pour avoir péter de travers, ou quoique ce soit. Non, Danilo, c'était le genre de père à vous parler sur un ton de voix pas plus haut qu'un chuchotement, le regard assassin, les traits du visage en acier trempé. Mais à l'évidence, il lui arrivait de perdre le contrôle de lui-même. C'était impressionnant pour Livio. Son père l'était déjà suffisamment habituellement, mais dans un tel état de colère, c'était encore bien plus flippant. Livio soupira sans même s'en rendre compte avant de se passer une main dans le cou, ce dernier légèrement endolori. Quelque chose, ou plutôt quelqu'un, vint le sortir de ses songes, le faisant sursauter légèrement. « Salut toi … Désolée, un léger retard, Captain était indécis et a choisi la sieste plutôt que la glace. Alors quel bon vent t'a poussé jusqu'... » Un sourire vint se loger sur ses lèvres lorsqu'il reconnut Lara. Ca le changeait de ses différents clubs du Lycée qui venait jusqu'à recruter certains élèves ici. Comme si Livio allait faire partit d'un... D'un Glee Club. Bref.

« ... ça va ? » Livio l'observa, avant de suivre son regard du sien pour voir qu'elle devait sûrement regarder son cou. Il se repassa la main dans le cou. A bien y faire gaffe, il sentit comme un léger relief, trahissant la marque de son tee-shirt contre sa peau dorée lorsque son père l'avait soulevé du sol avec la seule force d'une de ses mains. Il haussa les épaules, avant de répondre : « Oui, oui. Et toi ? » Un léger sourire sur ses lèvres, il rajouta : « Mon père. Je sais pas ce qui lui a prit. Je cherchais les clefs de l'armoire, tsé, au fond du garage, la blanche. Et j'étais dans leur chambre quand j'ai vu quelque chose briller. J'aurais jamais du me pencher regarder. » Il se mit à jouer avec la carte des brasseries du Boathouse, tandis qu'il reprenait : « N'empêche... Il m'a dit de ne plus fouiller, mais ça me donne trop envie d'y retourner pour découvrir ce que c'est. » Il eut un petit rire amusé. Même si il semblait toujours vexé, la présence de son amie lui permettait d'en rigoler. « Merci d'être venu, en tout cas. » Toujours à remercier. Livio était quelqu'un de trop bien éduqué. Puis, elle aurait pu ne pas venir aussi.

Enfin, quoiqu'il en soit, il avait toujours aimé retrouver Lara pour passer du temps avec, pour parler de tout et de rien, de chose plus ou moins importantes, leur permettant de conserver une amitié si forte, mais aussi si longue. A regarder, Keith n'avait pas vraiment eut cette chance, puisque leur relation n'était pas au beau fixe entre lui et Lara. Enfin, cette dernière sortait tout de même avec Jayms. Livio lui avait bien fait comprendre ce qu'il pensait de son geste, et ne lui adressait d'ailleurs plus la parole. Pour lui, l'amitié était quelque chose de sacré. Surtout lorsque l'on fait clairement comprendre qu'on est son meilleur ami. Livio, lui, n'avait jamais eut l'idée de lui demander de sortir avec lui. Pas parce que Keith avait des vues sur elle, mais parce qu'il ne s'était jamais vraiment dit qu'en faites, c'était une fille. Livio ne se rendait pas facilement compte de ce genre de détails une fois que ladite personne devenait aussi intime avec lui. Même si c'était d'un point de vue profondément amical.

« Et toi, comment tu vas ? » Un sourire amusé. « Pas trop stressé avec la rentrée demain ? »






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

♣ Messages : 148
♣ Date d'inscription : 13/10/2011
♣ Crédits : Poon
♣ Activité : Lycéenne
♣ Bonus : Au milieu du bassin olympique

Book of Shadows
♣ relations:
♣ Complément:


MessageSujet: Re: to move on is to grow.   Mar 1 Nov 2011 - 13:17

Oui, oui. Et toi ? » C'était un peu léger au goût de la demoiselle, mais elle se voyait mal tirer sur son t-shirt ou appuyer sur cette marque pour voir si cela faisait mal et lui demander si cela allait toujours. Elle était dans un bon jour, donc elle n'envisageait pas de le faire réellement. Mais elle aurait pu. Heureusement, il arrêta bien vite la langue de bois, peut-être à cause de son regard qui lui demandait « et c'est tout? ». Ou juste parce qu'ils se racontaient tout depuis qu'ils étaient hauts comme trois pommes. Mon père. Le sourcil de Lara atteignit son front à la vitesse de l'éclair. Son père ? Voilà qui était inhabituel. Danielo et Henry étaient à peu près de la même trempe, pas des papas très drôles tous les jours, mais aimants et plutôt du genre à être froids que violents. Il devait y avoir un souci. Je sais pas ce qui lui a prit. Je cherchais les clefs de l'armoire, tsé, au fond du garage, la blanche. Et j'étais dans leur chambre quand j'ai vu quelque chose briller. J'aurais jamais du me pencher regarder. » Pour … un truc que t'as vu … ouah, Livio, c'est … bizarre. C'était le moins qu'on puisse dire. Mais peut-être que leurs pères faisaient leur crise de la quarantaine de concert, tout simplement ? Enfin, les marques sur la peau de son amie la perturbaient quand même. Papa n colère ou non, elle avait du mal avec la violence (même si elle n'hésitait pas à y avoir recours le cas échéant). Et puis … on ne touchait pas à Livio. N'empêche... Il m'a dit de ne plus fouiller, mais ça me donne trop envie d'y retourner pour découvrir ce que c'est .Tu m'étonnes …Y a de quoi ... Elle décida d'abandonner les froncements de sourcils pour le rire, étant donné qu'elle n'avait pas envie d'enfoncer Livio dans son marasme: On monte une expédition si tu veux ? Je ferai le guet et j(occuperai ton père le cas échéant. Il m'aime bien, il paraît que je suis une bonne gamine, dit-elle avec un petit sourire en coin. Forcément, à habiter dans le même quartier et à se connaître depuis des années, vous en veniez à vous faire apprécier des parents de vos amis. Ce qui était pour leur plaire, vu le temps qu'ils passaient ensemble. Merci d'être venu, en tout cas. Oh mais de rien. C'est vrai que c'est toujours une corvée de venir manger une glace ici avec toi. Si tu savais, j'avais prévu de passer l'après-midi à me vernir les ongles et à me faire des soins du visage, singea-t-elle.

Comme si cela pouvait être crédible. Elle éclata de rire, avant de lui voler la carte pour ne pas qu'il la réduise en morceaux, y jetant un coup d'oeil pour la forme, car la connaissant évidemment par coeur. Et toi, comment tu vas ? Ah, ça c'était une excellente question. Elle haussa une épaule, reposant le menu. Pas trop stressée avec la rentrée demain ? Penses-tu ! Pas du genre à être stressée par la rentrée. Mais va falloir reprendre l'équipe en main après les vacances et ça, ça va pas être de la tarte, j'ai croisé Tiffany, elle s'est laissée allée, ça se voit … Mais bon. Rien dont je ne puisse venir à bout, sourit-elle. Quant au reste, ce qui l'occupait alors qu'elle était dans sa chambre … Elle ne savait pas vraiment par quel bout commencer. Son père lui avait fait promettre de ne rien dire, et … même si c'était de son meilleur ami dont on parlait, elle ne savait pas. Peut-être la prendrait-il pour une folle, sans doute même et puis … elle voulait en savoir plus avant de parler. Elle n'avait eu qu'une explication avortée, alors il ne valait mieux pas. Par contre, cela lui rappela quelque chose d'essentiel : Mon père est parti pour plusieurs jours, au fait, je pensais faire une soirée demain ou après-demain pour fêter la rentrée … Tu en es ? Et il avait intérêt à répondre oui (en même temps, elle ne voyait pas vraiment ce qu'il pourrait dire d'autre. Pianotant sur la table, cela la renvoya à son autre « problème » du moment, quelque peu lié à cette soirée, justement: Au fait dis-moi .. tu as parlé à Jimy récemment ? Terrain miné droit devant ! Mais elle ne pensait pas à mal, la pauvre ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

♣ Messages : 281
♣ Date d'inscription : 13/10/2011
♣ Crédits : zero.


MessageSujet: Re: to move on is to grow.   Mar 1 Nov 2011 - 19:56

La bonne humeur de Lara le réconforta grandement. Livio eut un sourire bien plus sincère, ainsi qu’un regard plein de chaleur qu’on lui connaissait si bien. Se passant une main sur le visage, il retira tout soucis qu’il lui tracassait l’esprit, comme pour pouvoir mieux profiter de sa journée en compagnie de sa meilleure amie, avant la rentrée de demain, qui s’annonçait tout aussi ennuyeuse que les autres quoique légèrement plus trépidantes que celles qui suivront. Un nouvel emploi du temps, de nouvelles personnes à se supporter à cause des changements de classes, ainsi que les petits nouveaux à bizuter au travers de moult blagues à la con. C’était ça, le Lycée, et après trois ans, on en avait réellement vite marre. Ce qui le différenciait des autres élèves qui souhaitaient à tout prix finir leur vie au Lycée, sachant très bien que plus tard, ils n’aspireront jamais aux rêves de carrières qu’ils ont actuellement. Il ne fallait pas oublier non plus que c’était leurs plus belles années qu’ils vivaient, alors bon. Ces ennuies qu’il traversait… Au final, il s’en souviendrait avec une certaine nostalgie qu’il comblera sûrement en retrouvant tous ses futurs-ex-camarades dans diverses bals données dans les années qui suivent afin de se retrouver et de voir comment ils ont tous évolués. Pour Livio, c’était du rapide, il reprendrait très certainement le Garage de son père, peu désireux de poursuivre ses études. Ce qui enchantait son père, mais qui rébutait clairement sa mère. Comme toute bonne mère, cette dernière aurait aimé le voir médecin, ou avocat, ou un autre truc du genre. Quoiqu'il en soit, il lui restait encore un an pour se décider, car quoiqu'il arrivait, lui, il était sûr d'avoir sa bourse pour l'Université, grâce au sport qu'il pratiquait régulièrement à l'école.

« Penses-tu ! Pas du genre à être stressée par la rentrée. Mais va falloir reprendre l'équipe en main après les vacances et ça, ça va pas être de la tarte, j'ai croisé Tiffany, elle s'est laissée allée, ça se voit … Mais bon. Rien dont je ne puisse venir à bout. » Livio éclata de rire. La natation avait une place importante dans la vie de Lara. Elle s'était clairement battue pour se faire une place dans cette équipe, montrant ainsi la détermination de cette dernière. Une chose était sûre, Livio était du même accabis. Le sport, c'était toute sa vie. A la fois son exutoire, comme un bon moyen d'assurer ses arrières pour l'avenir au vue de l'importance que le Sport avait dans le système scolaire américain. « Mon père est parti pour plusieurs jours, au fait, je pensais faire une soirée demain ou après-demain pour fêter la rentrée … Tu en es ? » Livio acquiesça d'un hochement de la tête de façon enthousiaste, en répondant : « Et comment ? !!? ! Bon, il faudra que j'attende que l'orage passe, ou que je demande à Maman, mais j'en suis ! » Un sourire, un serveur s'approcha d'eux pour prendre leur commande. Livio prit une américaine (il adorait tellement les cookies et les brownies brisées sur la glace à la vanille et son coulis de chocolat), tandis qu'elle passait également sa commande. Une fois la commande de prise, le serveur s'en alla, et Lara reprit, de but en blanc : « Au fait dis-moi .. tu as parlé à Jimy récemment ? »

Heureusement qu'il n'avait rien sous la dent, car il se serait sûrement étouffé. Livio ne parlait plus à Jimy depuis qu'il sortait avec Lara, et si il n'avait pas fait de même avec Lara, c'était parce qu'il l'adorait plus que tout. Il avait tout fait pour éviter d'en parler avec elle, mais il savait que le moment finirait toujours par se pointer un jour où l'autre. Du point de vue de l'italien, c'était un peu trop tôt pour en parler sans réel animosité. Se raidissant quelque peu sur sa banquette, Livio machonna quelques instants sa langue avant de lui répondre, gardant au mieux la colère qu'il avait à l'égard de cette relation, et du mal être dans lequel se trouvait Keith à cause de cette relation sans queue-ni-tête. « Non, et c'est pas prêt d'arriver. Il savait à quoi s'en tenir en sortant avec toi, et je lui ai dit cash de pas s'approcher de moi ou de Keith, sinon, je le tue. » Il avait un regard assassin. Un de ses regards que l'on peut facilement retrouver dans un film de mafieux. « On ne fait pas ça à son soit disant meilleur ami. » Livio croisa ses bras sur le coin de la table, montrant clairement son désaccord sur cette relation qui n'avait pas lieu d'être. Et si il y avait bien quelque chose qui énervait Livio, c'était le non respect de ses principes. Si ton ami a des vues sur une fille, tu évites de la lui piquer, même si il ne sortira jamais avec.






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

♣ Messages : 148
♣ Date d'inscription : 13/10/2011
♣ Crédits : Poon
♣ Activité : Lycéenne
♣ Bonus : Au milieu du bassin olympique

Book of Shadows
♣ relations:
♣ Complément:


MessageSujet: Re: to move on is to grow.   Mar 1 Nov 2011 - 21:48

Et comment ? !!? ! Bon, il faudra que j'attende que l'orage passe, ou que je demande à Maman, mais j'en suis ! Oh oui ! Demande à ta Maman, elle dira oui. Elle est tellement cool ta mère ... soupira Lara. Livio savait qu'elle la lui enviait, ne supportant pas la sienne. En même temps, comment supporter cet épouvantail manucuré passant son temps à jacasser toute la journée sur des sujets inintéressants ? Alors oui, la mère de Livio, elle la vénérait, elle l'adulait. Mais laissons-là la mère des mères, selon elle. De toute façon, tu es genre obligé de venir. Pas de soirée chez moi sans toi, c'est la règle. Je me ferais trop chier, blagua-t-elle en lui donnant un léger coup de coude. Ce qui était loin d'être faux au final, même si elle n'avait pas prévu de passer la soirée avec ses amis, en tous cas pas l'intégralité. Mais vu comment cela risquait de tourner une fois encore, il était quasiment certain qu'elle aurait grand besoin de Livio pour lui redonner le sourire. Elle demanda un after eight au serveur, comme à peu près à chaque fois (deux boules menthe, une chocolat, un trait d'alcool de type get 27 et un coulis de chocolat chaud, le tout sans oublier la chantilly et les noix de pécan sur le dessus, note spéciale à son attention). Ses filles la tueraient sans doute si elles la voyaient faire ça, mais vu la séance abdos/pompes/tractions qu'elle s'était prévue en rentrant, elle pouvait bien se permettre ce petit extra. Surtout qu'on allait parler de choses qui fâchaient, donc ...

Cependant, elle s'attendait à être cela que cette conversation fâche, et non Livio. Et pourtant, les signes furent visibles rapidement, elle le connaissait assez pour savoir quand quelque chose n'allait pas. Non, et c'est pas prêt d'arriver. Il savait à quoi s'en tenir en sortant avec toi, et je lui ai dit cash de pas s'approcher de moi ou de Keith, sinon, je le tue. Le sourcil de Lara ne se leva pas, ce qu'il aurait pourtant fait en temps normal car trop de choses se pressaient dans son esprit. Déjà, elle essayait de visualiser la dernière fois qu'elle avait vu Livio et Jimy ensemble, et il était vrai que cela commençait à dater. D'avant le début de leur relation, donc. C'était vrai. Elle ne s'était jamais vraiment posé la question parce que la plupart du temps, quand elle croisait Livio, c'était seule ou alors en groupe avec Jimy, et qu'elle ne faisait pas vraiment attention, mais ils n'avaient jamais parlé de Jimy, c'était vrai, alors que Livio avait eu l'habitude de la taquiner un peu sur ses anciens copain. Et … autre information. Keith. Et si elle n'avait pas encore fait le rapprochement … On ne fait pas ça à son soit disant meilleur ami. Et voilà. Lara n'était pas une de ces filles qui auraient enroulé une mèche de cheveux autour de leur doigt en demandant stupidement « ça quoiiiii? » en battant des cils. Non. Elle avait remarqué qu'il y avait un souci avec Keith depuis qu'elle sortait avec Jimy, même si paradoxalement c'était ce qui les avait rapprochés. Et quand elle avait essayé d'en parlé à Keith, il n'avait pas répondu, en tous cas, pas directement. Loin d'être idiote, elle avait senti les regards, entendu les silences … Elle les avais ressentis, même. C'était donc ça ... Se mordant l'intérieur de la joue, elle se sentait vraiment comme une abrutie, à ne rien pouvoir dire ou faire, jusqu'à ce que le serveur ne revienne à point nommé avec leurs glaces. Elle attrapa la cuillère, et se rendit compte qu'elle n'avait pas vraiment envie de la plonger dans la chantilly dont émergeaient pourtant de délicieux bouts de pécan. Pensivement, elle se caressa l'arrête du nez avec la cuillère. Ça changeait … non, ce n'était pas que ça changeait, c'était que ça compliquait encore plus les choses. Elle finit par soupirer: Pourquoi Keith n'est jamais venu me voir ? M'en .. parler ? Ou la draguer, ou juste la regarder comme il la regardait maintenant, effleurer ses doigts comme il le faisait maintenant, la frôler comme il la frôlait maintenant … Lara secoua doucement la tête pour chasser ces images et tenter de garder la tête froide: Je suis sa voisine, et une amie, je l'aurais pas bouffé. Et puis … Elle se mordit la lèvre. Non, elle n'allait quand même pas accuser Livio de ne pas avoir joué les entremetteurs. Se taire, c'était bien, aussi. Et une cuillère pleine de chantilly allait l'aider sur le champ.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

♣ Messages : 281
♣ Date d'inscription : 13/10/2011
♣ Crédits : zero.


MessageSujet: Re: to move on is to grow.   Mer 2 Nov 2011 - 8:23

« C'était donc ça ... » Elle venait visiblement de comprendre la raison pour laquelle Keith se comportait si étrangement avec elle, comme si il fuyait son contact. Livio le savait depuis des années, mais par respect pour son meilleur ami, il n'avait jamais rien dit. Sa mère le lui avait toujours conseillé depuis le début de son adolescence : Ne te mêle jamais des affaires de couples des autres, même de tes amis ! Ce n'était visiblement pas pour rien. Et si il aimait bien, habituellement, franchir les interdits que ses parents lui imposaient, il y avait des choses comme sur l'amour, l'amitié, ou la haine qu'il suivait à la lettre, car il savait que leur expérience dans le domaine n'était plus à faire. C'était à cela que server les parents, Livio l'avait bien compris. Bon nombres de fois, il s'était dit qu'il irait parler à Lara, car voir dans l'état dans lequel était Keith le rendait malade. Mais à chaque fois, la voix de sa raison lui répétait les mêmes paroles que sa mère lui avait dit il y a quelques années, le faisant battre en retraite, jouant l'autruche, en tentant de changer les idées de son meilleur ami d'une autre façon qui soit. Puis... Lara, quoi. Il ne voulait pas non plus la blesser. Peut-être qu'elle était bien avec ce traître et voleur de Jimy. Il soupira, lâchant un peu la pression, voyant très bien que Lara semblait également souffrir de cette annonce qui venait de lui faire, quoiqu'un peu brusquement. Visiblement, elle n'était pas au courant des sentiments de Keith à son égard.

Elle soupira, comme las de cette situation, avant de reprendre : « Pourquoi Keith n'est jamais venu me voir ? M'en .. parler ? » Livio haussa les épaules, trouvant que la réponse qu'il donnerait à Lara était tellement évidente qu'il préféra ne même pas répondre. Keith n'était pas du genre à étaler ses sentiments de la sorte. Keith, c'était le garçon un peu tête en l'air, toujours prêt à faire des conneries, ou à éviter que les autres ne l'attrapent pour lui faire passer un sale quart d'heure. Malgré ça, Keith était un jeune homme toujours enjoué, de sortes à ce que l'on pense qu'il était toujours content de vivre, toujours heureux peu importe ce qui se passait sous ses yeux, et les dégâts que cela pouvait lui causer psychologiquement. C'était pour ça que Livio était son meilleur ami, car il pouvait lui en parler, mais surtout parce que le guido pouvait le protéger envers et contre tout. C'était à ça que servait les amis, s'était il toujours dit. Et c'était d'ailleurs pour cela qu'il en voulait tellement à Jimy, au point de ne plus jamais lui parler, au point même de le menacer de mort si jamais il revenait vers Keith, ou lui même. Bien sûr, il ne lui ferait rien, mais l'intention y était. Une menace montrant très bien que Jimy avait tout brisé, et qu'il aurait extrêmement du mal à récupérer la confiance des ses deux amis, quand bien même Livio serait un peu plus dur sur ça. Une fois qu'on lui volait sa confiance, c'était fini. Un trait de caractère qui lui venait de son père, mais temporiser par sa mère. Car sinon, c'était Oeil pour Oeil, et Dent pour Dent.

« Je suis sa voisine, et une amie, je l'aurais pas bouffé. Et puis … » Et puis, quoi ? Livio la vit de mordre la lèvre, tandis qu'on venait de poser deux coupes bien pleines de glaces devant eux. Livio leva la tête vers le vendeur, le remerciant avec un sourire, tandis qu'il prenait sa cuillère, tout comme elle, qui la plongeait déjà dans sa chantilly. Livio voyait très bien l'effet que sa révélation venait de lui faire. Mais cette dernière semblait s'en vouloir, comme si elle aurait du s'en rendre compte par elle-même. Bon, Keith aurait peut être du prendre les devant, ça, ça ne fait aucun doute, mais c'était Keith, quoi. Lara semblait éprouver quelque chose, visiblement. Livio ne savait pas réellement quoi, puisqu'il semblait toujours frapper d'une certaine cécité dès que des sentiments pointaient devant ses yeux. Mais là, ce n'était pas possible. Même si il ne savait pas réellement ce qui se passait chez Lara, il savait qu'il y avait quelque chose de pas très nette. Livio soupira à son tour, faisant glisser un morceau de brownie vers la glace à la vanille fondue, avant de planter sa cuillère dedans. « Et puis, quoi ? Tu sais très bien comment il est, Keith. Tout ce que je peux te dire, c'est qu'il a beaucoup souffert. Et le pire dans tout ça, c'est que Jimy le savait ! » Il mit rageusement sa cuillère dans sa bouche, avant de rajouter : « Je pense que c'est justement parce que tu étais son amie que tu n'as rien vu venir. Bon, je suis un cas à part, mais moi aussi j'ai du mal à voir ce genre de choses. Il a fallut que Keith me le dise pour que je me rende compte qu'il avait des sentiments pour toi. » Son pouls se calma doucement au fur et à mesure qu'il plantait sa cuillère dans sa glace, son regard posé sur le visage de sa meilleure amie.






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

♣ Messages : 148
♣ Date d'inscription : 13/10/2011
♣ Crédits : Poon
♣ Activité : Lycéenne
♣ Bonus : Au milieu du bassin olympique

Book of Shadows
♣ relations:
♣ Complément:


MessageSujet: Re: to move on is to grow.   Sam 5 Nov 2011 - 19:33

Et puis, quoi ? Tu sais très bien comment il est, Keith. Oh oui, elle savait comment il était, Keith. Il était une de ces personnes qu'on connaissait par coeur, par habitude, par proximité, et pourtant qui parvenait toujours à surprendre. Adorable, drôle, toujours le mot pour rire mais surtout pour faire rire, mais ce que les autres ne voyaient pas, elle l'apercevait, parfois, de leurs fenêtres voisines. C'était quelqu'un de sensible, le bon copain toujours là pour prêter son épaule, mais ne demandant jamais la même chose en retour, alors qu'il aurait eu tous les droits de le faire. Alors oui. Keith n'avait jamais sans doute voulu lui faire partager ce qu'il ressentait, par peur d'être blessé, par peur de déranger même, pourquoi pas. Et ça la tuait. Ça et que … Tout ce que je peux te dire, c'est qu'il a beaucoup souffert. Je me doute, souffla-t-elle, desserrant les dents pour attraper de la glace à la menthe et la fourrer dans sa bouche. Froid sur le palais. Merde. Oui, évidemment, qu'avait-il du ressentir en la voyant dans les bras d'un de ses meilleurs amis ? Et toutes les fois où elle l'avait taquiné, le bal, où elle avait insisté pour qu'il reste avec eux, où elle avait dansé avec lui … Une nouvelle cuillère, le froid intense paralysait momentanément son cerveau. Elle s'en voulait, énormément. Elle aurait du le voir plus tôt. Pas que maintenant. Elle avait senti que quelque chose se passait, mais à ce point, elle ne se l'imaginait même pas. C'était … affreux. Et le pire dans tout ça, c'est que Jimy le savait ! Bien sûr ... Assommée, elle n'avait pas eu la réaction violente qu'elle aurait sans doute eue dans d'autres circonstances. Jimy était sorti avec elle en sachant très bien ce que Keith ressentait. Merde quoi. C'était n'importe quoi, pourquoi avait-il fait ça ? Il adorait Keith, elle le savait, ça se voyait. Il était sans doute l'une des rares personnes qui comptaient réellement pour lui, même s'il ne l'avait jamais formulé à haute voix. Elle n'y comprenait rien, et était totalement perdue.

Je pense que c'est justement parce que tu étais son amie que tu n'as rien vu venir. Bon, je suis un cas à part, mais moi aussi j'ai du mal à voir ce genre de choses. Il a fallut que Keith me le dise pour que je me rende compte qu'il avait des sentiments pour toi. Et bim. C'était dit, avec des mots, mots qui n'avaient jamais été prononcés par qui que ce soit. Au moins, c'était clair et net, elle ne pouvait plus faire l'autruche, celle qui n'était pas sûre ou ne savait pas. Génial. Keith avait des sentiments pour elle, depuis longtemps, apparemment. Jimy e savait et était sorti avec elle quand même. Elle aimait Jimy. Elle ressentait un truc bizarre à chaque fois que son regard croisait celui de Keith. Que quelqu'un lui donne un décodeur, lui apporter une solution toute faite sur un plateau, qu'on arrête de la torturer mentalement, c'était insupportable. Croisant les jambes, elle joua avec sa cuillère, croisa le regard de Livio, détourna les yeux, chercha quelque chose auquel se raccrocher trouva sa glace, en prit un trop gros morceau, dut lâcher sa cuillère pour se mettre la main devant la bouche pour ne pas recracher, et finalement retomba dans les yeux de son meilleur ami. Elle tenta une grimace cocasse, puis soupira, laissant tomber son manège. Croisant les bras, elle se laissa aller contre la banquette et haussa une épaule, affichant un air profondément blasé. Ok. Chouette. Youpi. Et je suis censée faire quoi moi ? Elle détestait l'idée que Keith souffre, elle ne comprenait pas Jimy, enfin bref cette histoire, son histoire la dépassait et elle avait horreur de ça. Et elle cherchait la réponse dans les yeux de son meilleur ami, espérant qu'il aurait la réponse. Il l'avait forcément, non ? Les meilleurs amis formidables comme lui avaient toujours des éclairs de génie. Toujours … quasiment. Peut-être. Peut-être pas. Il l'avait dit lui-même, il n'était pas vraiment doué pour ce genre de chose ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

♣ Messages : 281
♣ Date d'inscription : 13/10/2011
♣ Crédits : zero.


MessageSujet: Re: to move on is to grow.   Lun 7 Nov 2011 - 15:35

Les révélations de Livio étaient assommantes. Lara semblait avoir du mal à digérer toutes les informations capitales sur la nature de sa relation avec Keith, qui, malgré qu'il soit assez extraverti, était en faites, tout le contraire. C'était quelque chose qui avait toujours fasciné Livio. En effet, pouvoir être si sociable, si enthousiaste, si jovial, mais être en même temps quelqu'un de si réservé, cela avait de quoi faire réfléchir. Keith était l'exemple même qui contre-carrer les dires de la gente féminine à l'égard de celle des hommes : Il existe bel et bien des hommes avec une capacité émotionnelle supérieure à celle d'un cuillère à café. Pour le cas de Keith, c'était carrément un océan. A contrario, Livio... Livio était plus dans le cliché que la femme tentait désespérément de donner à l'homme, à mon plus grand désespoir. Mangeant sa glace, préférant la laisser digérer les informations une à une au fur et à mesure qu'elle ingérait sa glace à la menthe, Livio gardait un silence compatissant malgré la rancœur que l'on avait pu percevoir dans le son de sa voix. Lara pouvait savoir que cette rancœur ne lui était pas destinée. En effet, cette dernière n'était là qu'à l'égard de Jimy.

Finalement, elle soupira, las de cette situation, avant de croiser ses bras, puis de baragouiner : « Ok. Chouette. Youpi. Et je suis censée faire quoi moi ? » Livio la regarda quelques instants, la cuillère en l'air, avant de la reposer dans son assiette, joignant ses mains sous la table. Livio comprenait ce sarcasme qu'elle lui crachait à la gueule. Elle exprimait clairement sa frustration, comme si cette dernière ressentait également quelque chose pour Keith, mais qui l'avait fallu la mettre au pieds du mur pour qu'elle comprenne réellement la nature de sa relation à l'égard de leur meilleur ami : Keith. Livio ne savait franchement pas quoi dire. Keith aurait été meilleur sur ce plan là, mais là, Keith n'était pas là, et ne pouvait pas être là. Sinon, une telle conversation n'aurait vraisemblablement pas eut lieu. Livio soupira à son tour. « Tsé quoi ? J'en sais rien non plus. » Il eut un sourire désolé. « En faites, si. Mais je serais pas subjectif, si tu vois ce que je veux dire. Largue Jimy, fais lui la pire des crasses et va rejoindre Keith en courant, le vent dans les cheveux ! » Une blague qui n'était peut-être pas la mieux venue, mais Livio n'était vraiment pas bon pour réconforter les gens. Il n'avait pas la finesse de sa mère. Côté émotionnel, il ressemblait trait pour trait à son père. Il enfourna une cuillère de glace avant de dire : « Je pense que tu vas avoir besoin d'y réfléchir... Puis, pourquoi pas en discuter avec Jimy, ou même Keith ? Vu qu'ils sont les deux intéressés, je pense que ça serait mieux, non ? » Il sort machinalement son téléphone, rajoutant : « Tu veux que je demande à Keith de se ramener ? »






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

♣ Messages : 148
♣ Date d'inscription : 13/10/2011
♣ Crédits : Poon
♣ Activité : Lycéenne
♣ Bonus : Au milieu du bassin olympique

Book of Shadows
♣ relations:
♣ Complément:


MessageSujet: Re: to move on is to grow.   Mer 9 Nov 2011 - 18:55

Tsé quoi ? J'en sais rien non plus. Eh bien parfois vos amis n'avaient pas la réponse à tout, il fallait croire. Et le voir aussi désemparé qu'elle ne l'arrangeait pas des masses. Elle faillit dire qu'ils étaient dans de beaux draps quand il continua. En fait, si. Mais je serais pas subjectif, si tu vois ce que je veux dire. Largue Jimy, fais lui la pire des crasses et va rejoindre Keith en courant, le vent dans les cheveux ! Elle eut un léger rire et se plongea dans la contemplation de ses mains en murmurant: C'est déjà fait quelque part ... Il suffirait qu'il découvre qu'elle couchait avec Savage, lasse de ses refus qui n'avaient ni queue ni tête, et il y aurait fort à parier que ce serait rapidement fini. Oui mais voilà, elle ne voulait absolument pas le faire souffrir comme ça. Il avait beau ne pas être clair sur ce point là, et sur d'autres d'ailleurs, il ne le méritait pas. Du point de vue de Livio sans doute, étant donné ce que Keith devait endurer … et à bien y réfléchir, si elle n'avait pas été impliquée dans l'affaire mais spectatrice extérieure, elle aurait opté pour le lynchage en règle. Oui mais voilà, le souci était qu'elle était mordue, comme vraiment, et que tout ne pouvait pas se régler en un claquement de doigts. Mais d'un autre côté il y avait Keith, Keith et les non-dits, et les regards qui en disaient trop et pas assez, Keith quoi. Elle avait tant frissonné quand cette fois-là leurs souffles s'étaient effleurés sans que leurs lèvres ne se touchent … C'était une torture mon Dieu. Elle détestait être une fille. Elle avait tout fait pour ne pas être une minette se pâmant pour un garçon, ou pour deux, ou juste pensant à ce genre de choses et … et voilà où elle se retrouvait ! Dans une galère innommable, avec son coeur, sa tête et son corps hurlant à qui mieux mieux, et Livio … peut-être aurait-elle dû l'écouter. Peut-être le ferait-elle, sur un coup de tête. Pour faire réagir Jimy. Pour le blesser comme il la blessait à chaque dérobade. Mais … Oh Gosh. Je pense que tu vas avoir besoin d'y réfléchir... Ah, ben ça, soupira-t-elle en attrapant de nouveau sa cuillère. Elle la plongea profondément dans la glace à la menthe, avant de la fourrer dans sa bouche. Réfléchir. Comme si elle ne le faisait pas suffisamment. Elle ne comptait plus les fois où elle se réveillait en nage après un rêve particulièrement … particulier où Jimy et Keith se mélangeaient …

Puis, pourquoi pas en discuter avec Jimy, ou même Keith ? Salut les gars, apparemment vous avez tous les deux des vues sur moi, et un bien avant l'autre et l'autre l'a trahi. On fait ménage à trois ? Vu qu'ils sont les deux intéressés, je pense que ça serait mieux, non ? Elle secoua la tête, laissant échapper un rire légèrement tendu, même si elle s'essayait à l'humour elle aussi. Non mais tu as raison. Il y a d'autres choses dont je dois parler avec Jimy, on a qu'à dire que ça fera un package … Et il se dérobera, comme d'habitude. se rendit-elle compte en soupirant. Elle prit une nouvelle cuillère de glace, se demandant comment elle allait l'amener sur ce terrain quand soudain, Livio la fit sursauter: Tu veux que je demande à Keith de se ramener ? Que … quoi ? NON ! Elle avait fait volé de la glace contre la vitre et avait éveillé l'attention de leurs voisins. Léger sourire : Il voulait me voler la fin de ma glace … scandale quoi ! avec un air parfaitement sérieux, et ça passa comme une lettre à la poste. Elle attrapa la main de son ami pour essayer de lui prendre son portable: Mais ça va pas ? Tu veux quoi, qu'il débarque, qu'il apprenne que tu m'as tout dit, et que que … que quoi, d'ailleurs ? Tu veux que je dise quoi ? Que je lui parle ok, mais « ah, ouais, tu as des sentiments pour moi … tu pouvais pas le dire avant ? ». Enfin … Elle poussa un soupir à décorner tous les caribous du Québec, attaqua de nouveau sa glace. Viens, on se met ensemble, ce serait quand même vachement moins compliqué, plaisanta-t-elle. D'ailleurs, elle le pointa de sa cuillère: D'ailleurs, on parle de moi, mais … et toi ? Lara, ou comment détourner l'attention ? Quelle idée !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

♣ Messages : 281
♣ Date d'inscription : 13/10/2011
♣ Crédits : zero.


MessageSujet: Re: to move on is to grow.   Dim 13 Nov 2011 - 18:02

Si la situation n'avait pas été aussi importante aux yeux de Lara, et par extension, de Livio, ce dernier aurait été plié en écoutant les sarcasmes qu'elle disait en commentant tout haut les diverses propositions tout aussi débile que Livio lui proposait en guise d'issu. Si sa mère avait été là, elle aurait sûrement été consternée, blasée, et aurait, d'ailleurs, jurée que ce type-là n'était pas son fils. Encore un exemple flagrant quand sa mère hurlait à tue-tête que c'était bel et bien le fils de Danilo quand Livio faisait une connerie sans réellement le faire exprès. Livio ne savait pas trop comment réagir, et pour éviter toutes autres bourdes, il plantait sa cuillère dans sa glace, continuant à manger sa glace, dans un mal aise on ne peut plus profond. La situation dans laquelle se trouvait Keith lui détruisait le coeur, et voir son meilleur ami dans un tel état faisait qu'il était encore assis sur sa banquette de cuir rouge. Dans une autre situation, il aurait aussitôt décampé, préférant éviter toute discussion aussi importante, en trouvant une excuse à la con dont on savait pertinemment que c'était un mensonge, mais qu'on avait aucun moyen de réellement le prouver. Oui, Livio était ce genre de garçon. Pour tout vous dire, il n'avait pas vécu grand chose dans sa vie pour recevoir les claques nécessaires afin de l'aider à mûrir. Lui, ses quelques copines, ça se finissait soit, parce qu'il avait été vu avec une autre, soit parce qu'elle le gonflait à vouloir toujours se tenir la main, bref, trop collante. Cela ne l'avait pas empêché de tirer son coup, et de perdre sa virginité sur une des filles des plus dévergondées du lycée, mais bon, les émotions, etc. C'était vraiment pas sa tasse de thé. Ce qui lui valait souvent l'étiquette du conard de service. Qu'est ce qu'il s'en tapait. Mais là... C'était quand même ses deux meilleurs amis, et en plus, d'enfances. Pour une fois, il ne pouvait pas éviter la situation, et il se devait de la prendre en main, comme il venait de le faire en débalant son sac sur les émotions de Keith, à l'encontre de Lara.

Il n'avait pas relevé le « C'est déjà fait quelque part ... » car il n'y avait pas fait attention. Ce qui était une chance pour Lara, car sinon, il l'aurait sûrement questionné là-dessus. Bon, elle aurait très certainement pu lui mentir avec un peu d'aplomb, et cet idiot n'y aurait vu que du feu. Néanmoins, sa proposition de faire venir Keith, ici, au Marina's Boathouse, semblait être la pire proposition qu'il avait fait, même celle de proposer un plan à trois pour voir ce que ça faisait à Lydie, sa copine de cet été. Autant vous dire que la claque qu'il se prit fut magistral. Danilo s'était felé une côte en rigolant le soir où sa mère lui avait demandé ce qui s'était passé avec Lydie. « Mais ça va pas ? Tu veux quoi, qu'il débarque, qu'il apprenne que tu m'as tout dit, et que que … que quoi, d'ailleurs ? Tu veux que je dise quoi ? Que je lui parle ok, mais « ah, ouais, tu as des sentiments pour moi … tu pouvais pas le dire avant ? ». Enfin … » « Ok, ok, c'était une mauvaise idée... » Fit-il, un sourire désolé sur ses lèvres, qui manquait cruellement de punch. Il rangea rapidement son téléphone de peur de la voir sauter dessus et de l'envoyer à travers la brasserie de peur qu'il ne le fasse quand même. Son cadeau d'anniversaire, merde, quoi ! « Viens, on se met ensemble, ce serait quand même vachement moins compliqué. » « Toi et m-... Ah, non, désolé, j'avais pas saisi que c'était un sarcasme, enfin pas tout... Bon, ok, je me tais. » Il enfourna une nouvelle cuillère de glace en levant les yeux. « D'ailleurs, on parle de moi, mais … et toi ? » « Oh, bah, je me suis pris une gifle par Lydie, quand je lui ai proposé un plan à trois pour voir si c'était cool. Ça lui a pas plu, visiblement, du coup j'ai pas cherché à la rappeler. Je vois pas où était le soucis, pourtant. » Ajouta-t-il en haussant les épaules, l'air franchement pas plus impliqué que ça dans sa propre relation d'amour. Ah, Livio. « Mais bon... ça règle quand même pas ton soucis. » Fit-il, en soupirant, impuissant, l'air déjà bien plus impliqué que dans son ancienne relation. Livio la regarda longuement, comme pour lui témoigner son soutient. Il ne savait pas comment formuler ça, mais il voulait qu'elle sache qu'elle pouvait toujours continuer de compter sur lui, et qu'il ne lui ferait pas défaut. Enfin... Pas comme Jimy avec Keith, quoi.






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

♣ Messages : 148
♣ Date d'inscription : 13/10/2011
♣ Crédits : Poon
♣ Activité : Lycéenne
♣ Bonus : Au milieu du bassin olympique

Book of Shadows
♣ relations:
♣ Complément:


MessageSujet: Re: to move on is to grow.   Dim 20 Nov 2011 - 16:30

Ok, ok, c'était une mauvaise idée... Oh que oui, c'était une mauvaise idée, mais elle ne lui en voulait pas, comme elle le lui fit comprendre avec un haussement d'épaule alors qu'elle replongeait sa cuillère dans sa glace. Il faisait ce qu'il pouvait, et en matière de sentiments, il était vrai que Livio avait toujours été plutôt brut de décoffrage, ce n'était pas vraiment son truc. Ç'aurait été mentir que de dire qu'elle était une experte en la matière, mais elle était loin de Livio, loin devant lui en matière de « je gère ma vie sentimentale », même si elle n'était pas du genre à écrire son nom et celui d'un garçon dans un coeur. Il y avait des limites à tout, et surtout à la niaiserie. Elle fut un peu plus détendue quand il rangea son téléphone, craignant tout de même jusqu'au dernier moment qu'il passe un coup de fil qui ramène ses fesses au plus vite. Comme si ça aurait été une bonne idée. Comme si elle aurait su quoi dire, ou comment se comporter. D'ailleurs, elle nota avec horreur que du coup, elle n'avait pas la moindre traître idée de comment elle allait réagir la prochaine fois qu'elle se trouverait en sa présence. Devrait-elle dire quelque chose, faire quelque chose, l'ignorer pour ne rien laisser espérer, ou lui dire qu'elle savait … ? Et qu'elle ne savait pas quoi faire ? Folle, elle allait devenir folle, c'était le moment de changer de sujet, de dire n'importe quoi, de faire n'importe quoi, même des propositions indécentes complètement bidons à son meilleur ami, qui ne comprit pas, d'ailleurs, ce qui la fit s'étouffer de rire dans sa cuillère de glace.

Bon, ok, passer complètement à autre chose, tiens, par exemple, sa copine actuelle, enfin, du moins la dernière en date qu'elle lui connaissait. Oh, bah, je me suis pris une gifle par Lydie, quand je lui ai proposé un plan à trois pour voir si c'était cool. Ça lui a pas plu, visiblement, du coup j'ai pas cherché à la rappeler. Je vois pas où était le souci, pourtant. Elle éclata d'un grand rire: That's my boy !Moi non plus je ne vois pas DU TOUT où est le souci, ricana-t-elle en faisant un sort à sa chantilly. Bon débarras, je l'aimais pas. Elle arrêtait pas de me demander si j'étais sûre qu'on n'avait jamais couché ensemble. Ah ça … Les petites amies de Livio la voyaient quasiment toutes comme une menace, alors que si elles avaient juste écouté la conversation précédente, elles auraient compris que jamais au grand jamais il ne se passerait quelque chose entre ces deux-là. Ridicule. Mais bon … Et sinon, qui était la troisième personne invitée ? Par simple curiosité, il pouvait s'agir de la future copine de Livio, autant se tenir informée .Mais bon... ça règle quand même pas ton souci.

Un soupir lui échappa alors que Livio la regardait. Et qu'elle le regardait. Effectivement, ça ne réglait absolument pas son problème. Elle ne savait pas quoi faire, de toutes les manières, avec Jimy, elle ne savait plus à quoi s'en tenir, avec ses excuses bidons, ses parades, ses endormissements précoces … C'était du grand n'importe quoi, sa relation, en ce moment, même si elle en était en grande partie responsable. Rongeant son frein, elle croisa les bras, se demandant ce qu'elle pouvait bien dire à Livio. Tu vois, c'était déjà compliqué. Entre Jimy et moi; y a un truc que … enfin bref, et j'ai bien senti qu'avec Keith, c'était … et … Elle jouait avec sa cuillère. Et ce que je raconte doit être supeeer clair. Bon. Elle soupira. Autant jouer cartes sur table. Et puis c'était Livio, elle pouvait tout lui dire. Livio, est-ce que tu me trouves attirante ? Genre … sexuellement ? Oulah, c'était un peu bizarre, dit comme ça ! EUH ! Je voulais dire c'est … Imaginons qu'on sorte ensemble. J'ai dit on imagine, hein ! Que je veuille coucher avec toi. Tu refuserais ? Elle croisa les bras, un peu dans une attitude défensive.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

♣ Messages : 281
♣ Date d'inscription : 13/10/2011
♣ Crédits : zero.


MessageSujet: Re: to move on is to grow.   Lun 21 Nov 2011 - 15:27

« Tu vois, c'était déjà compliqué. Entre Jimy et moi; y a un truc que … enfin bref, et j'ai bien senti qu'avec Keith, c'était … et … » Livio la regardait avec de gros yeux, en se demandant clairement ce qu'elle allait bien pouvoir lui sortir. Elle jouait avec sa cuillère. Livio devina après quelques secondes qui lui parrurent des heures que peut-être, cela trahissait un mal aise. Il ne voyait pas quoi. Enfin, il finit par se douter que cela avait avoir ce qu'elle essayait de lui dire. Il finit par planter sa cuillère une nouvelle fois dans la glace, tandis qu'elle rajoutait : « Et ce que je raconte doit être supeeer clair. Bon. » Alors là, Livio hocha la tête vigoureusement. Il ne comprenait pas ce qu'elle avait là, tout d'un coup. Amenant sa cuillère à sa bouche, il continua de la laisser parler. Peut-être qu'il finirait par comprendre. « Livio, est-ce que tu me trouves attirante ? Genre … sexuellement ? » Pour toute réponse, Livio cracha sa glace devant lui, s'étouffant comme pas deux. Il piqua un phare, devenant aussi rouge qu'une pivoine, tandis qu'il se mettait à balbuter des choses complètement sans queue-ni-tête, sans que l'on ne puisse le comprendre. « EUH ! Je voulais dire c'est … Imaginons qu'on sorte ensemble. J'ai dit on imagine, hein ! Que je veuille coucher avec toi. Tu refuserais ? »

Livio posa sa cuillère, prenant sa serviette pour nettoyer la glace qu'il avait craché. Comment lui répondre qu'en faites, il avait toujours vu Lara comme une amie, et que pour lui, lorsque l'on devenait son ami, c'était comme si on était assexué ? Livio n'avait jamais vu Lara comme une fille. Ca, il pensait qu'elle l'avait compris, mais la question qu'elle lui posa, même si elle était énormément bizarre, du moins, de son point de vue, vu qu'il n'avait jamais eut aucune envie particulière, ni même eut l'idée, ou un fantasme. Il regarda par de la la fenêtre, observant au loin les mouvements des vagues à la surface de l'océan atlantique. Livio finit par regarder de nouveau Lara, mais cette fois, autrement. Comme si c'était une fille. Enfin, une vrai fille, pas comme son amie Lara. Son regard finit rapidement par bifurquer sur son décolté, puis il la détailla du regard avant de se rappeler d'elle à la piscine. Un petit sourire amusé vint sur ses lèvres. Un sourire quelque peu charmeur. Quand il releva la tête, il ne put s'empêcher de se gratter l'arrière du crâne, mal à l'aise, avant de dire : « Pour sûr, oui. Enfin, non, non, non ! Je ne refuserais pas. » Il attrapa sa cuillère, avant de rajouter : « Ca, c'est certain. » Puis il plongea sa tête dans son bol de glace, tentant vainement de noyer ses pensées infectes à l'égard de Lara. Infecte, car c'était son amie. Livio rejouta, marmonant dans sa barbe : « Tu as d'autres questions horribles ? » Il souriait, mais il souriait jaune.






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

♣ Messages : 148
♣ Date d'inscription : 13/10/2011
♣ Crédits : Poon
♣ Activité : Lycéenne
♣ Bonus : Au milieu du bassin olympique

Book of Shadows
♣ relations:
♣ Complément:


MessageSujet: Re: to move on is to grow.   Lun 21 Nov 2011 - 18:25

    Manquant de se prendre la glace de son ami dans la figure, Lara fit un écart, et aurait pu mourir de rire en voyant Livio rouge comme une tomate en train de bafouiller des choses sans queue ni tête. Aurait pu, parce que sa question, au final, semblant totalement stupide et peut-être déplacée, comptait vraiment à ses yeux. Comment demander un avis à un mec sans se griller ou sans le comprendre dans les yeux d'un homme pervers quant il vous possédait ? Ben comme ça. Et franchement, elle aurait sans doute aimé qu'il la prenne au sérieux. Levant les yeux au ciel, elle le regarda regarder à côté, puis finalement revenir à elle. Elle décroisa les bras dans un geste voulant dire « alors? », s'offrant à son regard sans en éprouver la moindre gêne. C'était son meilleur ami! Genre ça ne la dérangerait même pas qu'il la voit à poil. Enfin, s'il le fallait, hein, elle n'allait pas se balader nue devant Livio pour le fun. Mais disons que si elle se gammellait dans sa douche et se fracasse la tête contre le bord, ben y aurait pas de gêne sur le fait qu'il la récupère. Des trucs comme ça … Oh et puis crotte ! Se mordant l'intérieur de la joue, elle attendit le verdict qui tardait à être rendu. Quand elle vit finalement le sourire de son ami, elle eut sa réponse avant même qu'il ne la formule: Pour sûr, oui. Enfin, non, non, non ! Je ne refuserais pas. Ca, c'est certain.  Et ce fut un soupir de soulagement qui s'échappa des lèvres de son amie, qui put se réattaquer à sa glace en bougonnant: Bon, on est d'accord, y a rien qui cloche chez moi, je suis capable d'exciter un mec. Crue ? Oui, franchement, elle s'en foutait. C'était Livio, pas de tabou entre eux, non ? Apparemment si.

    Tu as d'autres questions horribles ? Elle releva les yeux vers lui, étonnée, se rendant compte au final qu'elle l'avait vraiment mis mal à l'aise. Un sourcil partit à l'assaut de son front alors qu'elle pointait sa cuillère sur lui: Pesaro, t'es pas sérieux j'espère ? Attends, j'ai aucun mal à dire que t'es canon, du genre vraiment hot. Et je le pense. Enfin, on est amis, non, on peut se dire des trucs du genre, pas vrai ? Elle était brute de décoffrage, il n'y avait pas à dire. Elle ne voyait absolument pas où résidait le problème, le temps que, et de toute façon c'était le cas, ils le disaient sans arrèire pensée car rien ne se passerait jamais entre eux. Bref, elle chassa le problème d'un coup de cuillère, comme si c'était vraiment le cadet de ses soucis. Elle réattaqua sa glace, ruminant doucement que si même Livio le disait, ça devait être vrai, et il avait un jugement plutôt infaillible sur les filles « baisables » ou pas (même si ce n'était pas aussi cru comme problème, bien au contraire, mais cela voulait au moins dire qu'il n'y avait physiquement pas de problème). Le souci était donc ailleurs. Il n'avait pas envie d'elle, pas parce qu'elle était repoussante. Elle ne lui plaisait pas assez ? Il ne la prenait pas au sérieux ? C'était à n'y rien comprendre. Elle finit par relever les yeux vers Livio, qui semblait plus ou moins remis. Soupirant, elle se dit que la question semblerait moins bizarre s'il comprenait de quoi elle parlait. Elle se pencha en avant, baissant légèrement la voix: Bon, arrête de paniquer ou de trouver ça horrible. C'est juste que … Jimy ne veut pas me toucher. Et je voulais juste savoir si c'était parce que j'étais pas attirante. Pas de quoi en faire un drame ... Elle haussa une épaule, avant de terminer sa dernière boule de menthe. Pas de quoi en faire un drame … de sa question. Pour le reste … c'était une autre histoire. Bref, laisse tomber.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

♣ Messages : 281
♣ Date d'inscription : 13/10/2011
♣ Crédits : zero.


MessageSujet: Re: to move on is to grow.   Lun 21 Nov 2011 - 18:56

« Pesaro, t'es pas sérieux j'espère ? Attends, j'ai aucun mal à dire que t'es canon, du genre vraiment hot. Et je le pense. Enfin, on est amis, non, on peut se dire des trucs du genre, pas vrai ? » Cette fois, il ne rougit pas. Bien au contraire, on aurait dit un modèle bad ass, avec un air profondément fier, voir même un poil prétentieux. Mais ça lui allait bien. Il ne donnait pas cette impression d'être trop prétentieux, ni quoique ce soit. C'était comme une seconde nature chez l'italien. Enfin, ce n'était pas pour rien que certains aimaient bien le comparer à la team de Jersey Shore, en l'appelant le Guido, ou autre. Livio était fier de ses origines. Et même si parfois, il trouvait leurs comportements déplorables, il fallait dire qu'il se marrait bien devant MTV, tous les soirs, avant de passer à table. Sa mère les trouvait stupide, et son père laissait entendre la même chose, même si il était avec son fils devant la télé. Allez comprendre... Il ne renchérit pas ce qu'elle venait de dire, car malgré tout, il savait rester humble avec ses amis. M'enfin, il conservait toujours son sourire. « Bon, arrête de paniquer ou de trouver ça horrible. C'est juste que … Jimy ne veut pas me toucher. Et je voulais juste savoir si c'était parce que j'étais pas attirante. Pas de quoi en faire un drame ... » Livio haussa un sourcil, l'air surpris.

« Quoi ? Mais... Ca fait un moment que vous êtes ensemble pourtant non ? » Livio jouait avec sa glace sans même s'en rendre compte, regardant Lara droit dans les yeux. Cette information le surprit, étant donné que lui, enfin, comme tous les mecs de leur âge, pensait à ça presque dès qu'il fourrait sa langue dans la bouche d'une fille. Histoire de conclure quoi. Livio laissa tomber ses épaules, laissant son regard vagabonder quelque part, l'espace de quelques instants avant de reprendre en tournant son visage de nouveau vers Lara. « Tu crois qu'il est gay ? Tsé, un gay refoulé ? » Il éclata de rire tout à coup, rajoutant : « En même temps, venant d'un mec qui fait partit du Glee Club... » Livio fit une moue dégoutée, avant de planter sa cuillère dans un morceau de brownie qu'il porta à ses lèvres. « Toute façon, t'as rien à avoir avec ce mec. Si il a fait ça à Keith, il est capable du pire avec toi... Surtout que Keith était soit disant son meilleur ami. » « Bref, laisse tomber. » « Ok. »

Il la regarda un moment, avant de terminer sa glace. Il savait Keith malheureux, mais visiblement, il y en avait une autre qui l'était. Livio ne put s'empêcher de rager intérieurement après Jimy. Sa haine grandissante, il finit par jurer tout haut. Quelques secondes après la vitre près d'eux manqua d'exploser. En effet, comme si on avait lancé une pierre avec force, mais pas suffisamment pour éclater la vitre, des fissures traversèrent l'intégralité de la vitre, faisant sursauter Livio, qui lança un regard con vers Lara, avant de se redresser pour regarder par la fenêtre, le regard con. « Qui sait qui a fait ça ? »






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

♣ Messages : 148
♣ Date d'inscription : 13/10/2011
♣ Crédits : Poon
♣ Activité : Lycéenne
♣ Bonus : Au milieu du bassin olympique

Book of Shadows
♣ relations:
♣ Complément:


MessageSujet: Re: to move on is to grow.   Lun 21 Nov 2011 - 19:36

    Le voir reprendre du poil de la bête à ses compliments la fit sourire. Il était irrécupérable, mais ça lui allait tellement bien. En fait, il flirtait souvent avec le cliché du beau mec italien, mais c'était ce qui faisait son charme, entre autres: Ah ben voilà, j'te préfère comme ça quand même, le taquina-t-elle gentiment. Heureusement qu'il était là, elle ne savait vraiment pas ce qu'elle ferait comme lui. Elle s'emmerderait. Elle déprimerait dans son coin. Elle se prendrait encore plus la tête. Quoi ? Mais... Ca fait un moment que vous êtes ensemble pourtant non ? Et personne ne pourrait redire à haute voix ce qu'elle pensait avec une exactitude incroyable. Elle écarta les mains en signe de désespoir: Je te le fais pas dire. Et c'est pas faute d'essayer. Ou d'être créative ! car elle l'était, entre massages, ses tenues plus ou moins osées et compagnie, franchement, elle se donnait du mal. Tu crois qu'il est gay ? Tsé, un gay refoulé ? En même temps, venant d'un mec qui fait partit du Glee Club... Elle soupira, se demandant si elle devait faire mine de prendre la mouche ou pas, on parlait quand même de son copain, mais elle fit le constat, triste constat qu'elle s'était posé la même question. Elle avait même cru à un moment qu'il était amoureux de Keith, mais au vu de ce que Livio lui avait dit, elle n'allait pas se risquer de faire la réflexion à voix haute. Elle se contenta donc de lever les yeux au ciel: Franchement, je vais finir par le croire. Toute façon, t'as rien à voir avec ce mec. Si il a fait ça à Keith, il est capable du pire avec toi... Surtout que Keith était soit disant son meilleur ami.  Un frisson parcourut le corps de Lara. A savoir si c'était l'évocation de Keith, ou la pensée qu'effectivement, ça ne laissait présager rien de bon pour ce qui la concernait … Personne ne le saurait jamais. J'avoue ...

    Ça commençait vraiment à ne plus lui plaire comme conversation. Aussi fut-elle reconnaissante quand Livio fut d'accord pour arrêter d'en parler. Ils restèrent un moment silencieux, à finir leurs coupes. Elle n'en pouvait plus, plutôt que de lui vider la tête, toute cette conversation avait fini par la remplir au point de la faire exploser. Et elle n'était pas la seule visiblement. Lançant des regards en biais sur Livio de temps à autres, elle pouvait dire que lui aussi était énervé, d'ailleurs, il se mit à jirer. Elle grimaça, mais n'eut pas le temps de dire quoi que ce soit que la vivtre à côté d'eux se fissura. Sursautant, elle se leva de la banquette, alors que Livio s'avançait: Qui sait qui a fait ça ?  Je … J'en sais rien, j'ai vu personne ... Elle lança un regard au barman qui avait quitté l'arrière de son comptoir pour sortir en trombe, regardant à droite, à gauche. Se rapprochant de la vitre, la demoiselle put constater qu'il n'y avait personne. Ils étaient peut-être partis rapidement, allez savoir … C'es peut-être Lydie ? blagua-t-elle avant de redevenir sérieuse alors que le barman, rentré, s'avançait vers eux: ça va vous deux ? Vous avez vu quelqu'un ? Elle secoua la tête, regardant Livio: Je ne faisais pas forcément attention, mais je ne me souviens pas d'avoir vu quelqu'un … Et toi ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: to move on is to grow.   

Revenir en haut Aller en bas
 

to move on is to grow.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Secret Garden ::  :: Le Port de la Nouvelle-Salem :: Marina's Boathouse.-